AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
VEUILLEZ LIRE CE SUJET ET DONNEZ VOTRE AVIS : CLIQUEZ

Partagez | 
 

 
under pressure ♣ baylee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


Invité


MessageSujet: under pressure ♣ baylee   Ven 20 Aoû 2010 - 13:54

under pressure ;



« Pour le moment nous n'avons rien de nouveau mademoiselle Wells-Bankfield » « Wells, seulement Wells. » « Pour être honnête, nous pensons clotûrer cette affaire dans les prochains mois, cela fait désormais cinq ans que nous n'avons plus de nouvelle de votre fils et aucun indice s'ajoute à cette affaire. » « En même temps, ça fait cinq ans que vous en avez strictement rien à foutre, vous préférez couvrir mon ex-mari tout simplement car il travaille avec vous. » « Nous avons que des preuves indirectes. » « Vous êtes vraiment de beaux salopards au fond. » « Veuillez m'excuser ? » « Il est hors de question que vous clôturez cette affaire, il s'agit de mon fils. » « Désolé mademoiselle Bankfield, mais c'est ainsi, avouons que l'espoir de revoir votre fils est quasiment inexistant, l'affaire ne progresse pas. » « C'est Wells espèce de connard. » disais-je pour finir par raccrocher le téléphone de mon domicile, j'étais dans une rage folle au point de vouloir absolument détruire l'intégralité des meubles de mon loft. Je ne parvenais pas à comprendre comment ils pouvaient manquer de tact, et surtout comment ils pouvaient se permettre de m'annoncer que l'espoir de retrouver mon fils était désormais inexistant, c'était impossible pour moi en tant que mère de penser à une telle chose. Je savais que j'allais le retrouver. Cela fait déjà cinq ans, cinq ans que je garde espoir et que je me force à survivre, alors que je n'aime pas la vie, elle n'a plus d'importance à mes yeux. Si jamais je venais à apprendre qu'un malheur était arrivé à mon fils, j'ignore la réaction que j'aurais sur le moment, j'irais probablement le rejoindre en forçant la mort à s'emparer de moi. Je faisais les cent pas, hurlant à travers mon domicile un tas de jurons, frappant contre les murs, les meubles, jetant ma lampe de chevet avec violence contre le sol, je voulais tout détruire, je ne tenais à rien. Mon rythme cardiaque ne cessait de s'affoler, j'avais le souffle court, des bouffées de chaleurs et les larmes aux yeux, tremblotante j'étais dans un état des plus misérables. Depuis ma rupture avec Jared, j'avais l'impression que ma vie avait prit un autre tournant, amenant le divorce avec mon ex-mari et la disparition brutale de mon fils. Je finis par me laisser glisser contre le mur, ramenant mes genoux vers ma poitrine, tentant de calmer mes nerfs qui étaient en pleines activités.

C'est alors qu'un bruit me fit sortir de mon état de transe, quelqu'un venait de toquer à ma porte, j'ignorais qui, en principe je ne recevais pas vraiment de visite et vu l'état dans lequel je venais de mettre mon loft, ce n'était pas non plus le moment. Je finis par me relever, m'approchant de la porte, si c'était mon ex-mari je lui sauterais à la figure, dans le cas contraire j'aviserais en fonction de la personne. J'ouvris alors la porte, trouvant face à moi Baylee, une élève que je connaissais extrêmement bien, il y a plusieurs jours, à une heure tardive elle avait toqué à ma porte, en me suppliant de la laisser rentrer, elle était dans un piteux état, mélangeant ivresse et démence, m'expliquant qu'un homme la suivait, je n'avais alors pas hésité à la laisser rentrer. Au cours de la soirée je fus étonner de la voir se confier à moi, et je dois avouer que je la considère comme la fille que je n'ai jamais eu, et qui comble en quelques sortes l'absence de mon fils, j'aimais sa compagnie et lien qui nous uni, un sourire prit forme sur mes lèvres, et c'est sans hésitation que je la fis rentrer, ne prenant pas la peine de prévenir que j'avais détruit quasiment l'intégralité de mon mobilier (sauf la chambre de mon fils, qui est intacte), après tout, Baylee allait très vite comprendre la situation. « Tu veux manger ou boire quelque chose ? » demandais-je tout à fait naturellement, même si elle savait très bien qu'elle pouvait se servir elle-même, il faut dire que je l'autorisais à se comporter comme si elle faisait partie de ma famille, allant jusqu'à dormir chez moi. J'avais appris à la connaitre, et je m'étais rendu compte qu'elle n'était pas la méchante comme elle le faisait croire, mais juste une jeune fille qui vit mal la perte de sa mère et qui n'apprécie pas particulièrement la compagnie des autres membres de sa famille.

Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


MessageSujet: Re: under pressure ♣ baylee   Dim 29 Aoû 2010 - 8:41

Par chance, le week-end était arrivé. Les cours étaient finis et j’étais enfin libre pendant deux jours enfin, presque parce que bien sur il y avait mon travail. Un avantage quand on travaille au Crazy Girls c’est qu’on ne travaille que les soirs mais, j’avais mon après-midi de libre. Je faisais bien entendu la grâce matinée et me levais qu’à dix heures. Réveillée surtout par les cris qui provenaient du ré de chaussé. Je descendis donc, pas maquillée, pas habillée et même pas coiffée pour voir ce qui se passait en bas. J’avais une chambre au premier étage, juste à côté de celle de mon grand frère et apparemment, lui aussi était réveillé, les volets étaient ouverts et je le vis dans les escaliers. Je m’assis à côté de lui pour écouter la conversation et pour une fois, je lui adressais la parole. Moi qui ne peut pas le supporter… « Qu’est-ce qu’il ce passe encore ? » ; « Je crois que papa est en train de s’engueuler avec facteur. Pourquoi, aucunes idées.» ; « N’importe quoi, avec le facteur ? Et tu as la bonne idée de rester ici, tu ne peux pas descendre et leur dire de se calmer ? Merde, je dormais moi, il faut tout faire ici ! » Je commençais donc à gravir les marches d’escaliers quand mon frère me rattrapa par le bras. « Tu ne vas pas descendre comme ça comme même ?! T’as vu comment t’es fringuée ? » Je me libérai de sa main et baissai les yeux pour voir ce qui n’allait pas chez moi. C’est vrai que, descendre en tee-shirt tout court et en culotte n’était pas très convenable mais, je descendis tout de même. Je me mis à crier à mon tour alors que tout le monde me regardée. Au fait, ils n’étaient pas dans la maison mais devant l’entrée et ce n’était pas le facteur mais le voisin --’. Bref, je les avais bien rafraichit, les restèrent bouche bée. Je montais à nouveau les escaliers quatre à quatre et, après m’avoir habillée, maquillée et tout, je descendais dans la cuisine ou était accroché les clés de la voiture de mon frère. « Oh ! Oh ! Qu’est-ce que tu fais Lee ?! » ; « Ferme là ! Je me casse d’ici, cette famille craint ! » Je partis direction … Je n’en sais rien, je roulais c’est tout. C’est alors que je passai devant l’appartement de Itzel, la directrice adjointe mais aussi une super bonne amie. Ça faisait un bon moment que je ne l’avais pas vu et donc, je me décidai à aller lui rendre une petite visite. Elle était vraiment gentille avec moi, je pouvais tout lui dire et de plus, elle remplaçait en parti ma mère qui avait quitté ce monde il y a quelques temps de cela.

Je frappais à la porte et elle me répondit très vite. J’aperçus à l’arrière la pièce principale. Elle était vraiment en désordre, tout était au sol, la lampe était cassée etc. Je lui fit mon plus beau sourire et rentrais en observant le salon dans les moindres détails mais naturellement sans poser de questions. Je ne voulais pas en poser, on avait tous nos problèmes et des fois, on ne voulait pas en parler. J’étais perdue dans mes rêves, complètement dans les nuages quand Itzel me tira de celui-ci en me posant une question. « Tu veux manger ou boire quelque chose ? » ; « Oui, je veux bien du coca s’il vous… s’il te plait. » J’avais l’habitude de la vouvoyer à l’université et donc, je me corrigeai. Je ne voulais pas poser de question sur ce qu’il s’était éventuellement passé ici mais, les mots sortis tout seuls. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Tu t’es fais cambriolée ou quoi ? » Si elle ne voulait pas m’expliquer, elle n’avait qu’a juste inventer quelque chose mais, je savais qu’elle pouvait tout me dire et moi de même.
Revenir en haut Aller en bas
 

under pressure ♣ baylee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Good Life ™ :: inactif-