AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
VEUILLEZ LIRE CE SUJET ET DONNEZ VOTRE AVIS : CLIQUEZ

Partagez | 
 

 
JUDE&ZADIG • see i'm not your friend and i won't pretend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


Invité


MessageSujet: JUDE&ZADIG • see i'm not your friend and i won't pretend.   Sam 21 Aoû 2010 - 8:36


© mymz • rememberhope

JUDE&ZADIG •


« zadig, tu fais quoi merde ? ça fait dix minutes que je t'attends. » que j'entends Alexis me dire alors que j'suis déjà prêt. C'est juste que je parlais au téléphone à Meylinah et que je pouvais pas lui raccrocher au nez pour te faire plaisir. « j'arrive. » que je lui dis alors je me mets mon portable dans ma poche de jean et je mets mon paquet de cigarette dans l'autre poche après en avoir pris une. J'la mets entre mes lèvres et je l'allume. Je marche vers les portes et Alexis tire la gueule parce que je suis « trop » lent. Bref, j'm'en tape ce qu'il pense et il le sait très bien. Surtout que quand c'est lui qui est au téléphone avec November, putain, on peut pas le faire raccrocher, alors à sa place, je fermerais ma gueule. Bref. On va à la plage, ensuite je sais pas vraiment ce qu'on va faire ce soir, mais je crois qu'il va rester à l'hôtel avec j'sais plus qui de notre chambre. C'est sûr que je suis pas vraiment sortie depuis que je suis arrivé au Mexique, alors je me casserai tout seul s'il veut pas venir. On marche et j'me rends compte que ouais, les gens sont vraiment bizarres ici. T'as des mecs qui nous regardent assez mal, mais j'm'en tape aussi. Je regarde Alexis qui me parle. « j'ai pas écouté, tu disais quoi ? » que je lui demande en le regardant. Il fait le mec blasé, il est con. « je disais que tu m'emmerdes. » ah. C'est cool. J'hôche la tête positivement ce qui veut dire que j'en ai rien à foutre, mais à un point... wow.

Quand on arrive à l'hôtel, après avoir été à la plage et être allé manger dans un snack, j'vais sous la douche. Ce soir, je vais à la boite de nuit du coin. J'ai pas envie de ne rien faire et j'espère que ma soirée sera bien, parce que j'ai pas envie qu'un con vienne me faire chier. Non, j'ai carrément pas envie de ça. M'enfin bon. Faudra aussi que je boive pas trop, parce que sinon je pourrais tromper Meylinah. Je considère pas que quand je couche avec Soly, je la trompe, parce qu'avec Soly c'est différent. Donc j'ai pas envie de la tromper. Enfin... bref. J'sors de la douche avec une serviette autour de ma taille et j'vois Andréa qui se casse. « bonne soirée. » que je lui dis en souriant. Il me lance un regard qui veut dire : ta gueule, tu t'enfonces. Je lève les mains en l'air, en faisant genre que j'ai rien dit. Il passe tout son temps avec Cassiopea, parfois ça fait peur. M'enfin, c'pas mes affaires et puis j'm'en fous de ça aussi. J'attrape un t-shirt, je le mets, puis je prends le premier jean qui me tombe sous la main, pour l'enfiler après avoir mis un caleçon. Je repose la serviette dans la salle de bain et je prends pas la peine de me mettre du gel ou un truc du genre. Mes cheveux sont très bien comme ils sont. Je sors de la chambre et je ferme la porte derrière moi. J'descends les escaliers et j'vais jusqu'à la boite de nuit à pied. On n'a pas de voiture, malheureusement.

Quand j'entre dans la boîte de nuit, je vois des gens qui sont déjà complètement bourrés. Putain, y en a qui sont vraiment des petites natures. Bref, j'vais directement vers le bar sans faire attention aux gens autour, juste en évitant de me prendre des personnes dans la tronche. J'me pose sur sur un tabouret du bar et je regarde le serveur qui vient vers moi. « ¿ qué le sirvo ? » qu'il me demande. Heureusement que j'avais espagnol au collège à Paris. « vaso de Vodka por favor. » que je lui dis en souriant. J'ai vraiment envie de me saouler la gueule, mais d'un autre côté non. Il m'apporte mon verre et je lui dis merci en espagnol. Je me mets de dos au bar pour regarder les gens qui dansent comme des malades. Je regarde la porte d'entrée et... non. C'est une putain de mauvaise blague ? Je serre les dents et je bois mon verre cul sec en me remettant face au bar. Je demande un autre verre au serveur et il me l'apporte rapidement. J'crois que je vais le tuer. J'suis un putain de mec jaloux, mais j'en ai rien à foutre de ce qu'il peut bien penser. Il se pose à côté de moi, il m'a pas vu en entrant, je me suis retourné trop vite. Je le détestais déjà avant, mais depuis que je sais qu'il est allé à Paris avec Soléanne, je le déteste encore plus. J'ai tellement envie de lui casser la gueule, mais vu que Brittany m'a demandé de rien lui faire, il y a pas mal de temps sur facebook, je me retiens, mais j'arriverai pas à me retenir longtemps de lui foutre mon poing dans la gueule. « alors, paris c'était bien ? » que je lui demande en serrant les dents. J'ai pas vraiment envie de savoir, mais j'veux savoir quand même. Je le fixe en buvant cul sec mon verre de Vodka, j'en redemande un autre au serveur, en fin de compte, j'vais me saouler la gueule ce soir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


MessageSujet: Re: JUDE&ZADIG • see i'm not your friend and i won't pretend.   Mar 24 Aoû 2010 - 23:55

    Voilà, c'est fait, j'ai les nerfs en pelote.

    Tijuana, c'est la destination rêvée pour un dealer réputé tel que moi, dont l'identité demeure miraculeusement méconnue aux yeux des personnes ne consommant pas quotidiennement de substances illicites. Pourtant, ça m'horripile, d'être ici. On m'a traîné dans ce foutu bus qui pue avec des arguments qui n'ont souverainement aucune répartie. Mais je suis Jude, Jude Ersley, l'abruti qui ne sait pas dire non, qui veut toujours faire plaisir, et qui bientôt, crèvera, cette fois-ci non volontairement, parce que la vie n'est qu'une pute. Je déteste ça, je frise la crise de nerfs à l'idée d'être au Mexique alors que j'aurais mieux à faire à Los Angeles, où au moins, je pourrais dormir sans être réveillé par les ronflements intempestifs de mes colocataires. J'ai l'impression d'être pire qu'une fille dans sa semaine, tellement je suis de mauvaise humeur en ce moment. Tout ce que je cherche, c'est le Mal, les ennuis et les bagarres. Et je suis certain que personne ne s'en soucierait, de toute manière. Je vois déjà ça d'ici : Chelsea alternera avec Jason et Nick, qui lui alternera avec Desiree, qui elle alternera avec le mexicain au chapeau ridicule. Ils ont tous des potes, des amants, des histoires pas possibles à gérer. Et de moi, on s'en tape. On le traîne pour faire de la compagnie, pour être sympa parce que ce putain de bon vieux Jude, faut quand même lui rendre ça. Mais bon sang vous vous rendez compte que j'en ai rien à foutre maintenant ? Que j'ai pas envie d'être ici et qu'en plus j'fais ça pour vous mais que vous vous en foutez comme la robe de chambre de Louis quatorze ? La seule et unique chose qui me remonte un tantinet le moral ici, c'est la présence de deux filles : Soly et Blake. Bah ouais, Zadig a le droit de coucher avec Meylinah – et l'engrosser, accessoirement – puis Soly. Pourquoi je pourrais pas me taper les deux blondes ? Enfin, c'est un euphémisme, j'me tape plus qu'elles dans ma semaine. J'ai que ça à faire, de toute manière. Et le lendemain, je les oublie et n'ai même pas la force de les mépriser parce que j'suis trop shooté ou j'en chasse une autre.

    Gnagnagna, Jude, arrête de bouder et sort un peu profiter de l'air extérieur. Ouais, va t'asphyxier, l'air mexicain là, on le voit avant même de le sentir ! J'm'engouffre dans une boîte de nuit, ayant dans l'idée de faire comme d'habitude : vendre, me souler, coucher. Quel plan d'attaque infaillible. Je me demande si Blake ou Soly traînera par ici. Dans tous les cas, elles savent que je fréquente ce local, et avec un peu de chance de la part de cet ingrat au Ciel, il m'enverra une des deux. Ou d'autres blondes. Ou une rousse. Ouais, une rousse.

    « alors, paris c'était bien ? »

    On m'cause ? J'tourne la tête, j'ai assimilé les mots, et ils font le tour de ma tête pendant que j'reconnais le gringalet qui se situe à mes côtés. Ha ben, voilà, la meilleure. Profitons-en, pendant qu'il est chaud, le coco jaloux. Rendons le dur, il va p't-être faire des omelettes comme ça ! Ce sera déjà ça de gagné. Un sourire satisfait, triomphant, tête à claques et détestable étirant mes lèvres, je rétorque, expirant cet air suffisant et méprisant à l'égard du jeune homme.

    « T'en fais pas pour ça, Soly et moi, à Paris, c'était génial. Et le plus beau, c'est que ça se propage jusqu'à aujourd'hui. J'te jure, ta face de ahuri... Pardon, jaloux, elle n'a pas de prix. Et j'te conseille d'arrêter de grincer les dents, la fille que t'as engrossée et que t'essaie d'oublier sans succès en te tapant Soléanne dans le cachette de l'autre risque de ne pas apprécier entre deux nausées matinales que son frais époux contraint uniquement par le devoir perde quelques unes de ses dents. Quoi que, bien que la réciprocité des sentiments n'est pas au rendez-vous par chez vous, elle pourrait probablement faire un effort. »

    Je me stoppe, croisant les bras. Oh oui, je cherche la bagarre. J'attends impatiemment que Zadig se lève et me foute son poing dans la figure, me martèle de coups et me rétame. Parce que, hahaha, je l'aurais mérité. MERITE. Pour une fois, j'm'en prendrais pas plein la gueule pour des choses que j'ai jamais commise. Pour une fois, on pourra m'en vouloir pour quelque chose que je pourrais entièrement assumer parce que je l'ai FAIT. Putain.

    « Tu sais, y'a un truc qui m'échappe chez toi : pourquoi tu t'casses à marier Meylinah ? Cette fille est tellement amoureuse de toi qu'elle goberait n'importe quoi de ta part et te pardonnerait tout. C'est ton devoir ? Ça m'ferait bien rire. C'est bien plus ton devoir d'être fidèle avec ta fiancée, pourtant, tu t'tapes Soly tous les jours, du moins, quand elle n'est pas avec moi en Europe. Mais Meylinah, même que tu lui dises que tu te barres vivre avec Soléanne, elle serait capable de même pas t'en vouloir. Cette gamine donnerait sa vie pour toi tellement elle t'idolâtre, mais toi, t'en as strictement rien à foutre, et si tu pouvais la faire perdre ce bébé, j'suis certain que tu l'ferais, parce que tu n'as d'yeux que pour Soléanne. La preuve, t'aurais pu me demander ce que je faisais tout ces soirs chez Meyli plutôt que de m'parler de ce voyage. Mais tu l'as pas fait. Tu t'en tapes. Alors, putain, pourquoi tu la largues pas, ça serait tellement plus simple pour tout le monde. Enfin, si un jour ça te dit d'être franc ou d'assumer tes couilles, penses-y, c'est par ça qu'il faudra commencer. »


Revenir en haut Aller en bas
 

JUDE&ZADIG • see i'm not your friend and i won't pretend.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Good Life ™ :: intrigue #7 - mexico :: tijuana :: octopus discotheque-