AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
VEUILLEZ LIRE CE SUJET ET DONNEZ VOTRE AVIS : CLIQUEZ

Partagez | 
 

 
Hi sister, I'm back...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


Invité


MessageSujet: Hi sister, I'm back...   Dim 27 Fév 2011 - 16:29

Maia & Leah Ersley

CSS réalisé sur mycandids.tk

« Dernier appel pour les passagers du vol AF7373 en direction de Paris... » ; m'appliquant pour ne pas tomber, je dépassai le plus habilement possible tous les gens de la file d'attente pour passer la sécurité. J'agitai mon billet et mon passeport devant le contrôleur qui me regardait d'un air amusé. Il me laissa passer et je repris ma course dans la salle d'embarquement vers la porte 12. J'avais finalement atteint la place 18A dans l'avion, essoufflée comme jamais certes, mais j'allais enfin pouvoir rentrer chez moi. À Paris, je pris la correspondance pour Los Angeles, je m'apprêtai à passer 15 heures assise à côté d'un inconnu. Autant vous dire que je sentais déjà la catastrophe. En effet, il ne me fallu pas plus de deux heures pour commencer à tout bousiller en commençant par la mini-télé qui était sensée m'aider à faire passer le temps plus rapidement. Plus tard en allant aux toilettes, je me pris les pieds dans une ceinture détachée et tombai sur une hôtesse de l'air portant un thermos de café qui bien sûr n'était pas fermé... Comment se mettre tout l'équipage à dos ? Demander Leah Ersley! Mon voisin de gauche m'attrapa par le bras et me conseilla de rester assise pendant toute la fin du vol. Aussi bizarre que ça puisse paraître, j'étais de son avis. Nous discutâmes de ma maladresse, il se demandait comment c'était possible que je sois aussi gauche. Mason, qu'il s'appelait, un chouette gars.

Ma tête appuyée contre la paroi de l'appareil, je regardais à travers le hublot en pensant à tous les derniers évènements de ma vie que j'avais fuis en partant pour Brest. Je pensais qu'en me détachant complètement de ma vie à Los Angeles, je pourrai oublier mais j'avais tort. Il y a beaucoup de choses qu'on ne peut tout simplement pas supprimer de sa mémoire. De plus, je ne m'étais pas complètement isolée sur un autre continent car je donnais régulièrement de mes nouvelles à ma famille et à Jeremy. « Information pour l'équipage : atterrissage imminent. » ; le voyage m'avait paru tellement long que je n'aurai pu être plus heureuse de retrouver la chaleur et le soleil de la cité des anges. Je récupérai ma guitare et mon sac qui avaient voyagé en soute, puis je sortis de l'aéroport... enfin tout ça, après avoir fait un petit chèque pour les dégâts que j'avais causés à l'appareil. J'étais exténuée mais je décidai de rentrer à pieds. La demeure des Ersley n'était pas extrêmement loin et j'avais passé beaucoup trop de temps assise à mon goût.

J'arrivai enfin à destination, il n'y avait qu'une seule voiture dans l'allée et ce n'était pas celle de papa... Maia était à la maison. Je fouillai dans mon sac pour trouver la clé de la maison que j'enfonçai dans la serrure. La porte s'ouvrit et j'entrai. Après avoir posé ma guitare, j'entrepris de me déchausser toujours mon sac sur le dos. Je me retournai brusquement non sans faire de bêtises car le vase de verre posé sur la table se retrouva par terre en mille morceaux : « Eh merde... Bravo Leah... et une de plus! ». Je soupirai posant le reste de mes affaires à côté des escaliers avant d'aller chercher le balais et la pelle au sous-sol, je ne connaissais que trop bien leur emplacement. En remontant, je me retrouvai face à face avec Maia, ma demi-sœur. Nous n'étions pas spécialement proches, j'avais pourtant déjà essayé de sympathiser sans franchement de succès. M'enfin, je ne pouvais que la comprendre, j'avais débarqué comme ça du jour au lendemain dans sa vie, bousculant un peu leur petit train-train quotidien. « Maia! Comment tu vas? » ; que pouvais-je dire d'autre? Je n'allais quand même pas lui sauter dans les bras et l'embrasser comme si nous étions les meilleures amies du monde... Tout en attendant une réponse, je balayai le sol pour rassembler au même endroit tous les morceaux de verre éparpillés sur le carrelage.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


MessageSujet: Re: Hi sister, I'm back...   Ven 11 Mar 2011 - 23:37

« Y’a quelqu’un? » Je me doutais bien que l’absence de voiture dans l’entrée annonçait l’absence imminente de vie dans la maison, mais j’avais quand même eu l’espoir de tomber sur l’un de mes frères par je ne sais quel miracle, ce qui n’allait clairement pas arrivé si je me fiais au silence qui me revenait comme étant l’écho de mon appel sans réponse. Je soupire légèrement alors que je rentre dans cette maison qui ne semble même plus être la mienne tellement le temps que j’y ai pensé récemment est des plus limités. Autour de moi, c’est des milliers de souvenirs, des milliers de moments qui me reviennent à l’esprit, de ces moments que je ne revivrais plus jamais, de cette famille qui existe encore, mais qui clairement c’est détruite et qui ne sera plus jamais la même. C’était ce que ça créait, la mort. Non seulement, je ne reverrais plus jamais ma mère, mais en plus, l’ambiance qui régnait autrefois chez moi ne serait plus jamais la même. Les Ersley s’étaient, involontairement je m’en doutais bien, enterrée en même temps que ma mère, sous cette terre glaciale, incapable de revenir à la vie. Et le vide n’avait fait que grandir jour après jour, rendant cette vie qu’était la notre un peu plus difficile, notre famille de plus en plus déchirée.

Et aujourd’hui, alors que le vide de la pièce, le vide de ma maison, de mon ancienne demeure me donnait froid dans le dos, je regrettais. Je regrettais d’être partie si vite, d’avoir laissé si peu ma trace après la mort de ma mère. Je regrettais de ne pas avoir assez porté attention à mon père, à mes frères, à ma soeur, de leur avoir donné cette impression qu’ils n’étaient pas importants, alors qu’au fond, ils le sont tellement. Je m’en voulais d’avoir eu les yeux fermés si longtemps, aveuglés par une seule personne. Sac sur le dos, j’avais péniblement monter les escaliers qui me mèneraient à mon ancienne chambre, encore plus déçue que je ne l’avais imaginé de trouver la demeure vide. Je n’avais fais que deux pas dans mon ancienne chambre que j’avais cette impression que cette pièce ne m’appartenait plus, pas comme elle l’avait fait auparavant. Les couleurs étaient toujours les mêmes, le couvre-lit pareil et on pouvait même apercevoir quelques unes de mes choses que j’avais laissé derrière moi lors de mon déménagement avec Aaron, mais cette chambre était celle d’un étrangère. Et c’est avec effroi que je réalisais à quel point « ma chambre » était vraiment celle que je partageais avec Aaron dans ce qui avait un jour été notre appartement. Cette pièce que j’avais dans mon nouvel appartement n’était en rien une place à laquelle je pouvais m’identifier. Ce n’était qu’une transition vers quelque chose d’autre. Quoi? Je ne le savais pas encore. J’avais envisagé revenir chez mon père, mais devant les faits, je savais que je ne le pouvais pas. Ce n’est plus chez moi, ici.

C’est un bruit qui provient d’en bas qui me fait sursauter et soudainement, je me sens sur mes gardes. Comme une intruse dans cette maison qui est pourtant celle où j’ai grandi. Je redescend tranquillement les escaliers pour apercevoir la silhouette connue de Leah, ma grande soeur. Mon coeur se pince alors que je pense au fait que c’est ma grande soeur, bien que je ne l’ai jamais véritablement traité comme telle. Moi qui avait toujours rêvé d’en avoir une, elle était devant moi depuis un bon bout de temps et je n’avais jamais su l’apprécier. Nos regards se croisent, je peux lire la surprise dans ses yeux de me voir ici. Ça faisait vraiment longtemps que je ne l’avais pas vu, entre moi qui bouge d’une place à l’autre et elle qui part en vacances à Phoenix, les choses avaient été très mouvementé des deux côtés. Et ce n’est pas comme si on s’était vraiment donné des nouvelles, n’ayant jamais été très proches.. « Maia! Comment tu vas? » La distance qui s’était imposée elle-même entre nous ne me surprend pas, mais me rend étrangement mal à l’aise. Je réalise qu’au fond, j’aurais vraiment aimé que ma relation avec Leah soit mieux que ça. Mieux que des « Comment tu vas? » alors qu’on ne doit pas s’être vue depuis plus de trois mois. Je la regarde ramasser les miettes de son dégât, mais quelque chose me pousse vers elle. Probablement la peur de me réveiller un autre matin et de réaliser que tout ceux qui ont de l’importance sont partis. À côté d’elle, je la force à se relever et la sert contre moi. Contre toute attente, j’imagine d’ailleurs qu’elle s’y attendait pas, mais ça fait étonnamment du bien. « Tu m’as manqué, grande soeur. » Je lève la tête et la regarde légèrement et lui offre un sourire sincère, chose que j’ai rarement fait en sa présence. J’ai envie qu’on se parle pour une fois, qu’on puisse se confier une à l’autre, qu’on puisse vraiment être les soeurs qu’on aurait pu être depuis le commencement. « J’imagine que c’est pas sur moi que tu t’imaginais tomber en arrivant aujourd’hui, mais j’avais envie de faire un tour à la maison, sauf qu’il y a personne. Enfin, il y avait. » Je ris bêtement, pourquoi est-ce que je me sens si nerveuse tout d’un coup? La situation doit lui paraître tellement étrange, moi qui ne me montre pas désagréable envers elle soudainement. Peut-être qu’elle va réalisé mes efforts et essayer avec moi, ou encore me rejeter comme je mérite probablement de l’être. Et je croisais réellement les doigts pour qu’elle apprécie le geste plutôt qu’elle ne le rejette d’un revers de la main. « J’suis vraiment contente de te voir. Il y a trop longtemps qu’on ne s’est pas parlées.. » Admettons que l’on se soit déjà véritablement parlé, admettons.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


MessageSujet: Re: Hi sister, I'm back...   Sam 2 Avr 2011 - 8:53

Je dois avouer que voir Maia à la maison était déjà en soit une bonne surprise mais il faut croire que ce n'était encore rien. Elle ne répondit pas à ma question qui lui demandait comment elle allait. À la place, elle marqua un temps d'arrêt avant de me m'attraper doucement le bras pour me forcer à me lever. Je laissai donc par terre la pelle et la petite balayette, pour me mettre debout à la hauteur de ma petite soeur. Je me demandais ce qu'elle allait bien pouvoir me dire mais lorsqu'elle me prit dans ses bras, je ne pus retenir un tout petit cris de surprise, un « ah! » simple et discret qui avait quand même de l'importance. « Tu m’as manqué, grande soeur. » ; j'avais entendu dire qu'elle avait vécu quelques épreuves un peu difficiles mais je n'aurai jamais imaginé que ceux-ci auraient sur elle un tel impact! Je me rappelai toutes les fois où j'avais tenté, en vain, de me rapprocher de ma soeur, et là comme ça, d'un seul coup, elle me serrait contre elle en m'appelant « grande soeur »... Oh oui! La surprise était de taille! On se lâcha l'une, l'autre et elle me sourit... son sourire était vrai, naturel. J'étais vraiment sous le choc. Je lui rendis son sourire en essayant de paraître le moins étonnée que possible mais c'était quand même un peu difficile. « J’imagine que c’est pas sur moi que tu t’imaginais tomber en arrivant aujourd’hui, mais j’avais envie de faire un tour à la maison, sauf qu’il y a personne. Enfin, il y avait. » ; sur ce coup là, elle avait raison! Mais je ne suis pas sûre que je m'attendais à voir qui que ce soit. Seul Liam était au courant de mon retour et vu ses relations avec le reste de la famille, je ne savais pas vraiment s'il aurait prévenu quelqu'un d'autre... Enzo peut-être? « Je suis... agréablement surprise. Mais je ne pense pas que tu t'attendais à me voir, toi non-plus. » ; je lui souris avant de me rebaisser pour ramasser rapidement les bouts de verre encore par terre avant que je ne mette le pied dessus. Je posai ensuite la pelle sur le buffet histoire de ne pas fausser compagnie à Maia qui semblait faire des efforts surhumains vis à vis de moi. J'espérais bien qu'un jour tout s'arrangerait entre nous, mais je n'aurai pas cru que ça pourrait arriver aussi vite! Quoi que ça faisait tout de même trois ans que j'étais à Los Angeles. « J’suis vraiment contente de te voir. Il y a trop longtemps qu’on ne s’est pas parlées.. » ; ça c'est le cas de le dire! Voilà ce que j'avais pensé sur le moment. Je crois que même après la mort de sa mère, de ma belle-mère, nous ne nous sommes pas vraiment parlées. J'ai essayé pourtant d'aller la voir, de lui remonter le moral. Je savais très bien ce qu'elle traversait et à quel point ça pouvait être dur pour elle, je voulais qu'elle sache qu'elle n'était pas seule... Cependant, elle n'avait pas voulu de moi, elle m'avait exclu comme beaucoup d'autres à ce moment là. « C'est vrai... Il serait peut-être temps de commencer... à parler. » ; je voulais lui montrer que je soutenais ses efforts, que je n'allai pas la repousser comme elle l'avait fait plutôt avec moi. J'avais le sentiment que je devais être là pour elle. Elle était ma petite soeur et même si notre relation n'était pas très forte, j'avais, depuis qu'elle était rentrée dans ma vie, toujours veillé sur elle, de loin, de très loin, dans l'ombre. Mais je ne pouvais rien faire, je ne pouvais pas intervenir car elle m'en empêchait. Je me disais qu'il était peut-être temps d'enterrer l'âge de guerre pour devenir les sœurs que l'on aurait dût être depuis le début. Car oui, si elle me repoussait, elle n'était pas la seule fautive. Moi aussi, j'avais ma part de responsabilité, je l'ai eue à partir du moment où j'ai arrêté d'essayer... « Allez viens. » ; je l'entrainai avec moi dans le salon et la fis s'assoir sur le canapé où je m'installai en face d'elle. « Et si tu me racontais tout ce que j'ai raté depuis que je suis partie? Depuis qu'on ne s'est pas parlées? » ; je lui offris un sourire pour l'encourager à me parler, à communiquer avec moi.

____________________________
HJ : excuse-moi pour le temps que j'ai mis à te répondre, je n'ai pas vraiment eu beaucoup de temps pour RPer dernièrement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité


MessageSujet: Re: Hi sister, I'm back...   Dim 3 Avr 2011 - 23:00

« Je suis... agréablement surprise. Mais je ne pense pas que tu t’attendais à me voir, toi non plus. » Je la sers toujours contre moi, et je réalise à quelle point la situation peut lui sembler étrange présentement. Je me recule lentement, réalisant que c’est peut-être un peu trop. Est-ce que c’était trop? Je n’arrivais pas vraiment à le dire par moi-même. Un sourire s’affiche sur son visage, pourtant, je me retrouve incertaine à savoir s’il est sincère ou non. Je baisse les yeux, soudainement gênée. J’avais tellement mal agi avec Leah auparavant, que j’imagine qu’elle ne s’attendait pas à un traitement royal en revenant à la maison. Pourtant, même si je n’avais jamais été proche d’elle, même si je ne l’avais jamais réellement rentrer dans mon monde alors que c’était pourtant tout ce qu’elle demandait auparavant, elle m’avait manqué. Son absence n’avait rien à voir avec celle de ma mère, celle qu’Aaron avait eu dans ma vie récemment, ou même l’absence de contact avec mes frères, mais elle m’avait manqué. Un peu comme cette connaissance qu’on apprend à connaître et qui disparaît du jour au lendemain, sans vraiment donné de ses nouvelles. De cette fille qu’on regrette de ne pas avoir pris la peine de mieux connaître pendant qu’on avait eu la chance de le faire. Et j’voulais me rattraper. Alors qu’elle était là, alors que j’me sentais plus heureuse que je ne l’avais été dans les six derniers mois. Elle était ma grande soeur, cette fille que je voulais dans ma vie depuis ma tendre enfance. Certes, il était trop tard pour les conseils, pour m’aider à vieillir, mais il n’était pas trop tard pour aujourd’hui, pour plus tard, pour qu’on soit réellement deux soeurs. Pas seulement deux inconnues avec les mêmes gênes. « J’croirais jamais dire ça, surtout pas random comme ça, mais tu m’as manquée, Leah. Et j’suis désolée, pour avant.. » J’avais conscience que de simples petits mots comme ceux-ci ne réparerait rien, et j’espérais qu’elle comprenait que malgré mon enthousiasme soudain, les murs que j’avais bâti face à la jeune femme n’étaient pas tous complètement tombés. J’avais réalisé qu’il me fallait les détruire, mais comme on dit, Rome ne s’est pas construit en un jour, et la chute n’est pas express non plus, malgré elle, malgré moi.

« C’est vrai... Il serait peut-être temps de commencer.. à parler. » J’avais vraiment espéré que le malaise ne soit que de mon côté, mais par la voix hésitante avec laquelle Leah me parlait, je savais que c’était réciproque. Si j’en avais le pouvoir, j’aimerais lui faire oublier toutes ses années que j’avais passé à l’éloigner de ma vie autant que je pouvais, parce que je n’étais pas prête à me faire prendre ma place. Non seulement, j’avais perdu mon statut de « seule fille Ersley », mais en plus, il s’avérait qu’elle était douée dans le même domaine que moi, la musique. L’on m’avait toujours identifiée à celle-ci et la présence de Leah dans mon entourage m’avait rendu nerveuse, trop nerveuse. Je ne voulais pas qu’elle soit meilleure que moi, je ne voulais pas qu’elle prenne l’attention qui m’était normalement associée. Et j’avais mis tellement de temps avant de réaliser que ce n’était pas une compétition.. « J’ai pas été tendre avec toi avant, en? Quand j’y repense, j’me trouve un peu stupide. Tu voulais qu’être là pour moi, et j’passais mon temps à t’envoyer promener. » Je me mords le fond des joues, honteuses. Je sais que présentement, tout ce qu’elle souhaite, c’est que je me confie finalement à elle, mais c’est pas aussi simple que j’aurais voulu que ce le soit, pas aussi simple qu’elle aimerait que ce le soit non plus. J’ai l’impression de me retourner complètement de bord, moi qui laissait envisager de belles retrouvailles entre nous, soudainement j’embarque dans un sujet de conversation un peu trop lourd. J’aurais dû lui demander comment avait été ses derniers mois, ce qu’elle avait fait, où elle était passée, mais j’avais besoin de mettre quelque chose au clair avec elle avant de faire quoique ce soit d’autre. Et une fois que les mots seraient dit, des mots tellement difficiles à laisser sortir, j’avais espoir que ce soit mieux entre elle et moi, qu’on puisse vraiment être des soeurs, comme dans tous les films que je voyais. Ce genre de relations que j’enviais chez les Williams. Parce que j’en avais envie. Pire même, j’en avais besoin. J’avais besoin plus que jamais de la présence rassurante d’une grande soeur. Et je savais que Leah était là, à m’attendre, les bras grands ouverts. « J’étais vraiment.. jalouse de toi. Jalouse de l’attention qu’on te portait, jalouse du fait que t’étais une bonne musicienne. J’avais peur que tu prennes ma place dans la famille, alors je t’ai pas laissé prendre une place dans ma vie.. » Jamais je n’avais été plus honnête avec Leah que présentement, et ça me faisait drôlement peur. Je ne savais pas comment elle réagirait. La distance entre nous était minime, vu notre étreinte d’avant et je stressais un peu, gênée de savoir ce qu’elle dirait.

« Allez, viens. » Je la suis tranquillement alors qu’un de ses bras se place derrière mes épaules et m’entrainent jusqu’au salon, jusqu’au divan plus précisément où elle prend place alors que j’accompagne silencieusement son mouvement. Je me demande si elle remarque les changements chez moi, je ne peux m’empêcher d’espérer que non. J’aimerais qu’elle évite de remarquer mon visage plus creux, les cernes bleus sous mes yeux. J’aimerais qu’elle ne voit pas mes jambes maigris et l’absence presque total de gras sur la plus grande surface de mon corps. Je souris légèrement, alors que de mon côté, j’aperçois les changements. Ses cheveux bruns ont allongés, ce qui la vieillit étrangement. Dans ses yeux, je peux voir l’excitation qu’elle a à être de retour à la maison. Je voudrais qu’elle me parle, mais évidemment, elle me demande de parler de moi. Et pourtant, malgré toutes mes mésaventures, j’ai l’impression qu’il y a rien de bon à raconter. « Et si tu me racontais tout ce que j’ai raté depuis que je suis partie? Depuis qu’on ne s’est pas parlées? » « Oh tu sais, ici les choses sont toujours ce qu’elles sont. Personne se parle. J’ignore même ce que deviennent Jude et Enzo, t’imagine. Et puis, j’crois que papa m’en veut encore.. » Les choses s’étaient tellement détériorés chez les Ersley que s’en était tout simplement ridicule. Une famille, quelle famille. « Depuis la mort de ma mère, disons qu’on a oublié la signification du mot famille. » Mon regard se baisse sur mes genoux, alors que je retiens des larmes de couler sur mes joues. C’était un sujet dont je détestais parler, parce qu’il réussissait toujours à me mettre complètement à l’envers. J’essayais d’éviter d’y penser aussi en général, mais en la présence de ma soeur, il était difficile d’ignorer que tout avait définitivement changer, et ça, pas pour le mieux. « Et puis, il y a eu toute la saga avec Aaron, mais ça c’est pas important. Parle-moi plutôt de toi. De ce que tu as fais, de ce que tu as vécu, d’où tu es allée. J’ai envie de tout savoir. » Non seulement, j’avais vraiment envie qu’elle me parle d’elle, mais aussi, je n’étais pas certaine d’avoir envie de parler encore une fois de toute mon histoire avec Aaron, de mon infidélité, encore moins avec qui et de ressasser tous ces souvenirs que j’avais envie de mettre derrière moi. J’avais croiser mes jambes, légèrement mal à l’aise de cette conversation, mais contente qu’elle ait lieu. Leah et moi, on avait quand même trois ans à rattraper, après tout..

__________________
    Hj; Ne t'inquiète surtout pas pour ça! Je comprends parfaitement, prends ton temps surtout.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Hi sister, I'm back...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hi sister, I'm back...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Good Life ™ :: inactif-