AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
VEUILLEZ LIRE CE SUJET ET DONNEZ VOTRE AVIS : CLIQUEZ

Partagez | 
 

 
Walker&Parker « You left me so damn lonely,and I wonder why. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ryan Walker
    RYAN ♠ love me two times.

→ crédit : Datura ; Tumblr
→ discussions : 648
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 05/05/2010


MessageSujet: Walker&Parker « You left me so damn lonely,and I wonder why. »    Mer 1 Déc 2010 - 11:34

Ryan se réveilla tôt ce dimanche là. La veille il était allé dîner avec quelques amis dans un petit restaurant sympathique peu connu, ou il avait passé une soirée tranquille avant de rentrer chez lui aux alentours de deux heures, avait bu un petit coup, fumé un petit joint et s'était couché tranquillement vers 3h. Ce matin , il s'était levé à 11h pourtant contre toutes les mauvaises habitudes de se lever plutôt vers quinze heures habituellement. Bref, c'est surtout un petit rayon de soleil qui avait réussi à traverser et éviter le grand rideau du jeune homme et était venu fouiller dans ses yeux un peu d'énergie pour se réveiller. Le jeune homme s'étira et se leva rapidement de son lit, et alors qu'il marchait vers la cuisine, il trébucha sur sa caméra et tomba parterre. Il se releva tout de suite et même s'il saignait un peu du genou, tout ce qui l'importait là tout de suite, c'était sa caméra. Il se retourna et ramassa rapidement sa guitare. Les yeux presque angoissés et le corps plein de sueurs froides, il inspecta avec attention sa caméra. Ouf! Elle n'avait rien de cassé, et pourtant, Ryan avait bien shooté dedans. C'était sa caméra favorite, celle qu'il possédait depuis ses quinze ans, celle avec laquelle il avait tout fait, tout vécu, tout pris en vidéo, tout ressenti... Bref, c'était sa caméra. Elle comptait pour lui autant que la prunelle de ses yeux. On avait déjà tenté de lui voler, lorsqu'il commençait à arriva à UCLA. Ce voyou a commencé à la revendre sur le Net, mais heureusement, Ryan a fait sa petite enquête et a retrouvé le coupable. Qu'est qu'il avait été stressé pendant cette semaine sans cette caméra ou il ne pouvait pas vraiment travailler. Bref, Ryan fut rassuré et serra comme un débile sa caméra contre lui. L'objet vibra contre sa pression, mais Ryanl était persuadé que cette caméra avait une âme, qu'elle était habité. Ca se trouve, elle était habité par Capra, Kubrick, Bunuel, Fellini qui sait... Il la reposa sur son lit et alla prendre son petit-déjeuner tranquillement, puis se doucha et s'habilla d'un simple jean Diesel et T-Shirt avec marqué en gros dessus : "KISS" . Il fit rapidement son lit et ouvrit ses volets, il n'avait pas rangé grand chose dans sa maison depuis quelques temps, mais heureusement qu'une femme de ménage passait une fois par semaine. Elle devait être un peu dégoûté à chaque fois de retrouver la maison dans un encore pire état que la semaine passée mais pour se faire pardonner, Ryan lui offrait toujours un petit bouquet, une bouteille, des chocolats, des vêtements... Un peu de la corruption professionnelle quoi aha. Et puis il n'y avait pas que lui qui foutait la merde. Son petit crado de coloc' contribuait lui aussi au pourrissage de la chambre.

Il regarda le beau temps ainsi que l'heure, ça va il était une heure de l'après - midi, tranquille. Bizarrement, il n'avait pas beaucoup de monde dans les rues. Etrange pour un dimanche après-midi, les gens avaient peut-être trop faire la fête tous en même temps la veille. Soudain, il regarda sa caméra, puis dehors, puis la caméra encore et la fenêtre. Il sentait une pression inconnue, une soudaine inspiration qui le poussait à aller dehors dans un coin tranquille regarder ses vidéos. C'est vrai que cela faisait des mois qu'il était resté de son côté et n'avait pas fait de vidéos. Il prit donc sa caméra, enfila ses pompes Adidas, enfila ses lunettes, prit ses clés et partit. Direction? Ryan erra quelques temps dans la rue avec sa guitare avant de se décider à aller à L'Hyde Park. La -bas au moins, vue le peu de monde qu'il y avait dans les rues déjà , il n'y aurait vraiment personne. Après dix minutes de marches à flaner à gauche à droite, il décida de se prendre un bon petit Frappucinno avant et passa au Starbucks. Il fit tranquillement la queue, quelques peu rêveur et encore dans sa bulle, ne reconnut pas la jeune femme devant lui, bien qu'il pressentait une ressemblance. C'était enfin son tour et tandis qu'il s'avançait au guichet, cette belle demoiselle qui se trouvait être la belle inconnue aux longs cheveux blonds et au regard perçant que le jeune homme avait plus ou moins aidé en situation de détresse il y a environ une semaine. En effet, lors d'un rude orage qui secouait la ville et l'université, la jeune femme était en ville, à South Central, et courrait dans tout les sens, apparemment un peu effrayé et complètement perdu. Elle se cassa ensuite un talon en fonçant dans un boulevard et comme dépité, alla s'asseoir sur le rebord de l'entrée d'un magasin, en sanglotant, il se trouve que ce magasin était une laverie dont Ryan sortait à ce même moment. Il croisa donc la jeune femme complètement désabusé et pleurant à chaude larmes. Son visage lui était familier du lycée et ils avaient sûrement quelques connaissances communes. Dans un élan de bonté extrême que Ryan n'a quasiment jamais, il proposa à la jeune femme de lui indiquer le chemin ou la ramener chez elle. Encore sanglotante et totalement vulnérable, Ryan la raccompagna donc à son logement, non loin de Santa Monica. Cependant, il se trouve qu'une fois arrivée là-bas, la jeune femme ne retrouvait plus ses clés, et se retrouvait donc à la porte juqu'au lendemain. Encore plus amusé par la malchance de la jeune femme, Ryan lui proposa donc de passer la nuit dans sa résidence, sans aucune arrière pensée, bien qu'il éprouvait une attraction physique pour la jeune femme assez intense. Ils passèrent donc la nuit calmement chez Ryan, lui dormant sur le canapé et elle dans son lit, n'ayant pas osé tenter le coup avec la jeune femme apparemment dans un chagrin profond. Déjà qu'il était réputé comme un connard, il avait envie de faire les choses comme un gentleman et bien avec la demoiselle. Le lendemain, alors que le jeune homme lui avait préparé un petit déjeuner tout propre et appétissant pour lui remonter le moral, il ne trouva rien de plus dans sa chambre que le sac de la jeune femme. Il attendit, assez surpris, deux bonnes heures pour la voir revenir, mais non, rien du tout. Quelques peu resté sur sa faim donc, il avait cherché la jeune femme au lycée en vain pour lui rendre son sac et apprendre à connaître cette dernière. Curieux, il avait bien entendu regarder son sac sans rien prendre à l'intérieur, trouvant quelques cahiers d'études, des photos en vrac, de l'argent, une pièce d'identité.. A la vue du sac la jeune femme paraissait d'être quelqu'un de studieux et organisé. Cependant, il ne trouvait finalement pas grand chose à se mettre sous la dent pour comprendre la jeune femme. En effet, qui se barre comme ça en oubliant son sac et ne remerciant même pas son chaleureux hôte? La jeune femme ne devait pas être quelqu'un de fortement sympathique et extraverti, ce qui intriguait tout de même Ryan au vue de sa beauté et certaine élégance. Enfin bref, même quand il l'avait vu au plus bas, le jeune homme décelait en elle une certaine aura mystérieuse qui n'aimait pas se montrer, avec un côté plutôt solitaire pour se barrer comme ça à l'anglaise. A moins qu'elle l'ait fait exprès et soit une femme fatale. Ces deux suppositions intriguait fortement le jeune homme qui voulait donc connaître cette drôle de Jaelyn-Parker. Cette dernière lui fonça donc dessus avec son café, renversant le liquide sur son bas de T-Shirt. Ryan mis les mains en l'air comme un prisonnier, et après une petite mine d'étonnement, fut après tout ravi que ce soit elle. Ainsi, avec un sourire au coin, il lui dit :

«Eh bien mademoiselle, c'est du propre! Je crois que nos chemins sont définitivement faits pour se croiser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar
Invité


MessageSujet: Re: Walker&Parker « You left me so damn lonely,and I wonder why. »    Ven 3 Déc 2010 - 0:32

début du flash-back.

Shit. J’aime pas la pluie. En fait oui, j’adore la pluie. J’adore la pluie quand je suis à l’intérieur. J’adore la pluie quand elle n’atteint physiquement jamais ma peau et qu’elle ne me transperce pas de sa froideur et de cette sensation désagréable qu’est celle d’être trempée. Non, dans ces cas-là, je déteste la pluie complètement. J’aime la bruit du tonnerre, le grondement que ça provoque. J’aime les éclairs, cet instant de lumière dans un ciel obscur. Quand je suis à l’intérieure, oui, seulement quand je suis à l’abri. Ce soir, sous la pluie battante, l’orage se faisant sentir drôlement près de la rue dans laquelle je courrais, je paniquais. J’avais beau proclamer être amoureuse de l’orage en temps normal, ce soir c’était loin d’être le cas. J’avais le coeur qui battait à la chamade, courant, un peu désorientée plus par impatience de rentrer chez moi que parce que je ne me retrouvais pas dans les rues que je connaissais pourtant très bien. Paniquée, je m’étais arrêtée en face d’une laverie, sans vraiment savoir où j’étais, les yeux remplies de larmes incontrôlées alors que j’avais cette intention de rester là jusqu’à ce que l’orage se termine, ce qui était drôlement ridicule puisque celle-ci ne faisait que commencer et on savait tous très bien qu’une fois que l’orage éclate à Los Angeles, elle dure une bonne majorité de la nuit. J’entends une porte s’ouvrir derrière moi sans m’en soucier, et alors qu’une main se place sur mon épaule, je sursaute. Ma respiration est rapide et un sanglot s’échappe de ma gorge, involontairement. Je déteste être aussi vulnérable, mais en ce moment je n’y peux rien. « Laissez-moi vous aider. » Et je l’avais laissé faire. De bonne façon, il m’avait aidé à me relever et m’avait demandé le chemin pour retourner chez moi. Et d’une voix de petite fille, une voix que je ne me connaissais pas, je le guide jusqu’à moi et je ne sens pas une once d’agressivité s’emparer de moi face à cet inconnu, moi qui aurait pourtant mordu plusieurs fois avant de laisser quelqu’un s’approcher ainsi. Mais comme on dit, un malheur ne vient jamais seul, il avait bien évidemment fallut que j’oublie mes clés à l’intérieur avec que Noah et Aubree ne parte pour la soirée, me laissant seule sans moyen de rentrer dans cette soirée dégueulasse. Les connaissant, je ne savais pas à quelle heure ils allaient rentrer, et ça pouvait être tard, plus que tard même. Et encore une fois, le garçon auquel je ne connaissais que le prénom, Ryan, avait été assez généreux pour m’offrir un toit pour la nuit. Et j’avais hésité, drôlement hésité, mais l’orage qui semblait encore plus impressionnant m’avait convaincu d’accepter l’offre. Dans le lit du jeune garçon, je m’étais endormie rapidement alors qu’il se contentait de son canapé. J’avais été charmé par sa galanterie sous le coup de l’émotion, mais le lendemain matin au réveil, ce n’était plus tout à fait ça. 5h21 apparaissait en rouge dans la pénombre de cette chambre qui m’était au fond complètement inconnue et je n’arrivais pas à croire que j’avais accepté de dormir ici, chez un pur inconnu, toute une nuit. Ce n’était pas moi, et j’en voulais à ce côté vulnérable en moi qui était ressortie hier qui avait causé toute cette situation. Alors, silencieusement, de cette façon qui me représentait beaucoup mieux que la fille vulnérable en larmes la veille, je n’avais pensé à rien d’autre que sortir de l’appartement, et sur la pointe des pieds, c’est ce que j’avais fais, laissant un Ryan complètement désemparé par la jeune blonde qu’il avait sauvé. Si seulement il savait vraiment qui j’étais..

fin du flash-back.

Je ne l’avais pas aperçu dans la file au Starbucks. Probablement que si je l’avais aperçu, je l’aurais évité de toutes les manières possibles, mais ce n’était pas ce qui était arrivé. Il avait encore mon sac - alias une grande partie de ma vie - et même si j’avais vraiment envie de récupérer mes biens, j’étais encore plus gênée de me retrouver face à lui que j’étais en manque de mes cahiers et biens personnels. Par chance, mon appareil photo ne s’était pas retrouvé dans mon sac ce soir là donc j’avais encore le plus important en ma possession, mais quand même. Café à la vanille française en main, je ne regardais pas où j’allais, trop concentrée par la boisson chaude qui reposait entre mes mains, du moins pour les trente premières secondes. Une seconde le café était dans mes mains, celle d’après le dit café se retrouvait sur un bas de T-Shirt de quelqu’un dont je n’avais toujours pas vu le visage. Un « Désolée.. » murmuré furent mes premiers mots et excuses alors que je relevais le visage pour me retrouver face à Ryan, évidemment. Décidément, le destin ne me lâchait pas ces temps-ci, il fallait toujours que ce genre de coïncidence plus qu’étranges m’arrivent à moi. Je soupirais silencieusement, tiraillée entre la gêne et l’agacement de tomber sur le jeune homme envers qui je devrais pourtant être reconnaissante. J’étais définitivement trop compliquée à comprendre. « Eh bien demoiselle, c’est du propre. Je crois que nos chemins sont définitivement faits pour se croiser. » Un croyant du destin? Hum, je ne suis pas certaine que j’achète cette théorie. Pour moi, la vie n’était qu’une suite de malchance, rien de plus, rien de moins. Les moments de bonheurs étaient tous éphémères dans cette vie, tellement que je ne les attendais même plus. À quoi ça servait d’espérer que les choses soient mieux alors que d’une façon ou d’une autre, un jour ou l’autre, tout redeviendrait aussi noir qu’avant? « C’est plutôt le hasard je dirais. Désolée pour ton chandail. » Je garde le regard bas, encore plus gênée. Non seulement, ce mec il m’aide alors que je suis en pleine crise, mais en plus il faut que ce soit sur lui que je renverse mon café alors que je n’ai même pas été foutue de le remercier pour son hospitalité lors de cette soirée d’orage qui a fait ressortir ce côté en moi dont je suis le moins fière? Il n’aurait clairement pas pu me prendre à de pires moments, ou de meilleurs devrais-je dire. Enfin, c’était relatif. Du moins, il n’était pas parti pour m’entendre crier comme certains.. « J’ai pas eu la chance de te remercier pour l’autre soir, avec l’orage et tout. Alors merci j’imagine.. » J’ai presque l’impression que le rouge me monte aux joues, c’est tellement pas moi, toute cette situation. Normalement, ce genre de choses n’arrivaient qu’aux autres, mais aujourd’hui, c’était bel et bien moi qui était prise au milieu de tout ça. Et évidemment, ma fierté ressortait, malgré tout. « Même si j’aurais très bien pu me débrouiller toute seule. » Je n’étais pas dû genre à vouloir de l’aide, de qui que ce soit. Mais maintenant, il était trop tard pour revenir dans le passé..
Revenir en haut Aller en bas


Ryan Walker
    RYAN ♠ love me two times.

→ crédit : Datura ; Tumblr
→ discussions : 648
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 05/05/2010


MessageSujet: Re: Walker&Parker « You left me so damn lonely,and I wonder why. »    Dim 5 Déc 2010 - 18:05

    Plus les jours s'étaient écoulés, plus Ryan s'était interrogé sur la jeune femme. Il avait tenté de la retrouver au lycée, en vain. Il s'était quand même demandé pourquoi elle ne l'avait jamais re contacté, sachant qu'il savait qu'il était également au lycée. Pourquoi elle n'avait pas tenté de récupérer au moins son sac, dans lequel était rassemblé d'importantes pièces indispensable à sa vie de tout les jours. Ses cours par exemple ou sa pièce d'identité. Pourquoi elle ne l'avait pas remercié, pas même tenter de mettre un petit mot de remerciement. C'était la moindre de ses choses. Toutes ces interrogation conféraient donc un côté très mystérieux et étrange à la jeune femme. Elle ressemblait à ce genre de fille paumée qu'on voit dans les films s'enfuir un peu partout. Elle ressemblait à sa Valentine, sa chère Valentine bien étrange parfois et qu'il ne voyait jamais. Pourtant, quand il lui arrivait de la croiser, cette sorte de confidente avec lequel il se sentait en total empathie, il se sentait bien et finalement les mots importaient peu pour qu'il se comprenne et soit à l'aise. Tout ce silence, cette absence de conversation sur tout et rien, cela lui faisait du bien de temps. Son côté très solitaire, mystérieux et introverti lui plaisait et le calmait. Eh bien, avec Parker, il l'avait un peu cette même impression. La jeune femme ne semblait pas du genre très bavarde, extraverti et charismatique. Dans cet univers ou les filles paraissaient faire la loi et n'en faire qu'à la tête, et dont Ryan faisait parfois les frais, il trouvait ce genre de fille un peu arrogante et je-m'enfoutiste assez attirantes et amusantes. Et qui plus est, très rare. Ces filles assez paradoxales dans le fond et souvent assez braves, ayant du surmonter de nombreuses épreuves dans leur vie et se relever avaient une certaine classe et honneur. Ryan ne lui avait donc pas vraiment voulu qu'elle s'en aille, car après l'état dont il l'avait trouvé la semaine dernière, il s'était douté que la jeune femme ne devait pas avoir toute sa tête sur les épaules ces derniers temps ou à ce moment précis. Cependant, il fut un peu vexé et agacé de voir que la jeune femme n'avait pas tenté de le revoir par la suite, comme si au final elle l'avait déjà oublié le jeune homme et son sac.

    C'était un bien petit désolé que la jeune femme lui répondit. Cependant, le spectacle qui se déroula sous les yeux du jeune homme lorsqu'elle le reconnut fut assez drôle et jouissif. Elle paraissait un peu surprise, comme si elle venait tout d'un coup de se dire "putaiinnnn c'est ce mec, merddeee qu'est que je vais faire de lui" .... Vraiment lunaire donc la jeune femme, c'est ce que comprit Ryan lorsqu'il vit cette expression se dessiner sur son visage. La jeune femme continuait de garder un peu la tête baissée, apparemment encore plus gêné d'avoir renversé son café sur lui en particulier que sur une autre. Il est vrai que Ryan n'était pas quelqu'un d'insignifiant. Mais enfin, si elle connaissait vraiment le jeune homme, en dehors de son étrange et très surprenante hospitalité et gentillesse de l'autre jour, elle ne serait pas probablement embarrassé. Plutôt agacée de tomber sur ce connard de première qui allait encore lui pourrir la vie. Mais ça elle ne le savait pas encore. Ryan avait encore à jouer quelques cartes, dans son éternel jeu de beau parleur agréable et sympathique. Cependant, la jeune femme ne paraissait mais alors pas du tout rentrer dans son jeu, ou même esquisser un sourire à sa remarque. Vraiment pas reconnaissante donc. Ou alors elle passait vraiment une journée pourrie, et dans ce cas là, Ryan avait le don pour la trouver dans des états fort peu agréables. Il n'était pas vraiment habitué à ce genre de réaction venant des filles donc il faut dire qu'il était agréablement surpris qu'on l'envoie un peu bouler de temps en temps. Cela ne lui faisait pas tellement de mal, au contraire, il aimait le challenge le jeune homme. De plus, le fait que Ryan ne connaisse pas du tout la jeune femme, même par des échos l'intriguait et le poussait à savoir s'il lui arrivait d'être de temps un autre un peu plus bavarde et souriante. Avec un tel physique, des yeux marrons profond avec des cheveux aussi blonds et un visage plutôt agréable, cette jeune femme ne pouvait qu'aspirer la joie. Mais sa mine un peu fatiguée et renfrognée tâchait quelques peu le décor. Très curieux, cette jeune femme était donc la proie, priorité number one à découvrir. Il n'avait pas envie de faire son connard tout de suite et son premier objectif était de lui faire ne serait-ce que esquisser un petit sourire pour voir si elle était encore plus belle avec. Et de deux, découvrir la jeune femme et avoir le fin mot de sa précipitation de l'autre jour. Et l'histoire du sac aussi, pourquoi lui avait-elle laissé son sac l'avait-elle fait exprès? Cela ne paraissait pas être de son genre car sinon elle serait venue le retrouver d'une façon ou d'une autre. Le fait qu'elle ne vienne pas le récupérer impliquait quand même un certain détachement de la vie et côté débrouillard à la jeune femme, dont les biens matériels importaient peu après tout peut-être. Bref, cette aura de mystère planait autour de jeune femme tel un morceau de gâteau dont Ryan avait une envie irrésistible envie de croquer dedans. A sa remarque un peu froide donc, le jeune homme se contenta d'un petit rire amusé par cette réponse avec un certain air d'approbation, il répondit : « C'est une thèse qui se défend. Ya pas de mal, je suis pas du genre à m'affoler pour une tâche sur un T-Shirt que je viens d'acheter à 70 dollars. Le pire c'est que je suis sérieux » Et le pire aussi c'est que je dis tout haut ce que je pense tout bas. Oui Ryan venait de l'acheter, et de le payer assez cher, mais comparé à cette rencontre surprenante et la jeune femme assez intéressante qui lui tombait sur le nez, un petit détour à la laverie serait bien peu. Quand bien même le t-shirt était noir, alors la tâche ne se verrait pas forcément, et puis sinon il en avait rien à foutre. Il faut croire que les paroles du jeune homme lui avaient quelques peu délié la langue puisque elle s'excusa finalement de son départ un peu prompt de la dernière fois. Elle ne paraissait pas pour autant par la perte de son sac, c'était du style "tiens merci garde la monnaie aurevoir" . Cette jeune femme faisait décidement beaucoup rire le jeune homme, ou du moins ricaner, même quand elle paraissait être sérieuse et désolé. C'était tellement mignon quelque part. Une fois de plus avec son naturel sourire au coin, Ryan ne put s'empêcher de rompre la glace et le tabou du fameux "sac" : « Je suppose que je peux donc garder ton sac avec cette superbe photo d'identité de Jaelyn Parker Brooks-Kelly à ses douze ans avec ses petites couettes? » Cette photo était tellement choute n'empêche ya pas à dire. Ryan voudrait la même gamine dans une vingtaine d'années. Un large sourire sur la bouche, elle semblait heureuse de vivre, à l'opposé de la mine boudeuse actuelle de Parker. Il ne sait s'il l'avait vexé ou si elle faisait semblant de bouder mais c'était assez jouissif. De savoir qu'il pouvait désormais la tenir en chantage, car la plupart des filles s'emballaient à l'idée que de tel photos soit rendues public et étaient prêtes à donner corps et âmes. Allait-ce être le cas de la demoiselle? Cette dernière voulait quand même se défendre et rester digne avec son petit "même si" amorçant une grande assurance et confiance en elle. Hun hun. Elle aurait pu se débrouiller toute seule, comme une grande? Cela ne semblait vraiment pas, mais alors pas du tout être le cas en apparence. Pourquoi tentait-elle de cacher autant sa sensibilité et vulnérabilité de l'autre jour, Ryan n'allait pas la bouffer ou se moquer d'elle pendant des années. OK, cela pouvait être son genre mais elle ne le savait pas et il n'allait pas le faire, car il gardait quand même certaines valeurs morales. Comme le fait de ne pas se moquer de gens totalement désemparés comme elle. Haussant un sourcil, il dit d'un ton un peu amusé à sa remarque : « Bien sûr, je ne doute pas de ton côté brave et indépendante, mais tu sais je ne suis pas vraiment le bon Samaritain non plus. Tu m'avais paru si perdue et désabusée, j'ai déjà connu cette expression, je ne vais pas dire que je comprenais ce que tu pouvais ressentir, total phrase bidon de gens inintéressants mais je dois avouer que j'avais vraiment envie de t'aider. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Walker&Parker « You left me so damn lonely,and I wonder why. »    

Revenir en haut Aller en bas
 

Walker&Parker « You left me so damn lonely,and I wonder why. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Good Life ™ :: inactif-