AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
VEUILLEZ LIRE CE SUJET ET DONNEZ VOTRE AVIS : CLIQUEZ

Partagez | 
 

 
J & J | Can you feel the past tonight ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité


MessageSujet: J & J | Can you feel the past tonight ?   Jeu 26 Aoû 2010 - 14:15

Jordan L. Andrews & Julian D. Williams
Dans "je l’aimais", il y a "mais".
Maurice Donnay

    A Los Angeles, j’étais en quelque sorte, le roi des soirées. Non sérieusement. Qui faisait des meilleures soirées que moi ? Personne ! Bon oké, mes potes savaient s’y faire. Mais pas au tant que moi. Après tout. J’aimais les soirées. Et tout UCLA le savait. Ce soir. Le paternel n’était pas là, comme à son habitude, il était sorti pour picoler toute la nuit, il ne rentrerait certainement qu’au petit matin, et encore. Peut-être plus tard. J’avais décidé d’organiser une soirée en l’honneur ? De rien, peut-être une ultime soirée avant la reprise des cours. Même si nous avons le temps d’en faire d’autre. Mais c’est l’été. Le mois d’août n’est pas encore finit. Alors j’en profite. Je profite de m’éclater. De ma jeunesse. Qui je sais, ne sera pas éternelle. Je n’invite personne et en même temps tout le monde. Les soirées à l’université, se transmettre de bouches à oreilles. Je le dis à Jay, Nick et Jasper, qui le disent à telle ou telle personne. Et pour finir, tout le monde est au courant. Je ne fais pas d’exception. Pour moi, tout le monde à le droit à y participer. La villa est assez grande je pense. Et puis la plus part, ne sont pas en ville, certainement ici et là en vacances. M’enfin.

    Tout est prêt. Boissons à volontés, chips & autres amuse-gueules pour les goinfres comme moi. Je suis vêtu d’une chemise bleue clair, ainsi qu’un short noir. Il fait trop chaud pour mettre un jeans, surtout que la villa sera bondée ce soir. Je le sens. Les gens ne tardent à arriver. C’est qu’une demi-heure plus tard, la fête bat déjà de son plein gré. Je vais ici et là, voir mes amis, discuter quelques minutes pour déjà bouger. Il y a de jolies jeunes femmes, c’est certains. Certaines jouent même avec moi, me lançant des regards aguicheurs. J’y réponds par un clin d’œil. J’aime draguer. J’aime que les filles me cèdent mais me résistent aussi. C’est même plus intéressant pour moi de les avoir par la suite. M’enfin. Je décide de faire le tour et de me retrouver dans le jardin au bout de deux heures de soirée. Ce n’est pourtant que le début. Nous avions encore toute la nuit devant nous. Je sors un peu pour prendre l’air frais. Je m’éloigne de la villa. Dans le jardin. Je me retrouve près du bac à sable, là où je m’amusais la plus part du temps quand j’étais gamin avec Chelsea. Il n’y a personne, car on interdit généralement les personnes de venir jusque là. C’est le coin à maman. Enfin c’était. Je sais qu’elle aimait venir ici, prendre l’air. Sentir le parfum des arbres, des fleurs. Le vent sur son visage. La musique est moins forte. Je l’entends comme un bruit de fond.

    Mais voilà que je me perds dans mes pensées. Je pense à elle. Elle me manque. Elle me manque terriblement. Et je sais qu’elle manque à mes sœurs également. Du moins Chelsea et Crystelle. Aaliyah ne l’a pas connu. Mais elle manque terriblement d’une mère mais également d’un père. Je ne pense pas leur avoir suffit. Je ne sais pas être père. Et je ne pense pas que je serais un bon père un jour. Mais j’aime être le grand frère. J’aime être celui qui les protège de tout. Parfois, il me suffit de fermer les yeux pour voir son image. C’est dingue. Je la vois là. Devant moi. Et je tends la main pour la toucher sauf qu’elle n’est qu’une image. Ce n’est pas elle. Alors j’ouvre doucement les yeux. Et devant moi rien d’autre qu’un chêne et ses branches bien trop grandes. Crys avait toujours eu peur de ce chêne. Je l’avais répéter mainte et mainte fois à papa pour qu’il fasse quelque chose. Mais rien. Alors j’essayais de la persuadé que ce n’était qu’un simple arbre. Qu’il ne fallait pas avoir peur. En grandissant, bien sûr elle avait de moins en moins peur. J’avais toujours essayé d’être là pour chacune d’elle. J’aurais aimé pouvoir me triplé pour être tout le temps là pour elle. Et ne pas devoir parfois faire passer l’une avant l’autre. Je les aime. Bon sang. C’est terrible comme je les aime si fort. Elles sont tous pour moi. Je sais que maman serait fière d’elles. Elles étaient toutes les trois magnifiques. Intelligentes. Drôles. Amusantes. Et même qu’elles avaient du succès avec les hommes. Malgré moi, oui ! Je ne me rendis pas tout de suite compte qu’une larme coulait sur ma joue. Je l’essuyai furtivement, espérant que personne ne m’aie vu. Je n’aimais pas montrer mes sentiments. Mes faiblesses.

    Je me relevais en m’essuyant la main contre mon short quand je la vis en face de moi. Je ne l’avais pas remarqué plus tôt. Depuis combien de temps elle était là ? Depuis combien de temps me regardait-elle ainsi sans rien dire ? Je n’en savais rien. Mais je lui fis un petit sourire. Elle était belle ce soir. Je posais mes yeux sur son petit ventre, qui prenait forme de plus en plus à chaque fois que je la voyais. Elle était enceinte. Fille ou garçon, je n’en savais rien. Je connaissais le père, bien évidemment. Los Angeles, ce n’est pas si grand que ça en fin de compte.

    « Salut… Tu es là depuis longtemps ? »

    J’attendais qu’elle se rapproche de moi. Je ne voulais pas bouger, et rentré dans la fête tout de suite. Je devais me changer les idées. Ne plus penser à elle, au risque de ne plus vouloir faire la fête. Ou faire comme mon père... Boire.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité


MessageSujet: Re: J & J | Can you feel the past tonight ?   Dim 29 Aoû 2010 - 17:52

Demandez moi de choisir entre dormir et manger, je ne serais trop quoi choisir, depuis maintenant quatre mois, je portais ce bébé, ce bébé qui grandissait, qui bougeait et qui me rendait les nuits parfois impossible, oui oui, justement, cette nuit avait été un calvaire, je n'avais pas dormit de la nuit sauf de quatre heure jusqu'à six heures après c'était terminé. Ce petit monstre allait me mener par le bout du nez, enfin c'est ce qu'il pensait mais il n'aurait pas le dernier mot. Je me levais ne pouvant plus tenir dans mon lit, j'allais me balader sur la plage, et oui cela m'aidait à réfléchir et par la même occasion, le bébé restait tranquille. Allez dont savoir pourquoi la plage le calmait, le soleil se levait, alors je m'asseyais dans le sable regardant les vagues se déchainer, le vent n'était ni trop froid ni trop chaud, juste comme il le fallait. Habillée d'un jean, d'un t-shirt blanc et d'un sweat que j'avais à l'effigie de la faculté, je n'avais pas trop froid, je me détendais quelque peu, mes muscles se relâchaient le bébé se calmait jusqu'à ne plus bouger, je me couchais dans le sable fermant les yeux, pensant à Jaden et à notre pause. Il me manquait tellement, lui a Boston moi ici, je pensais sérieusement qu'il était mieux là bas, allez savoir pourquoi, j'avais dans l'idée de le faire rester dans sa ville, je l'aimais tellement, la séparation n'était pas une de mes meilleures idées et je m'en rendais compte mais je voulais son bonheur. Je me levais quelques minutes plus tard, pour rentrer, je reçus un appel de Jaimie, me disant que Julian préparait une soirée, quelle bonne idée, ça allait me changer les idées. Bah oui regarder des gens ivres c'est rigolo surtout pour celui qui regarde et étant enceinte il était hors de question de boire, fumer à la rigueur mais boire non.

Rentrée, je vis mon frère en train de dormir sur le canapé, effectivement huit heures c'était encore trop tôt pour se réveiller et aillant fait la fête toute la nuit, il ne pouvait que dormir. Lui était plutôt de l'après midi, mais depuis qu'il avait sentit le bébé, il était toujours derrière mes fesses pour savoir ce qu'il se passait. A croire que l'enfant que je portais était en sucre, il ne fallait pas que je cours, que j'aille dans la piscine à une certaine heure de l'après midi ou encore je ne devais pas trop rester debout pour ne pas que j'accouche avant la date, hey oh, le bébé est bien accroché pensais je, enfin d'après le docteur, et il est aussi résistant que son père. J'allais avoir du soucis à me faire comme Jason, Nick et Calleigh. Ça n'allait pas être de tout repos. Je pris une couverture, pour le recouvrir, faire la fête c'est bien, mais il faut assumer, n'aillant pas le courage d'aller dans sa chambre, Jason avait du se coucher comme une masse sur le canapé. Je lui embrassais le front puis j'allais dans ma chambre histoire de voir si je pouvais me rendormir un peu. Par chance, je pus, le bébé ne fit aucune objection pour que je me repose un peu, me remettant en pyjama, je m'enfonçais dans mon lit encore un peu chaud. Je fermais les yeux. Les ouvrant trois heures après, j'entendais mon frère chanter en cœur avec Nick, tout en levant les yeux au ciel je les regardais en souriant. « Dure journée à ce que je vois! Au faite Julian fait une soirée vous y allez ? » ils se regardèrent et me firent signe que non, « Non ma chère soeurette, je vais voir Chelsea et Nick... je ne sais pas ! » « Je dois aller botter les fesses d'un mec ! » je regardais Nick, j'avais compris qu'il allait voir Desiree car « botter les fesses » n'était pas réellement un terme qu'il employait c'était plutôt le genre à « casser la gueule », je le regardais « Menteur ! » trop forte hein? Je m'en allais par la suite ne voulant pas me faire demander pourquoi. Je passais la moitié de la journée à savoir ce que j'allais mettre, bien sur, le problème était ce qui pouvait encore m'aller. Je trouvais cette robe blanche que j'avais acheté il y a de ça quelques jours, je l'avais trouvé dans une boutique pour femme enceinte, pour une fois que j'avais trouvé quelque chose qui me plaisait. Je n'étais pas devenue grosse, non juste que j'avais pris du ventre. Je la sortis puis tout en l'enfilant, je trouvais qu'elle était plutôt pas mal sur moi.

Lavée, coiffée, maquillée, habillée, chaussée, tout était parfait, en fin de compte la grossesse m'allait plutôt bien. Mon ventre se voyait mais pas trop, je pris mon portable, et le mit dans mon petit sac blanc qui s'accordait avec ma robe. Je m'en allais quand mon portable sonnait, je regardais, c'était Jaden, je coupais la communication, je ne voulais pas lui parler, étant à Boston, il était mieux qu'il ne pense plus à moi. Je rangeais mon portable et me dirigeais vers la maison des Williams, je la connaissais par cœur, autant parce que j'avais côtoyé les jumelles Williams que leur grand frère Julian. Lui qui avait été au tout début que je l'ai connu, un deuxième grand frère, qui ne fut pas tellement un frère mais plus mon petit ami du lycée dont personne ne savait que j'étais avec. J'étais totalement amoureuse de lui, ce fut mon premier amour. Mais notre relation était tellement bien caché, qu'on se sépara à cause de ça. Pourtant je l'aimais, pourtant... J'entrais dans la maison, une foule de monde était présente, à croire que Julian avait beaucoup de relation. Il y avait pas mal de filles, comme de garçons, mais j'avais l'impression de faire tache, toutes étaient plutôt bien faite, pas de petit ventre, non elles étaient parfaitement sculptées. J'avais la sensation de ne pas être à ma place. Mais la personne que je cherchais n'était pas là. Mais je savais pertinemment où la trouver. Le bruit faisait bourdonner mes oreilles, j'eus un mal de tête assez important alors je me dirigeais plus rapidement dehors. M'approchant de la silhouette au loin près du bac à sable, je connaissais cet endroit mieux que personne, pour toutes les fois où Julian s'y réfugiait quand ça n'allait pas, il m'avait dit tout ce que représentait cet endroit, pour moi c'était magnifique, les fleurs avaient ce parfum et elles entouraient l'endroit comme un petit paradis, je ressentais l'envie d'une cueillir une, ce que je fis, je voyais Julian de dos, il ne m'avait pas entendu, il était si calme, que ça me rendait sereine, je sentais qu'une vague de souvenirs lui revenait, je le sentais heureux et triste à la fois. Puis il se leva essuyant les larmes qu'il avait laissé échapper. Il se tourna vers moi, je vis dans son regard de la surprise comme si il ne s'attendait pas à me voir, il me demanda « Salut… Tu es là depuis longtemps ? » pas si longtemps que ça mais je l'avais vu pleurer, je le sentais si fragile à ce moment là, si vulnérable. « Assez longtemps ! Comment tu vas ? » toujours avec la fleur dans les mains, je ressentis le besoin de la déposer dans le bac à sable. Leur mère, je ne l'avais pas énormément connu, même très peu. Je me souvenais juste de son visage, quelques traits que ses enfants avaient hérité. J'embrassais la joue de Julian par la suite. « Tu m'as manqué Julian ! » cela faisait quelques semaines que je ne l'avais pas vu, je l'avais évité, sans trop le vouloir en fait c'était un peu compliqué depuis quelques temps.
Revenir en haut Aller en bas
 

J & J | Can you feel the past tonight ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Good Life ™ :: inactif-