AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
VEUILLEZ LIRE CE SUJET ET DONNEZ VOTRE AVIS : CLIQUEZ

Partagez | 
 

 
Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »   Sam 30 Juil 2011 - 11:58



Ethan se réveilla tôt ce dimanche là. La veille il était allé dîner avec quelques amis dans un petit restaurant sympathique peu connu, ou il avait passé une soirée tranquille avant de rentrer chez lui aux alentours de deux heures, avait bu un petit coup, fumé un petit joint et s'était couché tranquillement vers 3h. Ce matin , il s'était levé à 11h pourtant contre toutes les mauvaises habitudes de se lever plutôt vers quinze heures habituellement. Bref, c'est surtout un petit rayon de soleil qui avait réussi à traverser et éviter le grand rideau du jeune homme et était venu fouiller dans ses yeux un peu d'énergie pour se réveiller. Le jeune homme s'étira et se leva rapidement de son lit, et alors qu'il marchait vers la cuisine, il trébucha sur sa guitare et tomba parterre. Il se releva tout de suite et même s'il saignait un peu du genou, tout ce qui l'importait là tout de suite, c'était sa guitare. Il se retourna et ramassa rapidement sa guitare. Les yeux presque angoissés et le corps plein de sueurs froides, il inspecta avec attention sa guitare. Ouf! Elle n'avait rien de cassé, et pourtant, Ethan avait bien shooté dedans. C'était sa toute première guitare, celle qu'il possédait depuis ses quinze ans, celle avec laquelle il avait tout fait, tout vécu, tout joué, tout écrit, tout ressenti... Bref, c'était sa guitare. Elle comptait pour lui autant que la prunelle de ses yeux. On avait déjà tenté de lui voler, lorsqu'il commençait à arriva à UCLA. Ce voyou a commencé à la revendre sur le Net, mais heureusement, Ethan a fait sa petite enquête et a retrouvé le coupable. Qu'est qu'il avait été stressé pendant cette semaine sans cette guitare ou il ne pouvait pas vraiment travailler. Bref, Ethan fut rassuré et serra comme un débile sa guitare contre lui. L'instrument vibra contre sa pression, mais Ethan était persuadé que cette guitare avait une âme, qu'elle était habité. Ca se trouve, elle était habité par Hendrix himself qui sait... Il la reposa sur son lit et alla prendre son petit-déjeuner tranquillement, puis se doucha et s'habilla d'un simple jean Diesel et T-Shirt avec marqué en gros dessus : "KISS" . Il fit rapidement son lit et ouvrit ses volets, il n'avait pas rangé grand chose dans son appartement depuis quelques temps, mais heureusement qu'une femme de ménage passait une fois par semaine. Elle devait être un peu dégoûté à chaque fois de retrouver la maison dans un encore pire état que la semaine passée mais pour se faire pardonner, Ethan lui offrait toujours un petit bouquet, une bouteille, des chocolats, des vêtements... Un peu de la corruption professionnelle quoi aha. Et puis il n'y avait pas que lui qui foutait la merde. Sa petit crado de coloc' alias Parker la soi disante sainte-nitouche contribuait elle aussi au pourrissage de l'appartement.

Il regarda le beau temps ainsi que l'heure, ça va il était une heure de l'après - midi, tranquille. Bizarrement, il n'avait pas beaucoup de monde dans les rues. Etrange pour un dimanche après-midi, les gens avaient peut-être trop faire la fête tous en même temps la veille. Soudain, il regarda sa guitare, puis dehors et sa guitare. Il sentait une pression inconnue, une soudaine inspiration qui le poussait à aller dehors dans un coin tranquille jouer quelques morceaux, comme au bon vieux temps. C'est vrai que cela faisait des mois qu'il était resté de son côté et qu'il n'avait pas composé. Il prit donc sa guitare, enfila ses pompes Adidas, enfila ses lunettes, prit ses clés et partit. Direction? Ethan erra quelques temps dans la rue avec sa guitare avant de se décider à aller à L'Hyde Park. La -bas au moins, vue le peu de monde qu'il y avait dans les rues déjà , il n'y aurait vraiment personne. Après dix minutes de marches à flaner à gauche à droite, il décida de se prendre un bon petit Frappucinno avant et passa au Starbucks. Il fit tranquillement la queue, quelques peu rêveur et encore dans sa bulle, ne reconnut pas la jeune femme devant lui, bien qu'il pressentait une ressemblance. Il s'avançait ensuite au guichet lorsque la jeune femme se retourna et lui renversa sa boisson dessus. Il s'apprêtait à grogner et engueuler la fautive quand son regard se posa sur la jeune femme qui se trouvait être.. Crystel. Sa Crystel. Sa chère Crystel qui l'avait tant fait souffrir malgré lui. Sa chère Crystel qu'il n'avait pas vu depuis bientôt un an. Qui l'avait abandonné après sa grossesse non désirée et finalement parti d'elle en même en raison d'une fausse couche. Ethan gardait pour elle une part de rancune car en fin de compte, il n'avait pas compris son départ si soudain, et avait été blessé par la façon dont elle avait filé à l'anglaise pour on ne sait quelle destination. S'il l'avait vraiment voulu, il aurait pu prendre des nouvelles et s'enquérir d'elle, mais cela ne l'intéressait pas, il était tellement dégoûté qu'il n'avait même pas eu envie de savoir ce qu'elle pouvait bien foutre à l'heure actuelle. Etant donné qu'il venait une einième fois de se réveiller du pied gauche et que la jeune femme en avait aussi profité pour arroser son étui de guitare, d'un air hautain et agacé, il lui dit d'un ton méprisant : « Eh bien mademoiselle la revenante, il faut croire que nos chemins sont faits pour se croiser, et que vous avez également la fâcheuse tendance à me pourrir la journée. » Il commandait alors sa boisson devant une Crystel toujours aussi penaude. Il avait peut-être été agressif et ses paroles n'étaient peut-être également pas entièrement sincères, mais a quoi s'attendait-elle en même temps? Elle s'était barrée du jour au lendemain, alors que Ethan pensait être un soupçon important dans sa vie pour qu'elle lui donne des nouvelles, surtout vu la relation qu'ils entretenaient à l'époque et "l'événement" qui les a reliés quelques mois. Mais non, une fois de plus, la jeune femme égoïste et imprévisible, s'était barré, ou du moins rompit tout contact avec lui, laissant le jeune homme seul, encore plus désespérément seul qu'il ne l'était déjà avec Crystel. Qu'elle le veuille ou non, elle avait accentué la petite dépression et crise existentiel par lequel est passé le jeune homme, et dont il n'est pas ressorti totalement indemne. Ce n'était pas entièrement de sa faute et Ethan y était bien sûr aussi pour quelque chose, mais elle l'avait fait sombrer plus que n'importe qui alors qu'il était déjà à terre lors de son brusque "départ". Et elle devait savoir, d'expérience que Ethan était quelqu'un de très rancunier et renfermé, encore plus désormais qu'il ne l'était auparavant. Alors avant qu'elle commence à ouvrir la bouche et lui faire ses yeux de labrador, Ethan la stoppait net pour lui dire : « Nan Crystel j'ai pas envie de savoir pour quel mec, destination ou envie tu m'as quitté, j'ai plus besoin de ça, j'ai plus besoin de tes explications, de tes désolés de merdes que tu penses même pas et que tu dis juste pour soulager ta conscience. J'ai envie de rien Crystel, rien venant de ta part, j'ai arrêté d'essayer de te comprendre, toi et tes "ma famille d'abord", j'ai arrêté depuis longtemps déjà et j'ai pas besoin de toi comme notabene. » Le jeune homme, alors qu'il voulait au départ simplement dire "tais toi" s'est finalement lancé dans un vidage de sac qu'il n'avait jamais pu exprimer auparavant étant donné que Crystel s'était barré comme une malpropre. Il préférait lâcher son sac maintenant, prendre sa boisson et se barrer rapidos, c'était simple, précis, clair et synthétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité


MessageSujet: Re: Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »   Dim 31 Juil 2011 - 8:06



Plus les heures passaient et plus la pression montait. Je stresse pour ce soir, pour le resto qu’on se fait ma sœur et moi chez les Hayes, ma patronne. Je n’ai rien à craindre étant donné que j’ai toujours été proche de ma patronne et qu’on s’entend assez bien, d’où le fait qu’elle m’ait invité chez elle pour rencontrer sa famille et manger en parlant d’autre chose que la mode. J’me suis réveillée assez tôt ce matin parce qu’il y avait un mini défilé chez Hayes industries et j’devais être présente. Chelsea était là aussi, pour prendre des photos. Elle s’est proposée et ma patronne n’a pas refusé étant donné qu’elle connait les photos de ma sœur. Elle a déjà travaillé pour elle, ce n’est pas la première fois qu’elle photographie les vêtements. Ma sœur et moi avons toujours été complémentaire, et dans tous les domaines. Après le défilé, ma sœur et moi nous sommes séparés parce qu’elle avait des affaires à régler et moi de mon côté, j’voulais faire un peu de shopping, en passant par la case « café » parce que j’ai oublié de le boire ce matin, et j’suis obligée d’aller au starbuck du coin. Après avoir payée la dame pour mon café, je me retourne assez rapidement et sans le vouloir je renverse la moitié de ma boisson chaude sur le type qu’était derrière moi. Il était avec sa guitare et j’ai certainement merdé en faisant cette gaffe parce que j’vais m’en prendre pleins la gueule. Quand j’vois de qui il s’agit, j’ai encore plus honte de moi et j’ai qu’une envie, c’est de rentrer rapidement chez moi. Depuis que je suis de retour, on ne s’est pas croisé, on ne s’est pas parlé du tout que ce soit par texto, msn ou facebook. Je ne pouvais pas, parce que j’avais pas envie de me justifier, de justifier mon absence et les choix que j’ai fait. Là aujourd’hui, je n’ai pas envie non plus, sauf qu’il me manque et j’veux qu’on soit comme avant, comme quand on était de bons amis, avant de sortir ensemble et surtout bien avant la grossesse. « Eh bien mademoiselle la revenante, il faut croire que nos chemins sont faits pour se croiser, et que vous avez également la fâcheuse tendance à me pourrir la journée. » C’est normal qu’il m’en veuille et qu’il me parle sur ce ton, j’aurais fait bien pire. Je ne sais même pas quoi dire, je n’ai rien à dire et il a raison de me parler sur ce ton. Au moment où j’trouve quelque chose à dire il reprend la parole. Tout ce qu’il dit est vrai, mais ça me blesse et me touche beaucoup. J’comprends pas comment une personne qui occupait une grosse partie de ma vie peut aujourd’hui me parler comme il vient de le faire. Ethan me manque vraiment, il m’a toujours manqué mais j’ai trop de fierté pour aller vers lui et le lui dire. De toute façon, j’me suis dit qu’il allait rapidement passer à autre chose et m’oublier comme j’ai essayé de le faire. « Ethan, arrête… » J’veux pas qu’il continue sur cette lancée, continuer à me balancer des choses blessantes sur la gueule alors que tout c’que j’voulais c’était boire un café pour rentrer chez moi et me préparer pour le dîner des Hayes avec ma sœur jumelle. Je comprends sa réaction, je n’attendais pas à ce qu’il m’accueille à bras ouverts, mais je n’étais pas prête à vivre cette situation aujourd’hui, en ce début d’après-midi. J’étais pas prête et je ne l’aurais jamais été parce que croiser Ethan, ce n’était pas prévu dans ma vie. Bien sûr, je l’aurais croisé, mais dans quelques années, j’sais pas. « Tu peux pas comprendre, même si je t’explique ce qu’il m’a pris. Je sais, j’ai merdé en quittant la ville sans donner de nouvelles, mais c’est en partie à cause de la grossesse. » J’étais tombée enceinte de Matthews et le pire dans tout ça c’est que l’avortement n’était pas possible, mais le destin m’a fait faire une fausse couche. Heureusement, sinon à l’heure actuelle je serais chez moi en train de nourrir mon enfant. Je n’étais pas prête – et je ne le suis toujours pas – à être maman. J’aurais voulu que ce soit un inconnu qui me parle mal parce que j’ai renversé ce café plutôt que ce soit Ethan qui me parle de ce que j’ai fait et ce que j’étais censé faire. J’pensais qu’en ne lui donnant plus de nouvelles, j’allais l’oublier facilement, alors que non, après ce qu’on a vécu pendant près d’une année, c’est impossible d’oublier une personne du jour au lendemain. Si j’dis à Matthews qu’il m’a manqué, que je l’aime beaucoup et que je regrette ce que j’ai fait, soit ne plus lui avoir donné de nouvelles, il me croira pas sur ces trois points alors vaut mieux pas me faire passer encore une fois pour une menteuse. En plus, énervé comme il est, il n’essaiera même pas de me comprendre, de comprendre la situation dans laquelle j’étais. Il n’est pas dans ma tête, il sait pas à quoi je pensais au moment des actes. Fière comme je suis, je n’ai su que rajouter « Désolée pour le café, en espérant ne plus te croiser pour ne plus pourrir tes journées. » J’avance d’un air hautain, en espérant qu’il ne m’interpelle pas, surtout devant tout le monde. Pourtant, tout ce que je voulais, c’est qu’il me prenne dans ses bras et qu’il me dise que je lui ai manqué. Bien entendu, jamais il ne fera ça puisque c’est de ma faute et au lieu de me rattraper, ma fierté de merde prend le dessus et fais ce qu’il y a à faire.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »   Dim 31 Juil 2011 - 15:47

Ethan lui en voulait beaucoup. Enormément même. Tout simplement parce qu'il y a un, lorsqu'elle l'a abandonné, elle n'était pas seule. Beaucoup l'avaient abandonnés avant elle, beaucoup d'être chers et du rare proche entourage du jeune homme. Tout d'abord, il y avait eu Lucy, celle en laquelle il avait toujours pu compter, croire, mais non, le jeune homme avait merdé et elle s'était aussi barrée, et c'était comme si son départ avait causé un tsunami tragique de dépars et d'abandon. Cela a commencé avec son meilleur ami Ruben parti buter des gangs on ne sait ou et qui n'a pas donné de signe de vie depuis, peut-être même que celui ci était mort sur le bord d'une fossé ou au fond d'un lac et cette perspective rendait le jeune homme totalement fou. Puis c'était sa chère Maia qui une fois de plus l'abandonnait pour son satané Aaron et je ne sais quel projet ambitieux de musique, sans parler de Gabrielle parti du jour au lendemain au Mexique ou de Jeremy, son cher colocataire qui n'a pas donné de signes de vie depuis la remise des diplômes. Tous ces départs ajoutés au coma de sa soeur, la prunelle des yeux de Ethan, Nina Matthews, la première année qui a suivi la remise des diplômes fut la plus affreuse de toute pour Ethan. Il a bien entendu fait une dépression, courte, mais quand même intense, ou il était exécrable, il ne mangeait plus, ne buvait plus, ne sortait plus, passer sa journée à fumer des joints encore et encore des joints et écrire des morceaux à la guitare, se croyant soudainement intelligent sous l'effet des joints. Crystel était donc venu lui apporter un peu de gaieté et insouciance dans sa vie actuelle, avant de partir, comme tous les autres, et le laisser là comme un con. Alors non, Ethan ne se voilait pas la face comme le font la plupart des mecs dans ce cas là, prétextant qu'ils vont très bien et qu'il y en "aura d'autres". Il se faisait bel et bien chier comme un rat à mort à l'époque, n'était pas du tout en harmonie avec lui même mais plutôt en "bataille" avec lui même. Il était pas passé à autre chose, tous ces départs ne lui avaient pas permis de redémarrer du bon pied avec une toute nouvelle vie sans emmerdes, loin de là. Le départ de Crystel était venu comme la cerise sur le gâteau représentant la merdique vie de Ethan il y a quelques années. Le jeune homme n'accordant pas facilement sa confiance, au fil du temps et en dépit des aléas de leur relation "secrète" il avait appris à lui faire confiance et pensait pouvoir compter sur elle, mais non, elle l'avait abandonné comme un chien alors qu'il était déjà au plus mal. C'était pas humain de faire ça... non? Mais les gens partent toujours a ce qu'on dit, on dit également qu'ils reviennent parfois, mais c'est loin d'être pour le meilleur dans le cas de Crystel. Le coup qu'elle lui avait fait ressemblait tellement à ce qu'il avait du endurer avec Maia et son beau Aaron que désormais, il ne savait pas s'il était un jour possible de lui pardonner. Trop bon trop con, il avait déjà trop donné la dedans avec Maia, et il faut croire que Crystel n'était pas sa meilleure amie pour rien. Elle devait être aussi lâche et égoïste qu'elle. Et aussi pathétique qu'elle pour les excuses avec cette tendance à toujours faire ses petits yeux de chiens battus avec sa crinière blonde si mignonne pour faire sa petite mijorée et se faire pardonner.

Cependant Ethan n'allait pas se laisser caresser dans le sens du poil, plus désormais en tout cas. Il en avait marre, il était énervé, blessé, et amer envers elle, pourquoi ne semblait-elle pas le comprendre, lorsqu'elle articulait ses petits "arrêtes Ethan arrêtes" nan bordel y'avait rien à arrêter, il avait envie de pousser son coup de gueule car elle lui avait jamais donné l'occasion de le faire auparavant, il allait le faire qu'elle le veuille ou non. Ceci ayant été fait, Crystel bredouillait quelques phrases ressemblant vaguement à des justifications et fausses excuses, en mettant en cause sa grossesse. Bah oui c'était sûr que là, sa grossesse elle lui était bien utile, lorsqu'il s'agit de se débarasser de lui et de filer à l'anglaise, une bonne grossesse rien de mieux pour se barrer tranquillement ni vu ni connu. Sauf que Ethan, bien que totalement désemparé face à cette grossesse comme le fut Crystel, il avait été putain de là pour elle et il s'était pas enfui au loin comme le ferait la plupart des mecs de son âge dans ce cas là. Parce qu'il l'aimait Crystel, peut-être pas autant qu'il l'aurait espéré ou qu'il en a aimé d'autres avant elle, mais elle était SON amie, son unique amie de l'époque et sa confidente depuis maintenant deux ans. Alors lui il avait été là, mais elle, la grossesse terminée et soulagée, elle s'était pas gênée pour se casser. Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage hein, et c'était un peu ce que Ethan pensait de Crystel en ce moment, qu'elle avait été bien lâche et qu'elle se cachait derrière cette grossesse pour tenter "d'apaiser" l'amertume et rancune du jeune homme. Sauf que Ethan n'était plus dupe désormais. Il répondit alors, toujours sur ce ton très agressif et enclin à la discussion : « C'est sûr que j'peux pas comprendre, j'peux jamais comprendre de toute façon, parce que je suis pas assez compréhensif et doux comme un agneau, parceque je suis pas assez con pour croire à toutes tes conneries surtout ouais. » Il continuait de plonger son regard haineux en elle, comme si ce regard aurait pu l'infiltrer et la rendre au plus mal possible, comme lui l'avait été lorsqu'elle l'avait quitté. Elle avait beau dire qu'il ne pouvait pas comprendre, elle non plus ne pouvait pas comprendre combien elle lui avait fait mal et combien il lui en voulait en ce moment même. Car, elle, elle a toujours eu une belle famille unie et là pour elle, une soeur jumelle avec laquelle elle était comme en empathie, un bon cercle d'amis dont Maia qui ne l'avait pas lâché comme Maia l'avait à Ethan, des bons amis un peu partout, bref une vie sociale remplie et un petit cocon familial bien chaud et sécurisé, au contraire de Ethan. Et maintenant donc, comme toujours, elle se barrait dès que Ethan devenait un peu trop "dur" pour sa jeune âme sensible et s'empressait d'aller retrouver sa petite vie paisible de fille chouchouté, riche et gâté de tous. GOSH qu'elle venait encore plus d'énerver de Ethan en s'excusant l'air désabusé comme si ce que venait dire Ethan n'avait aucune importance et n'était qu'une simple banalité, elle se barrait du café, Ethan ne pouvait s'empêcher de lui balancer un petit dernier : « C'est ça, fais ce en quoi tu as toujours excellé : te barrer, toujours te barrer comme une lâche. » Elle sortit rapidement du café et Ethan tentait de revenir avec difficulté à la réalité pour prendre sa boisson, ayant conscience qu'il venait sûrement de causer "l'événement" de la journée dans le café. Sa curiosité dévorante lui disait de la rattraper et d'en savoir plus, mais sa fierté lui disait que c'était encore la pardonner comme un débile pour se faire encore mieux avoir comme un con la prochaine fois. Il commandait un déca et le regard rêveur autour de la salle, tentant de penser à autre chose, il aperçut le portefeuille de cette satané Crystel un peu plus bas sur le comptoir. Tout rose et tout girly comme elle. C'était bien le sien vu sa carte d'identité qui se trouvait dedans, avec toutes les cartes fidélités de shopping et la liasse de billets à en faire pleurer plus d'un. Il était désormais tenté, lui qui manquait énormément d'argent et qui lui en voulait beaucoup de garder ce portefeuille et expier chaque billet avec un plaisir coupable et l'idée de lui rendre gentiment pour mieux se casser et l'a laissée encore plus conne qu'elle était partie. Il optait sans réfléchir pour la deuxième option, ne se dérangeant néanmoins pas pour payer sa boisson avec un des billets de la jeune femme et courut dehors. Heureusement que la jeune femme était en talons et ne marchait pas bien vite car il la vit un peu plus loin de dos dans la foule oppressante. Il la rattrapait rapidement pour la retourner de l'épaule et lui tendre son portefeuille, avant de lui dire d'un ton toujours aussi méprisant, on change pas une équipe qui gagne : « Tiens, t'as oublié ton portefeuille comme tu m'as oublié moi : en quelques secondes. Tu m'en voudras pas, mais je me suis payé ma boisson avec, allez salut. » Remettant alors sa housse de guitare sur son dos pour pouvoir être plus à l'aise, il lui tournait les talons et tentait de se frayer un chemin à travers la foule, loin de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité


MessageSujet: Re: Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »   Sam 6 Aoû 2011 - 9:28

Partir avec ma meilleure amie à New York s’avérait être une bonne idée, parce que ça me ferait énormément de bien de voir autre chose que tout c’que j’ai vécu à L.A. Alors du coup, j’ai sauté sur l’occasion et j’ai quitté cette ville pour aller vivre quelques mois avec Maia. On allait vraiment s’amuser, ça allait nous faire du bien à toutes les deux, de voir de nouvelles personnes, de nouveaux endroits. J’ai tout quitté à L.A sans prévenir personne parce que je ne voulais avoir des nouvelles de vraiment aucun de mes amis. Bien sûr, j’étais en contact avec Julian et mes deux sœurs, c’est presque tout. D’ailleurs, en arrivant à N.Y, j’ai trouvé un job rapidement, et pas n’importe lequel puisque j’travaillais à Hayes Industries. Ca m’a vite changé les idées et j’en oubliais presque les soucis que j’ai eu dernièrement à Los Angeles, notamment la grossesse non désirée. Je m’en veux de ne pas avoir donnée de nouvelles à Ethan parce qu’il comptait beaucoup à mes yeux et c’est normal qu’il m’en veuille aujourd’hui, j’aurais fait la même. J’lui aurais même pas adressé la parole, puisqu’il est parti, qu’il quitte ma vie définitivement. Ethan me blesse quand il parle et j’pense que c’est ce qu’il veut. Il veut que je sois blessé comme il l’a été quand j’ai quitté L.A. J’lui en veux pas, c’est normal et j’voudrais bien m’expliquer mais j’ai aucune excuse, je ne sais pas c’que j’pourrais lui dire. Son regard, je le déteste. Je comprends toute la haine qu’il a envers moi juste en voyant la façon dont il me regarde. Je ne veux pas m’expliquer s’il continue comme ça – d’façon j’ai aucune explications à lui donner – et en plus, il vient de nous afficher devant tout le monde. Déjà que tout le monde nous regardait parce que j’ai accidentellement renversé du café sur sa guitare et là vraiment tout le monde est en train de nous observer et écouter. J’ai pas envie de vivre ça plus longtemps, bien que le regard des gens ne me fait pas peur mais je préfère partir, en gardant une certaine fierté. D’ailleurs, cette fierté, j’aurais bien voulu la foutre dans un coin pendant quelques moments de ma vie. Ca aurait bien changé des choses. Chelsea ne comprend pas pourquoi je suis assez fière et pourquoi je réagis comme si j’avais pas de sentiment, comme si j’étais pas humaine. Et pourtant, c’est juste parce que j’me méfie des gens, j’me méfie de toutes les conneries qu’ils peuvent me raconter, toutes les promesses qu’ils me font mais n’en tiennent aucune, je me méfie de tout alors j’accorde ma confiance à personne. Que ça plaise ou non, j’change pas pour une personne moi.

Je décide donc de quitter le café pour arrêter de me prendre la tête avec Ethan, je n’avais rien à lui dire franchement, de toute façon il veut pas m’écouter, il ne comprendra pas c’que j’ai vécu et de quoi j’ai eu peur. J’étais tellement attachée à lui avant de partir que j’aurais fait des choses qui auraient pu me mettre dans la merde encore une fois. Comme pour la grossesse. Alors que j’avance dans la foule, sa dernière phrase retentit sans cesse dans ma tête. « Toujours te barrer comme une lâche. » Ouais, encore une fois j’me barre, encore une fois j’veux éviter la dispute et donc j’aggrave mon cas en me cassant. C’est alors que j’sens une main se poser sur mon épaule, j’me retourne. « Tiens, t'as oublié ton portefeuille comme tu m'as oublié moi : en quelques secondes. Tu m'en voudras pas, mais je me suis payé ma boisson avec, allez salut. » Ethan me tend mon porte feuille. Heureusement que c’est lui qui l’a trouvé, sinon je perdais toutes mes cartes, que ce soit d’identité, de paiement, de fidélité. J’avais aussi du liquide aussi, celui qui aurait trouvé mon porte feuille se serait bien gâté. Ethan n’aurait pas pu faire ça, ce n’est pas dans sa nature. Mais il est vrai qu’avec la haine qu’il éprouve en ce moment envers moi, je ne sais pas ce qui l’a empêché de le faire. Il me touche dans chacun de ses mots, il sait faire mal, j’le sais maintenant. Sans que j’ai pu dire quoi que ce soit, il se retourne et s’en va. Je ne sais pas quoi faire mais une chose est sûre, je ne veux pas qu’on se quitte de cette manière parce que ça voudrait dire qu’on n’allait plus jamais s’expliquer donc ne plus jamais se parler. Je range mon porte feuille dans mon sac et j’avance en sa direction, sans pour autant l’appeler. Sauf qu’il marche assez vite et je risque de le perdre si ça continue comme ça. « ETHANN ! » Tout le monde se retourne vers moi comme si tout le monde s’appelait Ethan, pff. Non mais de quoi vous vous mêlez tous là. La seule personne qui ne se retourne pas, c’est Ethan mais il arrête de marcher. J’avance jusqu’à lui, et j’sais même pas c’que j’pourrais lui dire franchement, j’l’ai appelé pour régler les choses mais j’sais pas c’que j’pourrais dire, comment je pourrais m’expliquer. «J’ai pas envie que tu quittes ma vie comme tu comptes le faire. » Déjà un bon début, même si j’ai l’air de parlé à son dos. Retourne-toi, merde. « Laisse-moi t’expliquer pourquoi j’ai agi comme une égoïste, tu trouveras peut-être que ce n’est pas une raison suffisante mais écoute-moi au moins. »

Revenir en haut Aller en bas


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »   Sam 13 Aoû 2011 - 13:29

Ethan tentait de se frayer un chemin à travers toute cette foule oppressante. Tous ces gens qui partaient, revenaient, allaient vers des destinations précises ou non, mais tous de manière pressante et presque agacée. Comme s'ils souhaitaient tous fuir quelque chose, s'éloigner de la banalité de leur foyer ou tenter d'échapper à la vie de merde qu'ils vivaient pour la plupart. Bien entendu, il y avait également ces espèces de touristes tout émerveillés et en mode "coq en pattes" qui observaient chaque coin de rue et chaque bâtiment, si bien qu'il fallait les éviter sans trop les bousculer et qu'ils devenaient eux aussi très encombrants. Surtout lorsqu'on est comme Ethan, pas toujours très "fin" de temps à autres et qu'on a une épaisse guitare sur le dos. Ethan aurait simplement voulu être seul sur cette putain d'avenue, il aurait ainsi couru de toutes se forces pour s'éloigner le plus loin possible de cette jeune femme qui lui avait tant fait mal et l'avait fait sombrer lourdement il y a quelques années. Rien qu'avoir vu son visage quelques instants auparavant, cela lui avait ravivé et ramené beaucoup trop de souvenirs de leur moment passés ensembles jadis, qu'ils furent amicaux ou non. Tant de souvenirs salvateurs qui ne pouvaient cependant que venir heurter le jeune homme lorsqu'il se disait que cette époque était passée et que désormais, rien ne serais plus comme avant. Ils avaient beau eu leur différends et ce n'était pas la première fois qu'ils se disputaient par le passé, mais cette fois ci, ils étaient tous les deux allés trop loin à tester les limites de leur relation qu'ils croyaient pourtant indestructible, trop de pots avaient été cassés que cela soit du côté de Ethan ou du côté de Crystel. Elle avait tout de même vécu une grossesse non désirée, une relation "stable" et amoureuse avec le jeune homme foireuse et elle avait caché ce secret à tout le monde et à tout son entourage. Ethan se disait que cela devait bien être bien difficile étant donné ses nombreux amis et sa grande famille qu'elle côtoie au quotidien. A l'inverse, pour lui, qui était devenu le solitaire et misanthrope par excellence, en dépit de sa franchis déconcertante, il n'avait jamais eu l'occasion de le dire à qui que soit, étant donné qu'il fut désespérément seul après le départ de sa chère Crystel. Bien sûr, il y a eu Parker, mais ils n'ont jamais vraiment été dans le trip des confidences à parler de leur passé et de leur histoires d'amours tordues et compliquées à souhait. Et franchement, en parler ne lui manquait pas du tout. Il n'éprouvait pas ce besoin que certain avaient de raconter toutes leurs histoires, de déployer tout leur mal être aux autres pour qu'on prenne pitié d'eux et qu'on les affectionnent. Ethan ne supportait pas l'idée qu'on puisse prendre pitié de lui, il détestait ne serait-ce que déceler une pointe de pitié dans le regard de ses interlocuteurs ou de son entourage, car toute sa vie, il avait très bien su prendre soin de lui même, et que tout simplement... il n'aimait pas cela. Quand certains n'aiment pas qu'on leur offrent de cadeaux, car ils sont trop généreux, Ethan n'aimait pas qu'on prenne pitié de lui, car il était trop indépendant et fier. Il aimait bien vivre dans son coin, de façon certes un peu égoïste mais sans problèmes et sans qu'il ait a se justifier auprès des autres de ses actes. Pour vivre heureux, vivons cachés? A noter que cette devise s'était appliquée et avait fait des merveilles avec Crystel pendant quelques temps, avant que Ethan ne se décide à officialiser les choses, et que comme par hasard, tout parte en cacahuète. Cet échec sentimental avait ainsi renforcé le côté renfermé, réservé et très mystérieux du jeune homme, qui désormais, ne pipait presque plus un seul mot à personne, que cela soit de sa vie personnelle ou professionnelle, se contentant de rester évasif et dans le non-dit.

Son côté indépendant et fier le poussait donc à être si cruel et glacial avec Crystel en ce moment même. Il avait pas envie qu'elle prenne pitié d'elle pour l'avoir quitté de façon aussi lâche, qu'elle s'apitoie sur son sort et lui offre aussi un chocolat chaud pendant qu'on y est. Ethan tentait de se convaincre qu'elle n'en valait pas la peine et que de toute façon, Crystel ne le méritait pas, qu'elle était trop égocentrique et capricieuse pour mériter un mec comme lui, qui en dépit de sa lourde carapace, lui avait strictement tout donné : son affection, sa tendresse, générosité, attention, absolument tout ce qui aurait pu faire de Ethan un homme parfait au quotidien. Mais comme une poupée Ken qu'on jette dès qu'elle est passée de mode ou qu'on grandit un peu, elle l'avait jeté pour se barrer à New York. Rien que pour ça, ou même pour le fait qu'elle lui ait refusé d'officialiser leur relation et qu'il ait du vivre dans "l'ombre" avec elle en couple pendant quelques mois, elle le méritait pas non. Ethan se contentait d'avancer, donc, quitte à bousculer quelques personnes pour se défouler un peu si cela lui permettait également d'avancer plus vite. Cependant, étant donné qu'il faut croire que le destin est impitoyable, Crystel le rattrapait, l'appelait, criait son nom. Ethan sentait alors de nombreux regards posés sur lui, insistants du genre "allez réponds bordel" , toutes les personnes allant dans le sens du jeune homme se retournant, comme pour assister au à la scène. La dernière chose qu'il avait envie de faire, c'était qu'en plus, ironie du sort, cette relation qui avait presque été toujours secrète devienne un phénomène de foire et la scène d'un théâtre public. Ce dernier finit néanmoins par se stopper, inconsciemment, ses pieds comme bloqués au sol. Il prit alors une grande inspiration, pour tenter de se concentrer, réfléchir au pour et contre de sa décision : rester l'écouter ou partir? Avant qu'il n'ait pu faire un choix, la jeune femme s'approchait de lui, ou du moins de son dos pour lui qu'elle ne souhaitait pas qu'elle quitte sa vie de cette façon. Elle le suppliait ensuite de l'écouter. Ethan tentait de réfléchir, réfléchir à une possible issue de secours, mais y'en avait aucune. D'un côté, il avait pas envie d'entendre ce qu'elle avait à dire, car celui lui faisait putain de trop mal de savoir pourquoi elle l'avait quitté, car aucune raison n'était "suffisante" comme elle le disait pour qu'elle lâché comme un sagouin, et d'un autre côté, sa curiosité et frustration le dévoraient et le rongeaient de l'intérieur. D'un coup impulsif, il lui fit alors volte face pour tout d'abord lui répliquer un agressif : « Alors toi tu peux te casser de ma vie quand tu le souhaites mais moi maintenant, pour mademoiselle Williams, je dois faire des compromis? Va te faire foutre Crystel, c'est tout ce que j'ai à dire à tes yeux de petit chiot en détresse. » Il s'apprêtait à se retourner pour s'en aller une bonne fois pour toutes lorsqu'une fois de plus, sa trop grande curiosité ou tout simplement l'envie de savoir, d'avoir des explications digne de ce nom le narguait et le rendait alors indécis, hésitant à partir. Il poussait finalement un long soupir, cédant à ce einième et dernier caprice de son coeur ainsi que de celui de Crystel pour finalement aller s'asseoir dans un bar sur le bord de la route et quelques mètres plus loin, sa boisson à la main. Il s'allumait ensuite une clope pour tirer quelques taffs dont il avait bien besoin en ce moment même, avant de finalement attraper le regard de Crystel, et la presser de venir du regard avec insistance et agacement, comme si tout cela était un fardeau. La jeune femme le rejoint quelques secondes plus tard, se posant poliment à côté du jeune homme sur le banc, qui ne gênait pas pour tirer sur sa clope et quitte à faire, lui envoyant la fumée dans la gueule. Il savait d'expérience que Crystel n'appréciait pas forcément la cigarette donc bon, il pouvait au moins la faire chier de cette façon, histoire qu'elle se casse le plus vite possible. Il décidait alors de lui dire d'un ton sec et froid avant qu'elle ne commence son speech sans fin : « J'suis toute ouïe Crystel, mais sache que cela ne changera rien au fait que tu ne comptes absolument plus à mes yeux, alors pleure, met toi à genoux, fais ce que tu veux, tu rachèteras pas pour autant mon amitié et mon affection, chose que t'as détruite et perdue toi même depuis bien longtemps d'ailleurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


Invité


MessageSujet: Re: Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »   Jeu 1 Sep 2011 - 9:44

« Alors toi tu peux te casser de ma vie quand tu le souhaites mais moi maintenant, pour mademoiselle Williams, je dois faire des compromis? Va te faire foutre Crystel, c'est tout ce que j'ai à dire à tes yeux de petit chiot en détresse. » Je crois que c’est la première fois que je vois Matthews dans cet état. Je ne pensais pas lui avoir fait autant de mal, je ne pensais pas que mon départ l’affectera autant. Mais il se trouve qu’il a souffert, beaucoup plus que moi-même, de cette séparation. Ce n’était pas dans mon intention, je ne voulais absolument pas le blesser sauf que voilà, je l’ai fait, impulsive et conne comme je suis. Mais en aucun cas je regrette. J’ai jamais regretté mes choix et c’est pas Ethan qui sera l’exception. J’me dis juste que j’aurais dû partir en lui donnant quelques explications, qui lui auront suffi ou non, mais au moins j’aurais été clair. Peu importe, c’est du passé maintenant, j’assume pleinement les conséquences de mes actes. Je ne pensais pas que ça allait se dérouler comme ça, si j’avais su, j’aurais tout fait pour ne pas croiser Ethan. Je ne veux pas me prendre la tête avec, mais j’comprends totalement sa réaction, j’aurais réagi pareil voire pire si c’était lui qui me quittait sans donner de nouvelles ni d’explications. Je ne sais même pas quoi dire quand j’suis face à lui, sûrement parce que je suis en tort mais je n’ose le lui avouer. Les excuses, c’est pas dans mon habitude, sauf quand je tiens vraiment à cette personne. Dans ce cas, oui je tenais à m’excuser mais pas s’il continuait de m’afficher de cette sorte devant toute cette foule qui croit être dans une salle de théâtre. Je n’ai même pas eu le temps de répondre qu’il se retourne à nouveau et avance. D’accord Monsieur Matthews, tu ne veux pas parler ? Tu ne veux pas d’explications ? Tant pis pour toi. Je ne voulais pas le retenir une deuxième fois, encore une question de fierté. Ah cette fierté si je ne l’avais pas, ou du moins pas autant, beaucoup de choses auront été plus facile dans ma vie. J’aurais aimé être comme Chelsea parfois. Bon, j’parle pas physiquement parce qu’on se ressemble comme deux gouttes d’eau mais niveau caractère, c’est vraiment pas le même. Beaucoup de points font de nous deux filles complètement différente mais ça peu de personne le voit, parce que peu de personne nous connait vraiment à la perfection. Mais Chelsea est beaucoup moins prise de tête, moins de fierté, elle accorde sa confiance beaucoup plus facilement etc. Liyah c’est pire, elle ne se soucie de rien et ne se prend jamais la tête, elle qui ne pense qu’à fêter. Moi ça m’amuse pas du tout de me prendre la tête à cause de cette fierté de merde d’abord, je ne le fais pas exprès. Des efforts, j’en ai fourni évidemment, mais bon. J’vois Ethan se poser au bar pas loin et il me regarde comme pour me faire comprendre de le rejoindre. Ouf. Il veut m’entendre, bien que je ne pense pas que cette conversation durera longtemps. J’suis une femme forte et j’encaisse tout ce qu’il a à me dire, je ne pleurerai pas devant lui, je ne lui montrerai pas mes points faibles bien qu’il me connaisse plus que je ne le crois. Tout ce qu’il me dit me touche, certes, mais je ne suis pas d’ces femmes qui supplient ou tentent à tout prix de se racheter par n’importe quel moyen. « Tu me coupes pas la parole alors, Ethan écoute moi jusqu’au bout. J’te demande pas d’me pardonner, mais écoute moi juste. » Je ne sais même pas par où commencer, j’ai tellement de chose à lui dire mais j’sais que j’dois pas faire un long discours parce qu’il me coupera la parole et s’en ira, chose qui commence à m’agacer d’ailleurs. Me faire pardonner, oui je le veux, mais j’sais que c’est quasiment impossible, et même s’il écoute c’que j’ai à dire, j’pense que c’est pas assez pour le pardon. Qui ne tente rien n’a rien, alors j’pense que cette discussion sérieuse avec lui est nécessaire. « J’suis partie à New York avec Maia, sans donner de nouvelles. A personne. » C’est là qu’il voulait me couper mais j’lui ai fait comprendre du regard qu’il ne devait pas. Quand j’dis « à personne », je ne parle évidemment pas des Williams, qui eux, ont toujours eu de mes nouvelles. « J’avais besoin d’me changer les idées, de faire le point dans ma vie parce que j’ai fait des conneries certes, mais la plus grosse était cette grossesse. Ca m’a fait tellement peur, j’savais pas quoi faire d’autant plus que l’avortement était impossible. J’ai eu la chance de perdre ce gosse, Dieu merci parce que sinon, aujourd’hui, j’me retrouvais chez moi avec un bébé dans les bras. J’suis pas encore prête pour ça Ethan, tu le sais. J’sais que c’est pas suffisant comme excuse mais j’ai eu peur, voilà, j’savais pas quoi faire. »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »   Sam 10 Sep 2011 - 12:11

Ca faisait longtemps que Ethan avait pas été remonté, énervé et si véhément dans ses propos avec une personne. Bon il y avait Mia, mais vu qu'elle il l'appréciait et que souvent, il était dur avec elle pour lui même se défendre de ses crises de nerfs, ca compte pas. Non, cela faisait sûrement très longtemps qu'il n'avait pas été si en colère contre quelqu'un, le bon vieux Ethan cruel, méprisant et agaçant qu'il peut l'être. Pas que cela lui avait manqué mais il s'était beaucoup trop attaché et fait avoir ces derniers temps avec son entourage, que ce côté un peu froid, qui n'a peur de rien ni de personne, et qui n'a surtout besoin de personne, eh bien c'était assez agréable de le retrouver face à une Crystel irrésistible et touchante, mais pas pour autant pardonnable. Pas toujours en tout cas. Ethan se sentait habité d'une rage folle, il avait envie de parler, de l'emmener dans sa tête et voir combien il avait été désemparé, seul et brisé après son départ, mais ce genre de trucs c'était pas possible. Elle pourrait jamais comprendre combien elle l'a fait souffrir, même s'ils avaient vécus des trucs dramatiques ensembles à l'époque, elle pourrait jamais comprendre combien il lui en voulait d'être partie de cette façon, car en plus d'avoir perdue ok peut-être un bon coup, un être cher avec lequel il avait un passé, il avait surtout perdu Crystel, son entité en elle même, et qui était avant toute chose, son amie, sa confidente. La dernière amie qui lui restait à l'époque. Et forcément, quand même celle avec laquelle vous avez été unie d'une façon ou d'une autre depuis trois ans vous quitte brusquement, ca fait mal. Un mal de chien même. Un mal que Ethan arrivait pas à supporter et à chaque fois qu'il tournait sa tête vers Crystel, il pouvait se rappeler de toute ces semaines qu'il a passé après son départ à mourir de solitude intérieure et ça, c'était juste encore trop "chaud" pour lui pour le moment. Ethan était qui plus est quelqu'un de très rancunier, et un an loin d'elle, de L.A. et ou il était totalement reparti à zéro, ca lui avait pas suffi pour autant. Rien que son parfum le ramenait directement deux ans en arrière, et c'était encore trop douloureux. Aussitôt qu'elle avait commencé à parler pour lui dire qu'elle était partie à New York sans donner de nouvelles à personne, ni même Maia, alors que Crystel l'avait pourtant prévenue de ne pas lui couper la parole, Ethan avait déjà envie de le faire, juste pour faire une remarque à deux balles, l'enfoncer, se rassurer pour pas ne pas être trop attentif à ce qu'elle disait réellement. Il a voulu le faire sans réfléchir, pour lui montrer qu'il en avait rien à foutre des ordres qu'elle pouvait bien lui donner, mais Crystel lui fit signe de se taire et s'abstenir de tout commentaire ou remarques. Elle continuait donc son récit, et Ethan ne fut pas réellement surpris ou sur le cul par ces révélations au final, puisqu'elle parlait évidemment de sa grossesse, de cette phase de confusion qu'elle a eu par la suite, de ce besoin de changer d'air et d'évacuer la grosse frayeur qu'elle avait eu, que ca se trouve, sans l'aide du bon dieu elle aurait en gosse actuellement dans une poussette qui serait entrain de chialer et aurait fait dans sa couche. Rien d'étonnant, Ethan n'en tombait pas en tout cas des nus sur son banc, et n'arborait pas la tête de quelqu'un ayant croisé la vierge Marie. Non, Ethan continuait de tirer sa clope, presque indifférent au dires de Crystel, des lunettes de soleil en ce moment aurait été parfait pour cacher son regard et lui paraître inaccessible. Car Ethan avait beau avoir une moue renfrognée en ce moment même, et presque hautaine pendant son discours, son regard trahissait quelques tortures et sentiments de regrets encore bien présents. Il s'était peut-être attendu à autre chose, quelque chose de plus important qui l'aurait pu lui pardonner, comme le décès d'un parent proche, une menace de meurtre qui planait sur elle je ne sais pas. Rongé par l'amertume et rancune beaucoup trop omniprésente en lui cependant, une fois le discours de la demoiselle finie, Ethan d'un ton cynique lui répondit : « Tu crois que moi, j'ai pas eu peur peut-être, j'ai pas eu la boule au ventre aussi et l'envie de partir les jambes à mon cou? Alors non, je t'accorde que c'est pas suffisant comme excuse. » Ruminant quelques peu sa colère, il n'avait pas souhaité mâché ni pesé ses mots, mais il avait l'impression de tourner en rond avec elle, puisque depuis le début ou ils s'étaient croisés, elle ne cessait de lui dire la même chose, qu'elle avait eu peur, qu'elle savait pas quoi faire, et cela ne lui suffisait définitivement pas à Ethan comme excuse, "ça". Il s'empressait donc avant qu'elle ne se répète comme une petite vieille et n'agace encore plus le jeune homme de rajouter : « Ce qui m'énerve le plus je crois, c'est que, tu savais très bien que père ou non de cet enfant, j'aurais été là pour toi dans cette épreuve. Je l'ai été parce c'est ce que font les amis, les bons amis s'aident et se soutiennent entre eux. Mais putain Crystel, j'avais plus personne à part toi, j'avais besoin de toi, besoin que tu me soutiennes en retour, et tu t'es barrée comme une lâche, et les amis normalement constitués, ils partent pas du jour au lendemain de cette façon. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ethan&Crystel - « I don't want you to rearrange my mind. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Good Life ™ :: ♕ starbucks-