AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
VEUILLEZ LIRE CE SUJET ET DONNEZ VOTRE AVIS : CLIQUEZ

Partagez | 
 

 
Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 29
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   Dim 31 Juil 2011 - 17:55



    Je suis encore coincée ici à cause d'un patient, totalement idiot, qui me retient depuis plus de deux heures, parfois, je me demande sérieusement pourquoi est ce que j'ai choisi la médecine, faut dire que je suis pas toujours ici, ça m' emmerde de voir la gueule des gens débarquer ici, pour des broutilles le plus souvent, je suis loin d'être tendre avec eux, je sais que c'est pas vraiment le comportement qu'un futur médecin devrait avoir, mais j'en ai tellement rien à foutre. Mon patron m'a encore convoqué à cause de l'incident de la dernière fois, et il était presque sur le point de me virer, sur le coup, j'ai sérieusement flippé quand même, si je me fais virer d'ici je sais pas vraiment ce que je vais faire, je serais dans une merde complète. J'ai décidé de calmer le jeu devant lui en faisant mine de vouloir faire des efforts, j'ai même chialé devant lui, évidemment c'était des fausses larmes, mais ça a eu le don de le rendre vachement plus compréhensif à mon égard, c'est dingue ce qu'on peut faire gober à un mec dans son espèce. « Mia, tu peux aller, je prends le relai ». Logan, un mec de ma promotion qui arrive en me sauvant limite la mise sur ce coup là, j'en pouvais plus d'entendre ce patient me parler de ces problèmes avec son épouse. J'ai jamais été du genre à aimer les gens se plaindre ou me raconter leurs vies, en fait j'en ai tellement rien à foutre que ça me passe au dessus, j'ai juste envie de leurs dire de fermer leurs gueules, mais bon avec le boss dans les parages, j'ai plutôt intérêt à me calmer je crois. Je remercie Logan avant de filer dans les vestiaires, tous mes collègues s'y trouvent. Je les regarde un à un. Moche, Moche et re-moche ! Bordel et encore s'ils étaient intéressants ça pourrait faire pencher la balance en leurs faveurs mais là...Je soupire, lasse de ma journée avant d'ouvrir mon casier pour récupérer mes affaires. Je me change rapidement enfilant un jean et un t-shirt blanc, alors qu'une fille arrive à ma hauteur. « Mia, on va tous au Rainbow pour décompresser de la journée tu viens avec nous ? ». Mais elle peut pas simplement se taire avec sa voix de bécasse ? Je soupire avant de réfléchir quelques secondes, je dois un peu me calmer du moins durant quelques jours, le temps que mon boss croit que je suis devenue une interne modèle après je redeviendrais la grosse connasse que je suis. Je me retourne alors vers la jeune femme, un sourire parfaitement hypocrite sur les lèvres. « Ouais, avec plaisir ». Je rage intérieurement de devoir passer quelques heures en compagnies de ces gens, surtout en public, non pas que j'ai une réputation, mais j'ai pas pour habitude de traîner avec des gros lourds. Ils emboîtent le bas alors que j'enfile ma veste de cuir, pour les suivre restant quand même en retrait. On sort de l'hôpital avant de se diriger vers le bar, j'allume une clope tirant lentement dessus les écoutant d'une oreille. « Mon fiancé se plaint souvent de mes horaires, mais heureusement on arrive à gérer les préparatifs du mariage correctement ». Hein ? Cette dinde est fiancée ? Je veux même pas imaginer la gueule du fiancé. Je continue d'écouter la conversation avant de prendre la parole. «  Tu devrais te méfier Lisa, tu sais souvent les mecs qui semblent si compréhensifs, baisent des salopes par derrière ». J'aurais du me taire ? Vu sa gueule, je crois bien que oui. Après tout, j'ai peut-être raison, l'amour c'est de la merde en boîte, on croit que ça peut durer toute la vie avant de se prendre une claque, puis se marier à notre âge, elle est sérieuse ? Ca sert à rien de se plonger dans de telles responsabilités, aussi tôt, ça finira juste par la rendre dingue au bout d'un moment, à te point qu'elle voudra retrouver sa liberté. « Je dis ça comme ça après tout.. ». Elle finit par marcher à nouveau sans me prêter une quelconque attention et heureusement, je vais quand même pas devenir amis avec ces gens là. On finit par arriver dans le bar, prenant une table dans le fond de la salle.

    Je regarde autour de moi, ne remarquant personne que je connais, heureusement,j'ai pas envie qu'on croit que je suis ravie de passer du temps avec ces débiles. Je m'assois près du bout de la table au cas-où l'envie de me casser d'ici serait encore plus forte que maintenant. Le serveur arrive, je commande un verre de vodka, puis une deuxième pour la route, histoire de me donner du courage pour affronter cette soirée, qui je crois va être longue, très longue. Je m'allume une clope sans me soucier de savoir si ça fait chier quelqu'un ou pas, si c'est le cas, il aura qu'à dégager. Je les écoute parler, dieu qu'ils sont ennuyants. Je m'en fiche tellement de savoir que la copine de Liam s'est barrée avec un autre, et puis vu sa gueule, c'était sûrement la meilleure des décisions à prendre. Je détourne le regard quelques secondes vers l'entrée du bar, remarquant alors le fameux connard de l'autre soir, celui qui m'avait lancé ce défi stupide, sans même prendre la peine de me dire son prénom. Je m'excuses auprès de mes pseudos amis, avant de me diriger vers lui, une démarche assurée et un sourire provoquant sur les lèvres. Je finis par me stopper à quelques centimètres de lui alors qu'il me regarde de haut en bas. « Salut Connard ». Je rigole légèrement en jouant avec une mèche de cheveux. Je sais même pas si ce jeu est encore de mise en fait mais je dois dire qu'il tombe à pic là, parce que j'ai un premier gage à lui donner, puis ça me permettra sûrement de passer pour une petite fille gentille devant les autres, parce que là ils doivent me prendre pour la plus grande salope de l'univers, c'est ce que je suis dans le fond non ? Il me traite de garce avant de s'assoir au comptoir, je me retourne vers la table où j'étais installée auparavant personne ne regarde, heureusement. Je me pose à côté de lui, en prenant son menton le forçant à me regarder. « Le jeu reprends ? ». Je le laisse même pas répondre alors qu'il sourit en coin, quel merdeux, il a du croire que j'allais oublier, mon cul ouais. « Cap ou pas cap de te faire passer pour mon mec devant mes crétins de collègues ». Il tousse un bon coup, manquant de s'étouffer avec son verre, ouais c'est ça connard, crèves. Il se fou de ma gueule et au fond il a bien raison, mais là j'ai besoin de gagner des points, parce qu'ils iront raconter au boss que je fais des efforts, je garderais ma place, et ensuite je redeviendrais une grosse salope, qui réussira encore une fois à s'en sortir sans encombre. Il finit par accepter alors qu'on marche vers la table. Je vais pas lui tenir la main non plus, faut pas déconner. Je finis par arriver à hauteur des autres. «  Je vous présente mon petit ami, si on m'avait dit que je le croiserais ici ce soir ». Je souris comme une niaise, avant de faire un signe de tête à...Je ne sais toujours pas son prénom afin qu'il prenne place à côté de moi. « Je ne savais pas que tu...enfin que tu avais quelqu'un ». Bah prends toi ça dans la gueule merdeux. Je souris en coin fière de mon coup alors que Sarah prend la parole. « Alors, vous êtes ensemble depuis combien de temps ? Puis vous vous êtes rencontré où ? ». Ouais, génial. Tu pouvais pas te contenter de fermer ta gueule et gober les mouches ? Je me fais petite sur ce coup là souriant à mon partenaire de jeu pour qu'il réponde à ma place, après tout c'est lui qui a
    accepté le gage.


○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Yesterday I died, tomorrow's bleeding.
Give me your eyes for just one second, give me your eyes so I can see everything that I keep missing. Give me your love for humanity, give me your arms for the broken-hearted, the ones that are far beyond my reach, give me your heart for the ones forgotten, give me your eyes so I can see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   Dim 31 Juil 2011 - 19:46



« Kern arrêtes tes conneries, j'vais pas m'allonger dans ton putain de canapé rouge et te déballer ma vie, t'as craqué ton slip. »
« Mais si cela marche, c'est pour une raison, tu vas pas me dire que t'es si unique que pour toi, cela ne fonctionnera pas, allez allonge toi Ethan. »
« J'suis juste différent de tous les putains de boloss qui foulent cette planète, nuance, et non je reste là, à prendre ou à laisser. »

Il devait pas être sérieux pour croire que Ethan Matthews allait se rabaisser à tous ces débiles mentaux dépressifs, frustrés et mal baisés qui se foutent dans ces canapés et racontent leur vie banale, en espérant qu'il y ait eu un déclic dans leur vie pour que leur vie devienne si pourrite. Allo la terre, vous êtes justes des bouffons sans amis condamnés à vivre une vie de merde, get over it. Ethan allait pas le faire pour la simple et bonne raison que c'était trop faire plaisir à tous ceux qui l'avaient lâchés ces dernières années, et trop faire plaisir à l'égo de ce qui était pourtant et étrangement son ami, Kern ou son ami thérapeute. Il était dans la psychologie enfantine désormais, mais en raison des études thérapeutiques générales qu'il avait fait, il pensait pouvoir aider Ethan à remonter la pente et bizarrement, celui ci était pas contre. Pas qu'il s'apitoyait sur sa vie et était nostalgique, loin de là, mais il est vrai qu'il aurait bien aimé retrouver le bon vieux Ethan épicurien et un soupçon moins pessimiste et renfermé qu'il n'était plus désormais. Et Ethan trouvait Kern profondément gentil et chaleureux, pas trop pour qu'il en soit niais, mais juste assez, cultivé, pas trop con, drôle et ouvert d'esprit, alors le contact est rapidement bien passé entre eux. Certes, il avait ses défauts et ses vices, mais en somme, il paraissait à peu près normal et fréquentable. Ainsi avait commencé donc un début d'amitié, et presque naturellement, Ethan s'était laissé tenté par l'idée d'une "consultation" ou "séance" avec le jeune homme. Sachant qu'il le connaissait désormais un peu, et qu'il ne semblait pas être le genre de personne à prendre pitié de vous, ce dont Ethan détestait, il s'est dit pourquoi pas avec sa fameuse nouvelle devise "j'ai rien à perdre". Quoiqu'il en soit, c'est pas pour autant que le jeune homme comptait faire dans le putain de "cliché" du canapé rouge et raconter toute sa life pas du tout extraordinaire. Il restait ainsi assis sur le fauteuil du jeune homme, posé avec son petit coktail de "Sex on the beach" que lui avait fait ce bon Kern spécialement pour lui, pour le mettre " à l'aise" comme on dit. Kern, ayant un discret bloc note et un stylo sur le coin de sa table lui posait alors des questions banales, sur sa famille, son enfance, son éducation, ses passions, sa vision de la vie, ses rêves, ses études bref sa vie avec des questions du style "et ton enfance en quelques mots, mais vraiment cinq mots cela serait quoi?" ou "comment tu te pourrais te décrire avant, et aujourd'hui?" le genre de questions merdiques dont on comprends pas vraiment le but et qu'on y réponds, se sentant quand même très con d'en être arrivé "si bas". Mais bon, bizarrement, le calme et ouverture d'esprit de Kern qui avait toujours été quelques peu présent pour lui sans vraiment l'être ces derniers temps le poussait à lui faire un peu confiance, chose très rare pour Mr. Matthews en ce moment. Lui même n'en revenait pas d'avoir fait si vite confiance à Kern, alors qu'il n'avait pourtant pas fait grand chose de spécial pour se voir octroyé une telle confiance, faut croire qu'il avait été juste présent, à l'inverse de très nombreuses personnes de l'entourage du jeune homme. Ethan préférait donc ne pas aller trop loin, répondant de façon concise et synthétique à ces questions définitivement trop "simples" buvant progressivement ce bon coktail. Cet entretien durait simplement un petit quart d'heure, le temps que Ethan finisse son coktail et déjà Kern rangeait son calepin avant d'aller en direction de la cuisine de son appartement. Ethan haussait un sourcil, mais très méfiant et toujours aussi "froid" ne posait aucune question et se contentait juste d'aller poser son verre vide dans la cuisine. Finalement, la dernière chose qu'il avait envie la maintenant, c'était que Kern lui fasse son résumé de la séance, qu'il lui envoie par mail ou pigeon voyageur mais Ethan était trop fier pour accepter à ce moment précis que Kern l'analyse et lui donne des conseils. Avec une désinvolture déconcertante, Kern changeait rapidement de sujet, comme si ce qui venait d'arriver ne s'était jamais passé et lui proposait de jouer à PES. Impressionnant. Ethan acceptait avec plaisir, ne manquant pas d'infliger à Kern une courte défaite. Il regardait l'heure, vingt trois heures, et se rappelait que c'était à son tour de faire le ménage de l'appart' cette semaine, qu'on était en fin de semaine et que Parker rentrait à minuit. Merde. Pas qu'il allait s'abaisser à cette harpie, mais il était bien obligé de le faire car sinon Dieu seul sait ce que sa dérangée de coloc' aurait pu faire en se tapant une crise de nerfs. Il salua Kern qui ne lui donnait toujours aucune indication sur les "résultats" de cette analyse et se contentant de lui dire un vague " a bientôt" . C'en était presque flippant, mais c'était dans le fond pas trop mal pour le moment.

Une fois sortit, il en profitait pour prendre un peu l'air étant donné que Kern habitait à Santa Monica et qu'il avait pas sa caisse, et que la dernière chose qu'il avait envie de faire, c'était se retrouver dans un wagon bondé de fêtards ou de travailleurs du soirs qui puent la transpiration. On est en été, tout est allumé, il avait envie de fumer une clope tranquille et de profiter de ces derniers instants avant la pénible tâche ménagère qui l'attendait, alors, let's go out. Il traversait l'air rêveur, désabusé et désinvolte les rues de Los Angeles. Arrivé devant un bar qui lui arrivait de fréquenter, il heurta sans vraiment s'en rendre compte quelqu'un, faisant tomber son Ipod. Il le ramassait. Lorsqu'il se relevait, son regard parcourait alors involontairement le bar pour se poser sur un visage familier. Celle de sa mystérieuse et étrange rencontre de l'autre soir. Une espèce de meuf, certes bien doté et bien goalé, mais avec un sale caractère à faire vomir plus d'un. Ethan, comme la plupart des gens censés de cette planète, la détestait avant de la connaître, du moins "détester", il n'avait pas envie de la connaître point, elle en valait sûrement pas la peine en dépit de son physique ravageur, c'était dans le fond qu'une fille à papa qui veut se la jouer mystérieuse. Pas besoin de s'appeler Sherlock Holmes pour le deviner, c'était comme écrit partout sur sa face de garce gâté et qui a toujours eu tout ce dont elle désirait. Bref, Ethan la voyait en compagnie de personnes affreusement laides et aux expressions indubitablement pathétiques, et il remarquait sans grande difficulté qu'elle se faisait royalement chier. Haha bien fait pour ta gueule connasse. Le jeune homme ne pouvait s'empêcher de l'observer du coin de l'oeil devant la vitre le sourire sadique et hilare. Il faut croire qu'il était d'humeur... cruelle aujourd'hui, il avait laissé tous ces bons sentiments chez Kern ce soir. Il regardait l'heure, onze heures et quart, il avait le temps de faire un petit détour, histoire de se marrer un bon coup en compagnie indirecte de la barbie brunette girl. Il rentrait dans le bar, ne manquant pas de faire le plus de bruit possible afin que son entrée soit remarqué, s'asseoir au bar et commander un vodka coca. Et à peine retourné alors qu'il s'apprêtait à accrocher le regard de cette inconnue pour se foutre de sa gueule, elle était devant lui, un sourire niais et faux comme pas possible aux lèvres avec un salut connard, auquel il se contentait de répondre un glacial : « Salut, crazy bitch. » Derechef, elle demande alors si "le jeu" est toujours d'actualité avant de lui demander s'il est cap de se faire passer pour son copain. Ethan toussait alors gravement, manquant d'avaler de travers sa boisson et la regardait, l'air déconcerté et hautain. Déjà, il mit un certain temps avant de se rappeler de ce fameux "jeu" de merde qu'il avait fait complètement ivre il y a quelques jours, et de deux, se faire passer pour son copain, mais elle était sérieuse? On se serait cru dans une mauvaise série américaine 'tu te fais passer pour mon copain comme ça j'aurais plus d'amis? " . Cependant, Ethan savait qu'après qu'il lui avait donné des gages tout de même assez importants l'autre soir, chiante comme elle avait l'air de l'être, elle ferait n'importe quoi pour qu'il accepte, et le laisserait pas filer ainsi. Et merde, il aurait mieux fait d'aller faire la conchita chez Parker tiens, au moins il aurait été peinard et seul, car mieux vaux être seul que mal accompagné. D'un autre côté, c'était une occasion pour faire taire cette belle parleuse de mes deux une bonne fois pour toutes. Il la regardait donc, pensif avant de dire d'un ton méprisant : « Cap, mais j'espère que tu fais pas ça pour rendre jaloux un des thons se trouvant parmi tes "amis" car sinon là, j'me casse tout de suite. » C'est alors donc qu'il arrivait à cette magnifique table ornées de ce qui semblait être des attardés mentaux, même que Ethan se mit alors à se demander ce que foutait la fille dont il connaissait toujours pas le nom d'ailleurs (ce qui risque d'être problématique) avec ces bouffons. M'enfin passons, a peine arrivée, possédé par une dose d'adrénaline et envie de se mettre en mode "frustré de la vie pas drôle" Ethan tapait alors du poing sur la table avant d'héler le barman pour lui dire : « Jacquouille! Apportes moi trois verres de vodka, j'ai grand soif hombre. » et il se mit alors à rire d'un bon rire gars et hilare, à faire dégoûter plus d'un. Ethan commence alors à se présenter à chacun avec un faux prénom alias "John David" ca fait vraiment winner là, serrant d'une forte poigne pour les hommes, embrassant sur la joue comme un malpropre et brutalement avec les demoiselles. Une première question arrive déjà sur leur lieu de leur rencontre et Ethan fait taire avec le doigt sa chère "dulcinée" pour prendre un air sérieux avant de répondre, d'un ton à la fois calme et burlesque : « Eh bien, ahaha en fait on s'est rencontrés durant un séjour " A la découverte des humpa-lumpa" il y a six mois et cela été comme le coup de foudre. Bien entendu, j'ai dus la séduire quelques peu la séduire à l'aide de mes bons numéros de claquettes qu'on a fait aux pestacles et ma culture de l'histoire, principalement du Moyen-Age que j'avouerais, sans me vanter, très bonne. Elle de son côté, elle était si belle, déguisé dans son costume de paysanne avec son petit chapeau à la Heidi et ses nattes de bébé tellement choupinou, hein mon cochonou d'amour? » Ethan était totalement parti et plus rien ni personne ne pouvait l'arrêter désormais dans son délire, c'était tellement bon, surtout en compagnie de quelqu'un qui semblait aussi matérialiste que a jeune femme. Avant même qu'une autre question ne soit posé, il enchaînait ainsi, lançant des faux regards tendres de lover italiens : « Et depuis on est en harmonie total l'un avec l'autre. j'veux dire déjà j'suis beau, c'est pas donné à tout le monde et elle aussi, donc c'était capté qu'on finissent par se caser ensembles. Et je trouve ça incroyable le nombre de personnes qui arrivent pas à avoir une totale intimité après six mois quand même, regardez par exemple Mia, elle chie la porte ouverte mais bon dieu, qu'est qu'on s'en zboub' , on a pas de tabous c'est tout, pas vrai Mia? » Il lançait un petit regard faussement complice et amusé à Mia, qui faisait une gueule pas possible, mais qui le cachait si bien derrière un beau sourire angélique. C'est alors qu'une autre question arrivait : inée" pour prendre un air sérieux avant de répondre, d'un ton à la fois calme et burlesque : « Et vous faites beaucoup de choses ensembles, genre vous avez déjà passés des vacances ensembles, vous avez des projets pour l'avenir? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 29
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Re: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   Dim 31 Juil 2011 - 21:12

    Parfois, je me dis que je suis devenue une véritable salope. Évidemment, déjà adolescente, j'étais du genre à manipuler les autres, surtout mon père pour obtenir ce que je voulais, et ça marchait tellement bien qu'au final, je réussissais la même chose avec les autres. La seule personne avec qui j'étais différente c'était Jeremiah. C'était le seul qui arrivait à m'apaiser et à me calmer, même si parfois mon comportement était aussi difficile avec lui, notamment qu'il avait la bonne idée de ramener ses pétasses à la maison, et d'oser me les présenter. Quelle blague, vous me voyez en train de discuter avec des filles qui au fond m'auraient volé mon frère uniquement pour pouvoir coucher avec et profiter de son fric ? Non, bien sûr que non. J'étais totalement infecte avec elles, je faisais tout pour les pousser à bout, et les faire déguerpir rapidement de la vie de mon frère. Ce dernier, était souvent plus qu'agacé par mon comportement mais ne m'en tenait pas rigueur bien longtemps, non bien au contraire, il suffisait que je pleure devant lui pour qu'il me prenne dans ses bras et me console. Après sa mort, mon comportement s'est encore plus accentué, je suis réellement devenue une fille sans coeur, une fille incapable de ressentir la moindre émotion envers quelqu'un, c'était impossible, j'étais totalement prisonnière et emmurée dans me douleur. C'est ainsi que j'ai perdu Gabriel, et que je me suis éloignée de ma famille, j'ai rompu tout lien avec mes parents, et quand mon frère aîné Lucas, tente de reprendre contact dans le simple but de se donner bonne conscience, il a le droit à une de mes crises, lui rappelant instantanément pourquoi il fait bien de pas me faire chier. Je ne me suis jamais vraiment entendue avec lui, cet espèce de connard, a toujours été jaloux de ma relation avec Jeremiah alors forcément je le supportais pas, même après la mort de mon jumeau les choses auraient pu s'arranger, mais non, le fossé entre nous n'a fait que grandir encore plus. Sûrement par me faute, j'en sais rien, j'avais qu'une envie retrouver ma moitié. Est ce que j'ai songé à quitter ce monde après le décès de Jeremiah? La réponse est évidente : Oui. Quand je me suis réveillée à l'hôpital le lendemain du drame, et que mes parents m'ont dit que j'allais devoir être courageuse, et qu'ils m'ont annoncé son décès, j'y ai pas cru, c'était impossible, la veille on était là ensemble à fêter nos dix-huit ans, et maintenant il n'était plus de ce monde ? C'était sûrement stupide, alors je me suis levée, j'avais enfilé mes vêtements comme si de rien n'était avant de sortir de ma chambre d'hôpital, partant désespérément à la recherche de mon frère, mon père était rapidement venu me rattraper en me forçant à le regarder, avant de me redire en me fixant dans les yeux que mon frère était mort. Je me souviens encore de son regard, et du mien qui se remplissait lentement de larmes, j'avais hurlé ma douleur en frappant de toute mes forces sur le torse de mon père qui n'avait à ce moment là pas bronché. Ensuite, j'étais restée cloitrée dans ma chambre, assise sur mon fauteuil, les genoux ramenés vers moi dans un mutisme total. Tout le monde s'était succédé à mes côtés, mes meilleurs amies, mes parents, des amis de la faculté, mais rien n'y faisait, je ne pouvais pas faire autrement, le mutisme, semblait être la meilleure des solutions. Le jour de l'enterrement, aucune larmes n'a ont réussi à couler, je n'ai pas pleuré, et j'avais l'impression d'être une fille sans cœur, incapable de montrer la moindre émotion face à la disparition de mon frère. Puis un jour, je me suis réveillée et je crois que c'est ce jour là, que j'ai réellement réalisé qu'il était mort. Une sensation atroce vous prenant aux tripes, qui vous serre au point d'avoir l'impression que vous êtes en train d'étouffer, j'ai cru mourir, et c'est à ce moment là que j'ai eu envie d'en finir, prendre des médicaments, m'allonger et m'endormir paisiblement pour le rejoindre. Mais, à vrai dire, pour ce genre de gestes désespérés il faut être courageux, et je ne sais pas si à l'époque le courage faisait partie de mes qualités. Alors je suis restée en vie, avec l'espoir qu'un jour je puisse me relever. Mais je me rends compte que la mort de mon frère m'a transformé en une espèce de connasse, se nourrissant des émotions des autres, afin de pouvoir les utiliser contre eux, pour les faire souffrir, les détruire, et m'épargner ainsi. Je ne regrette rien de ce que j'ai pu faire ou de ce que je pourrais faire, je suis ainsi, et franchement ce que les autres penses, ça me passe bien au dessus.

    Mon comportement de garce, s'exprimait encore ce soir, il n'y avait qu'à voir ces espèces de crétins m'entourant, pensant que ça me faisait vraiment plaisir de passer du temps avec eux, mon dieu, ce qu'ils pouvaient être niais. Si j'avais envie de passer du temps avec des gens de leur espèce, je ferais dans le bénévolat. Heureusement la présence, de ce fameux mec, celui de l'autre soir qui s'était cru malin en me proposant un jeu débile, semble plutôt de bonne augure, et va peut-être m'empêcher de crever d'ennui à l'heure actuelle. Ce connard accepte finalement de jouer et encore heureux, c'est venu de lui cette stupide idée de gage. Putain, çà me crève le cul d'avoir du lui demander de jouer mon mec, vu sa gueule franchement, j'aurais du m'abstenir, bon d'accord, il était pas non plus moche, mais j'aurais pu trouver mieux faut le dire, quoiqu'en y regardant de plus près ça pouvait faire l'affaire. Alors qu'on est assis l'un à côté de l'autre à jouer au couple parfait, j'ai qu'une envie me casser, rentrer, et fumer un bon joint afin de planer à dix mille lieux et d'oublier cette soirée de merde. Je pensais qu'on passerait inaperçu mais tu parles, c'est sans compter sur cette espèce d'idiot de Sarah qui se sent obligée de l'ouvrir et de demander des détails sur notre relation. La blague ! C'est pas comme si je connaissais même pas le prénom de ce connard. Et c'est sans compter, sur ce dernier qui reprend la parole pour commencer une tirade à n'en plus finir, bordel mais fermes ta gueule. Il est en train de m'afficher comme il faut, et le pire c'est que je dois me retenir de rire pour pas que mes collègues se posent de questions. Il est là comme un con assis, fier de lui à raconter durant un séjour, et que ce fût un véritable coup de foudre, coup de foudre de mes couilles ouais ! Je soupire légèrement continuant à l'écouter, il semble tellement lancé que ce serait dommage de l'interrompre. Il explique qu'il a su me séduire grâce à ses numéros de claquettes et sa culture du moyen-Age, putain je vais le castrer sur place ce connard ! Je préfère avaler mon verre de vodka d'une traite afin d'oublier quelques secondes au moins qu'il est en train de foutre ma réputation en l'air. Il continue encore et encore racontant que je portais un costume totalement ridicule avant de m'appeler par un surnom encore plus débile, mon dieu. Je bouillonne intérieurement et si je ne me retenais pas, je serrerais tellement faire son entre cuisse, qu'il pourra devenir chanteuse d'opéra. Il marque une première pause avant de me regarder, je lui lance un regard noir avant de lancer un sourire ironique au possible à mes collègues. Il finit par leur raconter qu'on est en totale harmonie allant même à parler de notre soit disant vie intime. Je finis par pousser un long soupire alors qu'une autre amie nous questionne, bordel. Il est hors de question cette fois-ci qu'il réponde c'est mon tour, je pose ma main à la hauteur de son entre cuisse, en serrant fort, trop fort, vu qu'il grimace légèrement, comme ça au moins t'apprendras à la fermer connard. « En fait, pour tout vous avouer, les dernières semaines ont été plutôt difficiles pour nous deux. Il m'a trompé. Oui, c'est atroce, non ? Et le pire, c'est qu'il est revenu en ayant chopper des morpions, mais le genre de truc de compétition, tellement il a eu mal à son...vous voyez, du coup de mon côté impossible de lui pardonner...ça a pris du temps, et malheureusement les traitements contre son mst l'ont rendu impuissant ! Incapable de bander le bonhomme, et on a tous essayé, Porno, Viagra, rien n'y fait ! Bon, je reste avec lui parce qu'il me fait de la peine, mais au fond, on finira par retrouver notre complicité, hein mon roudoudou à la crème ». Je me tourne vers lui ma main comprimant toujours sa cuisse, tient connard prends ça ! Je souris en coin alors que mes collègues semblant assez déconcertés. « Je vais me chercher un verre, tout ça m'a donné soif ! ». Je me lève avant de me diriger vers le bar commandant une téquila. Je soupire, je crois que je vais me barrer, ramasser un mec dans un autre bar, me faire baiser dans les règles de l'art et rentrer chez moi. Mais c'est sans compter sur mon pseudo mec qui se la ramène en riant comme un gros connard. Je me retourne vers lui en soupirant une main logée au creux de mes reins. « Cochonou d'amour ? ». Je secoue la tête avant de reprendre. « T'es vraiment un connard fini mon pauvre, je te croyais un peu plus évolué que ça mais finalement t'as vraiment rien dans le crâne ». Je soupire avant d'avaler mon verre sans attendre pour le regarder à nouveau. « Heureusement que eux sont encore plus cons que toi, alors vas y amuses-toi, ça rendra ta vie un peu moins merdique au moins quelques heures ». Je lui lance un regard noir avant de revenir m'assoir près de mes collègues. « Il est...charmant ton copain ». Ouais, charmant, plutôt débile tu veux dire. Je me contente de sourire faussement avant de jouer avec une clope que je finis par allumer voyant l'inconnu arriver près de nous à nouveau. Je ne dis rien de plus, attendant que ce connard parle à nouveau, ma main elle reste à proximité de lui, histoire de pouvoir lui faire comprendre à quel point sa simple présence actuellement me donne envie de lui exploser sa gueule de bad boy en carton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   Lun 1 Aoû 2011 - 9:24

Cela faisait bien longtemps que Ethan ne s'était pas amusé de cette façon. Au début, il souhaitait refuser le pari de la jeune femme, mais finalement il s'était dit que l'occasion était trop belle venant de sa part, elle qui avait joué la carte de la petite fille à la fois désespérée et gentille. Il s'était également dit qu'il gagnerait ce petit jeu haut la main, les doigts dans le cul et sans trop de problèmes. Ethan était en effet quelqu'un de persévérant, cruel, cynique et joueur, alors la petite fille à papa ne savait pas à qui elle l'avait affaire et elle aurait mieux fait d'écouter ses conseils qu'il lui avait donné lors de leur première rencontre. Celle de ne pas s'aventurer dans des bars miteux et de jouer la carte de la tigresse qui n'a peur de personne. Si elle se croyait tout droit sorti du Far West, elle avait tort car elle avait la fâcheuse tendance à sortir bien plus de "Gossip Girl" qu'autre chose. Quoiqu'il en soit, Ethan était donc ravi de participer et être le principal acteur de son humiliation face à cette meute de débiles qui paraissent encore plus bas qu'elle. Et il faut dire que démonter une si jolie demoiselle a la pseudo si grande gueule était encore plus jouissif pour le jeune homme qu'autre chose. Ce dernier, pourtant, à la base, n'était pas ce genre de personnes, aussi manipulatrice et cruelle. D'habitude, il s'en foutait plus qu'autre chose des personnes aussi insupportable que pouvait être sa petite "cheuri" et se contentait juste de tracer sa route, solitaire et sans emmerdes. C'était pas son style de prendre de telles choses à coeur et casser autant quelqu'un, non il se contentait juste de démonter la dite personne face à face et se barrer désinvolte comme si rien ne s'était passé. Il trouvait habituellement la chose qu'il était actuellement entrain de faire absolument ridicule, insensé et profondément débile. Il trouvait également qu'en fin de compte, humilier une personne indirectement relevait de la lâcheté et était pour des gens qui n'ont pas confiance en eux, mais qui sont pourtant imbus d'eux même et si prétentieux. Et pourtant, le jeune homme en faisait actuellement partie, de ces personnes sur lesquels il crachait tant et haïssait au plus haut point possible. Il faut croire que le bon vieux Ethan avait définitivement disparu pour faire place à un Ethan encore plus cruel, vaniteux et sadique. Ah une douce nostalgie envahissait le jeune homme lorsqu'il s'entendait parler, et avait presque envie de se taper lui même pour être si con en ce moment même, se rabaisser à un tel pathétisme avec une fille aussi exécrable en plus. M'enfin, il gagnait au moins la satisfaction de lui clouer son bec et de lui faire fermer sa bonne gueule de fausse Lara Croft. Ethan en venait quand même à se demander si cette attitude qu'il avait en ce moment même, il l'avait il y a quelques années également et si finalement, ce n'était pas cet attitude de "connard" comme dirait sa douce et tendre qui avait poussés chacun de ses amis et autres à se barrer comme des chiens galleux, comme si Ethan était la peste en personne. Il en venait donc à la conclusion que toute cette amertume qu'il éprouvait envers ces "lâcheurs" n'étaient après tout que celle qui l'éprouvait envers lui, pour avoir été si casse-couilles comme mec. Si tout cela n'était finalement pas son entière faute. A la fois fier et lâche comme il pouvait l'être parfois, il rejetait rapidement cette option et continuait néanmoins d'accumuler une rancune malsaine envers toutes ces personnes. Rancune et cruauté qu'il paraissait défouler en ce moment même, mais il faut dire que la garce qui se trouvait à côté de lui ne les avaient pas volés.

Durant tout son récit, il ne manquait pas d'observer les mines décomposées des amis de la jeune femme, toutes confites et comme sur le cul d'en apprendre tant sur la demoiselle. Cette dernière ne reniant pas les informations du jeune homme, ces bons amis cachaient tout derrière un petit sourire hypocrite et nerveux, du genre "oh putain les gros boulets qu'on a" . Ethan aimait bien être CE boulet en ce moment même, juste pour faire plaisir à ces boloss et faire remonter un peu leur égo qui devaient être si faible en dépit de ce qu'ils laissaient paraître. De toute façon, il ne les reverra probablement jamais, et c'était désormais sa mystérieuse inconnue qui allait devoir se les farcir jour et nuit, avec ce sentiment de honte qu'elle portera, du fait que ses amis penseront en savoir bien trop sur elle. Qui sait avec un peu de chance, elle arrivera même à devenir la risée, tête de turc de son entourage et cette perspective était bien trop amusante pour le jeune homme pour qu'il ne continue pas d'en rajouter des couches encore et encore. Ethan se serait presque cru dans un roman burlesque très réussi de ce bon vieux Rabelais, ou il était un Gargantua hilare en puissance. Il faut croire que toutes ces émissions qu'il avait regardé parfois, insomniaque qu'il était, ou l'on voit des couples affreux comme des poux et à la vie quotidienne tellement affligeante lui avaient finalement servis à quelque chose. Sa soi disante petite amie se trouvait maintenant piégée, humiliée publiquement et c'était bien fait pour elle. Tout en parlant il l'observait du coin de l'oeil et décelait facilement toute la haine qu'elle éprouvait envers lui, son entrecuisse faisant parfois l'objet de sa vengeance. M'enfin, c'est pas comme si Ethan était une chochotte, a force de s'être battu avec des tatoués, des mecs tous aussi costauds et tarés les uns que les autres pour son boss Avery, il avait connu bien pire qu'un petit pincement de l'entrejambe ahaha. Etant donné que chacun de ses amis paraissait accepter les informations du jeune homme sans trop de problèmes, alors que tout ce qu'il disait était absolument beaucoup trop gros pour être avalé, Ethan en tirait la conclusion que soit, la charmante demoiselle était vraiment une tarée, une meuf pas toute seule dans sa tête dont tous ses amis se moquaient déjà bien assez, soit elle était une espèce de fausse rebelle associale qui parle à personne, soit chacun de ses amis sortait tout droit du Moyen Age pour gober des inepties pareilles. Dans tous les cas, la jeune femme devait être sacrément fucked up et devait être une profonde attardée mentale, pour ne serait-ce que traîner avec ces gens là. Après un bon petit monologue de quelques minutes, lorsque une autre femme posait une question, Ethan n'eut pas vraiment le temps car il échappait un petit raclement de gorge. Sa compagne venait de lui pincer et appuyer très fort sur sa partie sensible et Ethan ne préférait pas qu'on puisse lire le lendemain un fait divers sanglant dans la journée avec le meurtre d'une jeune femme dans un bar, alors il préférait s'abstenir de répondre et boire un peu de sa vodka. La jeune femme paraissait lui rendre la monnaie de sa pièce en parlant de sa pseudo tromperie et de morpions et jusque là, le jeune homme se contentait de continuer de boire, des MST et morpions, aussi déguelasse que cela puisse paraître, ca n'impressionnait pas Ethan, c'était pas lui qui allait devoir se les coltiner au quotidien donc bon. Alors qu'il s'attaquait à son deuxième verre, il manquait de tousser et cracher son verre à la gueule de la jeune femme lorsqu'elle parlait d'impuissance. Aussi cliché que cela puisse paraître, l'impuissance chez un mec, c'est LE sujet auquel il ne faut pas toucher et qui peut mettre en rogne même le plus zen d'entre eux. Il tapotait alors de façon ridicule sur son torse pour mieux faire couler le liquide brûlant dans sa gorge et baisser la tête, tout penaud souhaitant se faire tout petit. Cependant, rapidement il relevait la tête, se disant qu'il avait rien à perdre et que c'était ELLE qui connaissait ces gens, et qui avait bien plus à perdre en cherchant le jeune homme de cette façon. « Haha ce que tu ne dis pas ma petite coquine également, c'est que depuis je t'ai surpris faisant des choses pas très catholiques avec le cheval de ma grand mère dans l'Ohio, j'ai été comme.. refroidi à long terme. M'enfin, comme on pas de tabous, je t'en veux pas t'inquiètes pas. Faut pas perdre espoir en effet, déjà quand je te met un doigt dans le cul ca t'excites comme avant donc bon, j'suis sûre qu'on arrive au bout du tunnel. » Sur ces bonnes paroles, elle partait alors se chercher à boire. Ethan continuait de rire de façon allègre avec les amis de la jeune femme, finissant son dernier vodka. Il décidait alors d'aller en chercher un autre, afin aussi d'entendre avec un plaisir coupable et jouissif la haine que devait éprouver la jeune femme envers lui en ce moment même. Et il ne s'était pas trompé pour le coup. Elle commence alors à l'insulter, sur lui et sa vie de connard fini, a dire que ces gens sont plus cons que lui et lui demander de s'amuser avec une attitude de je m'en foutiste amusante. Ethan commandait alors deux autres verres de vodka, et appuyant son coude sur le bar, il riait d'un rire ironique. Il la trouvait quand même amusante avec ces airs "j'suis plus belle que tout le monde, donc rien peut m'atteindre" elle faisait presque pitié. Il la regardait alors, toujours avec cet air débile grossier : « Eh, avant de m'insulter mignonne, je te rappelle que c'est TOI qui m'a demandé en premier lieu de jouer au faux copain. C'est pas de ma faute si t'es tellement exécrable comme meuf que personne veut de toi. J'dois déjà en avoir plus dans le crâne que toi pour ne pas traîner avec des personnes, ta vie doit être sacrément merdique aussi pour que tu fréquentes ces attardés mentaux. Ou alors ne serait-ce parce que t'as rien de mieux faire que traîner avec des gens pour mieux se foutre de la gueule derrière? Putain tu me fais pitié tout de même. » Il prends ses deux verres et va se rasseoir a table lorsqu'un de ses amis dit que je suis charmant. Un mec, boutonneux, lunettes, cheveux sales d'un blond jaune canari moche, mon dieu Ethan avait juste envie de lui rire à la face. Même si cela paraissait trop beau pour être vrai, ce dernier espérait tellement que sa chère inconnue était sortie avec lui car le seconde d'après, au tac-au-tac, entre deux verres il lui lançait un ironique : « C'est sûr que c'est pas ton cas. Pas étonnant que ta femme est parti baiser le facteur argh argh argh. » Ce dernier le regardait l'air outré avant de se barrer aux toilettes tout de suite, a moins qu'il se soit barré du bar carrément étant donné qu'il a pris son manteau, Ethan le regardait l'air penaud et la mine renfrognée, comme un bébé qui ne comprends pas ce qui se passe. Deux minutes après, d'autres collègues prétextèrent une excuse bidon et se barrèrent tous les uns après les autres, pour qu'au final, il ne soit plus que quatre, deux filles et deux garçons. La soirée promettait d'être... épique whaou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 29
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Re: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   Lun 1 Aoû 2011 - 13:43

    Je croyais qu'en arrivant ici, ma vie pourrait un peu reprendre un second souffle, et que je réussirais à oublier tout ce que j'ai pu vivre à Londres, mais tu parles, j'ai l'impression que c'est encore pire ici. Entre ce putain de boulot à l'hôpital qui me pompe tout mon temps et qui au final ne m'apporte que des ennuis, et ce mec là qui débarque dans ma vie, avec cette idée stupide de jeu, parfois je me dis que je dois être un aimant à conneries. Heureusement, que dans tout ça Marcus est quand même présent pour moi. Sans sa présence, je crois que j'accumulerais encore plus les ennuis, mais il est du genre grande gueule comme moi, et réussi à me calmer dans mes délires parfois. Je dois dire qu'il réussi à m'apaiser souvent comme le faisait Jeremiah, et ce n'est pas chose aisée, croyez-moi, surtout quand on sait à quel point je peux être impulsive et odieuse. Mais parfois, ce connard, réussi aussi à me foutre hors de moi, en me prenant encore pour une espèce de gamine incapable de se gérer seule, c'est faux, totalement faux. Si c'était le cas, je n'aurais jamais quitté le foyer familial, là où l'argent coulait à flot. Je serais restée, je ne manquais absolument de rien, et il suffisait que je claque des doigts pour que mon père rampe en m'offrant tout ce que je voulais. En venant ici, je voulais retrouver ma liberté de côté de là, et surtout prendre du recul par rapport à tout ce que je venais de vivre. Pourtant, quelques fois, les soirs où je déprime plus qu'autre chose, je me dis que j'aimerais revenir en arrière parce que c'est trop difficile. Mais je ne suis pas le genre de fille à baisser les bras aussi rapidement, et ça ferait trop plaisir à mon père, de me voir revenir, en lui demandant de l'aide. Il n'a carrément pas accepté mon départ pour être honnête. Il ne comprenait pas que je puisse vouloir changer de vie ainsi, partir dans un autre pays, en le laissant, laissant ma mère et mon frère aîné par la même occasion. Ce n'est pas comme si j'étais proche de lui en plus, j'ai toujours été distante avec mes parents, sauf avec mon père quand j'avais besoin de nouvelles fringues et de fric pour sortir, et mon connard de frère je n'en parle même pas. Il n'a jamais supporté ma proximité avec Jeremiah, je l'entendais souvent dire à mon père qu'à être si proche on finirait par se détruire, c'était totalement ridicule, franchement. Le seul problème c'était qu'il était laissé pour compte de côté comme une espèce de merde inexistante à mes yeux, et les tensions entre nous étaient tellement présentes, que je crois que mes parents avaient cessé de vouloir nous aider à trouver une meilleure entente, au contraire, ils semblaient plus résignés qu'autre chose. Marcus était un bon ami à lui, et je crois qu'il était souvent perplexe quant à mes relations avec mon grand frère, pourtant il n'a jamais essayé de m'en reparler depuis que je l'ai retrouvé ici à Los Angeles, je ne sais même pas s'il a encore réellement des contacts avec, et s'il lui a dit qu'il m'a en quelque sorte pris sous son aile. De toute manière, je ne veux plus jamais le revoir, et ce n'est pas lui qui me fera changer d'avis, même si je suis très proche de lui. Parfois à s'y méprendre on ressemblerait presque à un couple, ça me fait toujours rire, parce que je suis certains que beaucoup croient ça. Mais c'est faux, on sort pas ensemble et de toute façon, je me dis que c'est carrément impossible, parce que pour lui, je ne suis pas Mia la femme de vingt-trois ans, qui s'assume, et qui faut le reconnaître est plutôt canon, non je reste Mia la fille de quinze ans qui craquait limite sur le meilleur pote de son frère aîné. Ce que je pouvais être cruche à l'époque, et lui carrément canon. La seconde raison, est que je n'ai pas envie d'une quelconque relation stable, la stabilité ne fait pas partie de ma vie, j'ai pas envie de devoir me contenter de quelque chose qui finirait par devenir une espèce de routine totalement ennuyante. Non, je préfère vivre au jour le jour, et me délectant de partie de jambes en l'air par ci par là. Je suis jeune, autant en profiter, de toute manière depuis la mort de Jeremiah, je me refuse à tout projet futur.

    C'est pour ça d'ailleurs, que ce jeu là, ce soir, celui de faire croire que je forme un couple modèle avec ce connard me semble de plus en plus difficile à supporter. D'une parce qu'il est complètement idiot, et préfère m'affiche plutôt que de prendre ses couilles en main et d'assumer son rôle, et de deux parce que ça se voit à des kilomètres que je suis pas le genre de fille à me satisfaire d'une relation sérieuse. Puis, je me demande d'ailleurs comment ces espèces de crétins pouvait gober une seule seconde, que j'étais vraiment en couple vu le nombre de fois où je m'envoyais en l'air à l'hôpital, avec Caleb notamment, et je peux vous dire qu'on essayait même pas de masquer nos gémissements, j'en avais rien à foutre qu'on nous entende ou qu'on nous surprenne. C'était pas de me faute si leurs vies sexuelles tenaient sur un timbre poste. Assise à cette table, je regardais le connard se rassoir à mes côtés, ramenant deux verres au passage, je lui demandais même pas l'autorisation avant de prendre l'un d'entre eux et l'avalant d'un coup, histoire de me donner du courage pour affronter le reste de la soirée. Je m'allumais une autre clope au passage, à m'en faire cramer les poumons, tellement je tirais dessus comme une forcenée, alors que l'inconnu à côté de moi, venait de lancer une remarque totalement absurde à un de mes collègues qui ne tarde pas à se lever et se barrer accompagné d'une autre fille, bon deux en moins, c'est déjà bien. Je soupire regardant ceux qui restent sans vraiment sourire, plus blasée qu'autre chose à l'heure actuelle. « Ton visage me dit quand même vachement quelque chose ». Une de mes collègues lui dit cela tout en ne cessant de la fixer, bordel, elle était de garde le jour de sa visite à l'hôpital et à mon avis, elle doit se rappeler de lui, ouais, bravo, Mia, j'aurais peut-être du être un peu plus intelligente sur ce coup là. Je me contente de sourire cyniquement tout en finissant mon second verre. « Tu veux la vérité Sarah ? ». Je souris avant d'écraser ma clope dans le cendrier tout en la fixant. « Je ne sors pas avec ce mec, parce que c'est qu'un gros connard et que je m'encombre pas de ce genre de mec dans ma vie ». Je craque littéralement tellement ce manège ne m'amuse plus, j'en ai tellement rien à foutre de ce qu'ils peuvent penser à l'heure actuelle. « Et ne croyez pas que je suis ravie d'être là parce que cette soirée est mortelle, vous êtes tous plus ennuyants les uns que les autres ». Je continue tout en regardant successivement mes collègues.  « Toi qui va te fiancer à un mec qui doit sûrement être aveugle vu ta gueule, et toi qui t'envoie en l'air avec le titulaire de cardiologie, ma pauvre tu veux te sentir exister ? Ca doit être le cas pour toutes les autres filles qu'il baise alors, parce que ce matin c'est dans le placard du rez de chaussée qu'il m'a baisé ». Elle me regarde alors la bouche entrouverte comme si elle souhaitait dire quelque chose mais qu'aucun mots ne sortaient. Je la fixe en souriant la tête légèrement pencher sur le côté alors que mes deux collègues finissent par se lever et partir en direction du bar, je rigole légèrement, enfin tranquille. Ouais, je suis une connasse d'avoir dit tout ça mais je m'en fou, j'en avais marre de devoir jouer ce rôle uniquement pour paraître quelqu'un d'autre, surtout devant ces gens totalement insignifiants. Je me tourne alors vers lui en souriant. « On va s'amuser sans eux ». Je regarde autour de moi, essayant de trouver un truc stupide à lui faire faire avant de remarquer la présence d'une fille, une vingtaine d'année, et des boutons plutôt purulents sur la gueule, je serais aimable je lui offrirais une lotion pour sa peau, mais en fait je m'en tape. « Tient, la fille là-bas, va lui vendre un peu de rêve la pauvre, doit pas avoir l'occasion de vivre ça souvent. Trouves le moyen de l'attirer dans un coin et embrasses là, mais pas le petit bisous de rien du tout, avec la langue je veux ! Cap ou pas cap ? ». Tient connard, va embrasser pustule ambulante, ça constituera le début de ma vengeance, après tout ce qu'il a pu raconter.


○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Yesterday I died, tomorrow's bleeding.
Give me your eyes for just one second, give me your eyes so I can see everything that I keep missing. Give me your love for humanity, give me your arms for the broken-hearted, the ones that are far beyond my reach, give me your heart for the ones forgotten, give me your eyes so I can see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   Lun 1 Aoû 2011 - 17:30

Ethan observait les gens qui partaient tous un à un alors qu'au départ le groupe était constitué d'une dizaine de personnes et se disait qu'ils avaient vraiment pas d'humour. Bon, il est clair que Ethan y avait été de manière un peu bourru et grossière, caractéristique du nouveau personnage qu'il s'était inventé, mais quand même. Pourquoi tous les autres partaient-ils de cette façon? "je suis de garde ce soir" avait été entendu au moins trois fois a ne plus en devenir crédible, ainsi que le typique "je suis fatigué" alors que la minute d'avant, la dite personne était entrain de boire comme un trou et s'éclater de rire. Si Ethan les faisaient chier, qu'ils le disent bon dieu, le jeune homme avait attendu cela toute la soirée afin de faire revenir le vrai Ethan cruel et méchant en lui, qui avait été remplacé par un vulgaire pantin pas drôle et crédible pour un sou. Les gens étaient même pas foutu de se défendre eux même et préféraient "profiter" de l'occasion pour pas se justifier et se barrer comme des chiens, comme toujours bordel. Les gens sont vraiment des putains de lâches quand même. Faut s'acheter un caractère bordel de merde comme dirait sa chère Avery. C'est sûr que elle, du courage et du caractère elle en manquait pas, et Ethan l'avait toujours admiré pour cela, en dépit de la mauvaise impression qu'il avait eu d'elle lors de leur première rencontre. Ces vieux gens là, ces putains de thons tous autant les uns que les autres, ils avaient rien de mieux à faire de leur vie que de se barrer au lieu de lancer un bon petit clash histoire de les détendre et de leur faire péter un coup. Mais non, dès la première difficulté, les gens se cassent comme des couillons et s'humilient eux même sans s'en rendre compte. Ethan n'avait pas été si terrible que cela, il avait parlé de la femme du boutonneux ok, mais cette parole eut l'effet d'un euthanasie auprès de tous ses autres amis avec la vague de départ ayant suivi les paroles du jeune homme. On se serait cru dans une putain de démocratie chinoise ou il faut rien dire de "politiquement incorrect" sinon on se fait craché dessus, renié et déshérité. Bordel, le monde est vraiment devenu trop encadré. Enfin, il restait quand même quelques survivors, une jeune femme du nom de Sarah et un brun d'une trentaine d'années au visage affreusement banal, Mr. Tout le monde, mais en plus conciliant et peut-être encore plus lâche finalement, car il osait même pas se barrer et qu'on pouvait voir sur sa tête rouge pivoine de la peur. Comme si Ethan allait le bouffer ou se mettre à le démonter en cinq secondes chrono. C'était amusant comme sensation, cette soudaine sensation de contrôle et de pouvoir, mais presque assez pesant car Ethan sentait qu'il avait plombé l'ambiance. Quel dommage en effet. M'enfin, il devait rentrer en plus, il avait eu un bon petit quart d'heure à humilier cette conne et se foutre de la gueule de a peu près tout le monde, manquait plus qu'un bon truc pour faire dégager les deux autres. C'est alors que la demoiselle révélait tout haut le poteau rose et l'éclatante vérité, faisant comme toujours apparemment sa crazy bitch a insulter ses collègues de façon cynique pour qu'ils se barrent le plus vite possible. Il était alors beaucoup plus amusant et divertissant d'observer les mines de ses soi disant amis qui ressemblaient à des poules ayant trouvé un couteau. La fameuse Sarah et son ami, après quelques minutes a rester abasourdi et tenter de comprendre tant bien que mal chaque information que venait de dire la jeune femme, se barrèrent aussi vites que les premiers partis. Ethan se contentait de les observer partir avec ce sourire niais et con qu'il arborait depuis qu'il les avaient rejoints en leur faisant un petit salut de la main comme pour leur dire un ironique "à la prochaine fois les potes". Il regardait l'heure à présent discrètement, onze heures et demi, il allait pas devoir tarder, et de toute façon, au vu de son inimitié avec la jeune femme, il ne voit pas pourquoi il resterait. Cependant, la jeune femme ne semblait pas l'entendre de cette oreille puisque aussitôt elle s'empressait d'ajouter un "on s'amusera mieux sans eux" sauf que Ethan il avait pas du tout envie de s'amuser, il avait juste envie de rentrer et laisser cette fille à papa faire son chemin de "grande fille" toute seule, et tant qu'à faire, ne plus avoir à entendre son "salut connard" merdique comme pas possible. Et en deux temps de trois mouvements, avant que le jeune homme n'ait pu ne serait-ce que lever un doigt et articuler un bref "mais" elle lui donnait tout de suite un autre gage. Aller embrasser une meuf encore plus horrible que toutes son petit "comité" de mochetés réunis, qui paraissait seule et définitivement mal baisée, pas étonnant vu sa gueule en même temps. Ethan avait déjà envie de lui envoyer son gage dans le cul pour deux raisons. De un parce que il avait déjà rempli son gage et que c'était à lui d'en donner un, de deux.. de deux.. parce qu'il avait peut-être pas envie de jouer et qu'il était pas son putain de jouet bordel de merde. Seulement il se disait que refuser, c'était avouer une certaine faiblesse face à cette crazy bitch à la noix, et la faiblesse c'est la force des faibles. De plus, c'était de bonne guerre après la façon dont il avait descendu en flammes la jeune femme auprès de ses "amis". Elle était donc à la fois en tort de lui donner un gage, mais avait aussi quelque part raison de lui en donner un. Ethan échappant alors un soupir agacé discret répondait soudain avec un faux sourire tout excité et content : « Cap la moche. » Et les mains dans les poches, et l'air conquérant il s'approchait de la dite jeune femme. Si un jour on lui avait dit que la Nature pouvait faire de telles laideurs, il aurait rit. Mais non, il faut croire que sa capcopine qui lui avait donné la meuf la plus moche de l'univers. Rouquine déjà et Ethan aimait pas vraiment cela, du moins ce n'était pas du tout son type, dents de lapin miam, boutons a peu près partout, tellement de boutons qu'elle aurait pu jouer a cinquantes morpions rien que son visage, nez aussi grand que celui de Cyrano de Bergerac et lèvres toutes usées et charnues. Fuck it. Accoudé au bar, a quelques mètres d'elle, Ethan hésitait désormais. Se mordant la lèvre, il osait à peine se retourner pour regarder la casse couilles car il était a peu près sûr qu'elle allait se foutre de sa gueule si elle percevait une hésitation de sa part. Oh et puis bordel, Ethan s'enfilait son dernier verre et approchait alors la jeune femme d'un très chaleureux et séducteur : « Bonsoir mademoiselle, vous voyez, j'ai comme un problème, je cherche à rendre jalouse ma fiancée derrière mon dos qui me casse les couilles tout le temps en ce moment, et c'est à ce moment là que je vous ai vu, et en seul regard, j'ai su que vous étiez la bonne. Auriez vous donc l'amabilité de m'aider de cette fâcheuse situation, silvouplaît? » En termes de envolées lyriques et léchage de cul, on fait pas mieux. Ethan qui détestait pourtant faire cela, le lèche bottes et faux admiratif, le beau poète aux belles envolées lyriques, dans ces circonstances atténuantes, il était bien obligé de le faire. Il tendait alors sa main à la jeune femme, qui des étoiles absolument partout dans les yeux et désormais rouge comme une tomate, la prenait avec empressement. Ca y est, elle était conquise, deux trois petits sourires et les beau yeux bleus du jeune homme l'avait déjà emmené au septième ciel. Elle se levait alors de son tabouret et une fois debout, le jeune homme l'attrapait par la taille pour lui rouler la plus belle pelle possible. Il s'était résigné a toucher le visage de la jeune femme ainsi que d'éviter de trop coller son visage au sien. Et tout en fermant les yeux, il imaginait embrasser.... la réincarnation d'Angelina Jolie. Comme si c'était son premier baiser, la langue de la jeune femme allait dans tous les sens et celle de Ethan tentait tant bien que mal de la rattraper pour lui faire faire le grand huit, space moutain tout ce que vous voulez tant que cela paraisse bien vulgaire et déguelasse aux yeux des autres. Il lâchait après quelques minutes qui ne furent jamais aussi longues et abominables et attrapant la jeune femme toute chancelante et fébrile, comme si elle allait tomber dans les pommes, il lui donnait un petit sourire gêné avant de la remercier. Celle ci se rendit ensuite aux toilettes, ou elle allait sûrement se passer de l'eau partout sur son visage en chaleur et glapir de joie comme un chien pour les dix prochaines minutes. Ethan redemandait alors un autre verre et l'avalait d'une traite, comme un bon bain de bouche pour se rincer de cet affront qu'il venait de commettre avant de retourner près de la jeune femme. Il venait à peine de revenir vers elle, que déjà il en avait marre de son putain de sourire hypocrite de garce comme pas deux. Il enfilait alors son manteau, fallait vraiment qu'il rentre. Il payait alors ses boissons et se contentait de lui dire un froid : « J'ai mieux à faire ce soir que de traîner avec une fille à papa qui se croit toute permise, alors cap ou pas cap d'aller derrière le bar et boire plusieurs bouteilles au goulot, dont une cul sec, sans le consentement du barman bien sûr. Salut, et ah, va te faire foutre, crazy bitch. » Il commençait alors à ramasser ses affaires, vérifier qu'il n'avait rien oublier. Cette saleté allait sûrement faire par je ne sais quel moyen farfelu encore ce qu'il avait dit, mais quoiqu'il en soit, il ne serait plus là pour voir sa satisfaction de merde qu'aura alors sa face. Le mieux qui pourrait lui arriver tiens, cela serait un coma éthylique, elle le méritait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 29
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Re: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   Lun 1 Aoû 2011 - 20:36

    Assise à cette table, entourée de tous ces gens, de tout horizons, je me rendais de plus en plus compte, que j'étais du genre à ne pas supporter la compagnie des autres, sauf pour quelques personnes. Caleb par exemple, même si c'est un connard avec la plupart des gens qui l'entourent c'est différent avec moi. Il ne m'a jamais manqué de respect bien au contraire, et depuis que j'ai débuté mon internat dans son service, il est même du genre compréhensif et protecteur avec moi. Et franchement, c'est plutôt cool pour moi, surtout qu'on peut pas dire que je sois un exemple de sagesse dans les couloirs de l'hôpital. Bizarrement, peu de titulaires daignent me faire confiance, enfin au final ce n'est pas si étrange que cela, mais en même temps, je ferais jamais mes preuves à cette allure. Et la seconde personne que j'arrive à supporter c'est Marcus, bon évidemment, ce n'est pas toujours tout rose avec lui, mais c'est sûrement actuellement la seule personne qui peut réellement me comprendre. Et pour cause, c'est le seul qui est au courant pour la mort de Jeremiah, c'est normal, c'était un ami de la famille, ici à Los Angeles, dans mes nouvelles connaissances, personne ne le sait, et personne ne le saura, parce que c'est un sujet que je n'évoque jamais. Même avec Marcus, c'est assez étrange, parfois on dirait qu'il voudrait m'en parler, surtout quand je broie du noir mais il n'évoque jamais directement le sujet, et c'est une bonne chose. Je crois que la mort de mon frère et ce que je pourrais ressentir vis à vis de cela, est un sujet plus que difficile, et dès qu'on commence à l'aborder, je rentre dans une rage telle que personne n'arrive à me calmer même pas lui. Oui, aujourd'hui encore cinq ans après la mort de mon frère, je n'arrive pas à parler de lui sans pleurer, sans avoir envie de tout casser. Et pourquoi ? Parce qu'au fond mon deuil n'est pas fait, putain rien qu'à y penser j'ai envie de tout envoyer valser sur cette table, exploser les verres contre ce mur, envoyer valser tout ce qui trouve autour de moi, pour me tirer loin et oublier. Je ne veux simplement pas faire mon deuil, parce que pour moi ce serait revenir à accepter la mort de Jeremiah, et ce n'est pas le cas, sa mort est totalement injuste, il avait pas le droit de mourir, encore aujourd'hui toutes les images de cette soirée me reviennent souvent en pleine gueule, et je dois y repenser forcément. Si je venais, à retrouver aujourd'hui, ceux qui ont tué mon frère, je crois que je n'hésiterais pas à les tuer, à les faire souffrir comme ils ont fait souffrir mon frère. L'esprit de vengeance ne m'a jamais quitté depuis sa mort et je crois que cela n'arrivera pas de si tôt. L'ambiance se dégradait de plus en plus dans ce bar, et surement par ma faute, j'aurais du y réfléchir à deux fois avant de proposer ce plan foireux à ce mec, ou tout simplement d'accepter de passer cette soirée avec des collègues qui au fond ne m'intéressent pas, j'aurais du rentrer, rester avec Marcus, ou m'arranger pour que Caleb se libère quelques minutes afin de me prendre dans un coin de l'hôpital. Je me demande pourquoi est ce que je continue de jouer avec ce débile, peut-être parce que je suis joueuse, et que j'ai pas envie de baisser les armes devant lui, ou de déclarer forfait, c'est totalement débile en plus parce que je suis là à vouloir résister devant ce mec dont je ne connais même pas le prénom. Il finit par accepter mon pari, même si au vue de sa gueule il semble bien dégoûté. En même sur ce coup là je peux le comprendre au vue de la tête de la fille, ces pustules sont tout simplement...immondes. Je souris en coin fière de moi sur ce coup là, il a voulu faire le malin à raconter de la merde, il n'a qu'à assumer. Il finit par se lever en se dirigeant vers la dite jeune femme avant de se la jouer gros dragueur afin d'obtenir ce qu'il veut, je reste assise, m'adossant au mur derrière moi, savourant le spectacle avec délectation tout en fumant une énième clope. Marcus va me tuer quand je vais rentrer, d'une parce que je serais sûrement bourrée, et de deux parce qu'il va savoir que j'ai encore fumé comme un pompier. Il finit par mettre en application le pari, et moi je me fou littéralement de sa gueule ! Dieu que c'est bon, la jeune femme surprise, finit par sourire, celle là, elle va vite croire qu'elle a un ticket et ce qui me fait le plus rire la dedans c'est la gueule de connard qu'il tire à ce moment précis avant de revenir vers moi. Il finit par déposer de l'argent sur la table pour ses consommations avant de me dire qu'il a autre chose à faire que de rester avec moi ici, avant de me donner un défi à nouveau en me demandant d'aller derrière le bar et de boire des bouteilles au goulot sans demander l'autorisation au barman. Je soupire avant de me lever en souriant.

    « cap ». Je finis par me diriger vers le bar, sans attendre une quelconque autorisation avant de me servir une première bouteille, heureusement le barman n'est pas là, je bois sans me soucier d'être malade ou non alors que je sens quelqu'un me saisir le bras ! Quand on parle du loup. « Et ma belle, t'as aucune raison d'être ici ». Non mais connard ! Fermes ta gueule et va t'acheter un cerveau. Je soupire en continuant de boire au goulot d'une seconde bouteille. Il me saisi alors fermement le bras en m'écartant sur le côté. « Tu quittes le bar maintenant ou j'appelle les flics ». Waouh il a pas d'humour celui-ci, je le fixe en souriant avant de littéralement lui rire à la gueule. « Sinon quoi ? Pauvre connard t'as pas le droit de me virer d'ici ». Il finit par rire nerveusement alors que je saisie une autre bouteille en le buvant devant lui pour le provoquer, il finit par me pousser assez violemment cette fois-ci alors que je reviens vers lui en le giflant avec force. « TOUCHES MOI ENCORE UNE FOIS ET JE TE JURE QUE JE TE COLLE UN PROCES ». Ce dernier finit par me traiter de garce alors que l'alcool me monte doucement au cerveau, il essaye de me trainer hors du bar mais je me débats en lui hurlant dessus, alors que le merdeux qui m'a donné ce défi est toujours là à me regarder. Dieu, si on appelle Marcus pour qu'il vienne me chercher, il va me massacrer sur place, et s'il a bu lui aussi, il risque de vraiment me faire ma fête et pas dans le sens que je voudrais.

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Yesterday I died, tomorrow's bleeding.
Give me your eyes for just one second, give me your eyes so I can see everything that I keep missing. Give me your love for humanity, give me your arms for the broken-hearted, the ones that are far beyond my reach, give me your heart for the ones forgotten, give me your eyes so I can see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   Mar 2 Aoû 2011 - 10:18

Ethan jetait une dernière fois un coup d'oeil à sa montre, minuit moins le quart, et il se disait qu'à cause de cette saleté de fille à papas il avait définitivement plus aucun moyen censé pour qu'il ait le temps de rentrer à l'appart" et faire le ménage avant que sa très ponctuelle colocataire rentre. Déjà qu'il avait passé une soirée finalement en demi-teinte entre son étrange séance avec Kern, cette espèce de visite au bar et de manipulation de la part du jeune homme qui ne lui ressemblait pas, et maintenant, il allait devoir se faire engueuler par Parker la bipolaire qui aurait été capable de le balancer par la fenêtre si elle était vraiment énervée. Car oui, en plus, il était en colocation avec une bipolaire, alors les espèces de fausses tarées garces il commençait à avoir l'habitude et c'était pas sa mystérieuse inconnue qui allait l'impressionner ou le mettre sur le cul avec un franc parler et des pincements de l'entrejambes. Il avait connu parfois tellement pire que cela soit avec Avery, sa soeur Nina garçon manquée, Parker que les tentatives de la jeune femme de jouer à la Wonderwoman ou à la Charlie's Angel le faisait finalement plus rire qu'autre chose. Il avait également un peu de pitié pour elle, car il se disait que dans sa vie de petite fille riche et qui a tout ce qu'elle souhaite, elle devait quand même se faire sacrément chier et se sentir sacrément seule, alors c'est pour cela qu'elle tentait de faire son intéressante et la fausse femme "brisée" et "torturée" auprès de tout son entourage ou du premier venu comme l'était Ethan ce soir il fallait croire. Au début, c'était amusant, d'ainsi pouvoir se foutre de sa gueule auprès de ses faux amis, et de la voir avec ses grands airs se défendre "toute seule comme une grande" sans l'argent de papa et maman derrière, mais à la longue c'était saoûlant de voir qu'à la longue, la jeune femme tournait en boucle avec ce numéro et n'avait finalement pas grand chose derrière sa carapace dorée. Ethan avait donc mieux à faire que "se battre" sans enjeu avec une fille de toutefaçon, qui pouvait faire absolument ce qu'elle voulait, puisqu'elle avait l'argent de papa et maman pour protéger son cul derrière lui. Et Ethan détestait ces espèces de personnes qui pensaient être plus forts que tout le monde, pensent pouvoir être au dessus de toutes les lois, de toutes valeurs, de toute morale juste parce qu'ils ont plus d'argent que les autres. Des personnes absolument répugnantes et affreuses comme pas possibles. La jeune femme avait donc beau rire de la rouquine que Ethan venait d'embrasser, dans le fond, son coeur il était aussi pourri que le visage de la rouquine alors elle ferait mieux de la fermer sa gueule. Ethan l'observait absolument dégoûté comme si les pustules se trouvaient actuellement sur la face de la demoiselle et prenait la direction de la sortie. Lorsqu'il ouvrait la porte, il entendit un petit "cap" de la jeune femme mais il ne se retourna pas et fermait la porte derrière lui. Une fois dehors, il tentait de s'allumer une clope, mais le fort vent qui soufflait à ce moment là l'en empêchait. Il dut s'y reprendre à vingt fois au moins pour enfin s'allumer cette bonne clope. A peine eut-il tiré une taffe cependant qu'il entendit un cri et de l'agitation dans le bar. C'est alors qu'il constatait avec un faux étonnement la jeune femme entrain de littéralement se battre, bouteille en mains avec le barman. Celui ci lui indiquait la sortie, mais celle ci ne semblait pas l'entendre de cette oreille étant donné qu'elle continuait à se gaver de toutes les bouteilles du bar. Le barman fut donc dans l'obligation de la saisir un peu violemment et c'est alors qu'elle se mit à parler de procès. Oh bordel de shit. Et tout cela à cause d'un simple de pari de merde que Ethan pensait qu'elle allait pas le faire étant donné qu'il s'était cassé. Mais quelle conne c'est pas possible. Il rentrait à nouveau dans le bar et alors que le barman tentait de pousser la jeune femme dehors, celle ci criait d'une voix tellement insupportable et tellement forte, ayant trois bouteilles différentes à la main qu'elle ne voulait pas redonner au barman, que celui ci lui foutait une baffe violente, qui manquait presque de foutre la jeune femme à terre. Cette dernière atterrit un peu plus loin, s'appuyant chancelante sur le bar. Ethan, sentait entre ses deux grognements rauques qu'elle allait sauter le barman si cela continuait et le buter à l'aide des trois bouteilles qu'elles avaient en mains. C'était largement possible vu le taux d'alcool qu'elle devait avoir dans le sang et la violence de la baffe, surtout qu'elle devait pas être habituée à en prendre la fille à papas. Il s'interposait alors entre les deux, du moins en se mettant devant la jeune femme, de dos, en l'immobilisant contre le bar, et entre toujours de ces grognements de tigresses il entendit un léger mais sadique : « Cap ou pas cap de lui casser la gueule connard? » Ethan déglutissait alors avec difficulté face à ce gage. Il savait d'un côté qu'il devait le faire, car s'il ne le faisait pas, la jeune femme aurait été capable de lui casser une bouteille sur le crâne, avant d'aller casser ses deux autres sur le crâne du barman, et qu'en plus ce dernier l'avait frappé suffisamment fort pour qu'il soit en mesure d'être puni. Mais en même temps, elle l'avait bien cherché cette baffe qui lui pendait au nez depuis son arrivée au bar, certes c'était aussi un peu de la faute de Ethan de lui avoir donné un gage si stupide, mais c'était comme si elle l'avait attendue cette baffe. Elle paraissait assez tarée pour être sado maso, donc bon, c'était une hypothèse tout à fait envisageable. Après donc un bref duel de regards avec le barman, Ethan toujours de dos à la jeune femme, il s'approchait alors du barman, doucement avec un regard noir dans les yeux comme incontrôlable et furieux. Une fois nez à nez avec lui, il fixait le jeune homme dans le blanc des yeux et n'arrivait même pas à déceler ne serait-ce qu'une part de culpabilité dans ce qu'il venait de faire, qu'il venait juste de frapper une nana, certes insupportable mais qui venait juste de la frapper. Il avait peut-être l'habitude avec sa femme ou autres qui sait cet enculé. Et s'il y avait bien une chose que Ethan pouvait pas supporter, c'est que les hommes soient suffisamment lâches pour frapper une femme et se croire par conséquent être les plus forts. Après quelques minutes à s'observer ainsi, sans un mot ou ne serait-ce qu'un changement d'expression, Ethan soufflait un : « Cap. » Ethan avait alors comme une démangeaison à son poignet, un feu insoutenable et beaucoup trop tentant pour ne pas le calmer. Après s'être craqué les doigts de façon taciturne, après avoir soufflé son petit cap et s'être encore approché du barman, avec une certaine nonchalance déconcertante, il le frappait d'un beau crochet du gauche qui mettait le jeune homme à terre.Il s'agitait ensuite les doigts, comme satisfait qu'il ne soit plus pris de cette démangeaison qui le titillait depuis de nombreuses minutes. Et là, il enchaînait avec un crochet du droit, relevait le jeune homme qui tenta de se défendre en foutant un poing droit puis gauche à Ethan, qui restait néanmoins debout, et toujours le tenant par le cou, qui allait le coller contre le bar et lui foutre une béquille dans sa partie sensible. Celui ci désormais plié en deux, il relevait sa tête à l'aide de sa main gauche pour lui foutre une deuxième droite et un coup de boule qui fit passer le barman derrière son propre bar à terre, renversant au passage quelques verres et bières vides. Passé de l'autre côté du bar, Ethan lui donnait ensuite quelques bons coup de pieds dans le ventre histoire de passer au jeune homme l'envie de se relever pour aller se venger sur lui et lui renversant alors une bière fraîche sur le visage il s'accroupissait près de lui pour lui lancer un : « La prochaine fois que tu frappes une femme, essayes au moins d'être discret et d'avoir ne serait-ce qu'un soupçon de culpabilité, ordure. » Ethan crachait ensuite un petit filet de sang que le jeune homme lui avait causé avec son bon poing du droit et gauche tout de même dans l'évier. Ce barman avait sûrement fait de la boxe étant donné la facilité avec laquelle il avait fait cet enchaînement droite-gauche, mais c'était sûrement il y a fort longtemps pour qu'il autant sur les rotules question endurance. Il attrapait ensuite sa mystérieuse fouteuse de merde casse-couilles toujours ses trois bouteilles en main et qui continuait de fumer et boire comme un trou en même temps et l'attrapait violemment pour la foutre dehors avec lui. Il récupérait également ce qui semblait être son manteau au passage pour lui lancer à la figure, et lui attraper la clope qu'elle avait dans la bouche, étant donné que lui avait du jeter la sienne pour son putain de gage de merde. Il tirait alors la jeune femme un peu plus loin du bar, au cas ou le bar man appelait la police ou que des clients saoûls chercheraient à joindre la bagarre pour marcher en direction de chez lui, avant de s'arrêter à un coin de rue désert et calme. Il tirait alors les dernières taffes remplissant ses poumons bien vides depuis bien trop longtemps et lui disait, écrasant sa clope au sol : « C'est bon maintenant, mademoiselle La Baronne est contente ou je dois encore jeter ce type sous un train? Faut dire que tu l'avais pas volé cette baffe sale garce. » Elle continuait de boire allègrement sa bouteille et Ethan comprit qu'en fait, elle était entrain de finir le gage du jeune homme. Oh bordel, en fait, elle était même pas tarée, c'était juste une putain de gosse dans sa tête qui n'avait strictement aucune maturité pour savoir faire la part des choses et voulait juste gagner ce putain de jeu merdique, qu'on fait quand on a six ans et encore. Rien qu'une gamine bourré de fric et assez jolie qui veut niquer tout le monde juste parce qu'elle, personne a envie de la niquer pour ce qu'elle est, mais juste pour ce à quoi elle ressemble. Ethan était bien tombée avec une débile profonde pareille. Elle avait maintenant donc finie sa petite bouteille cul sec, comme convenue et se mettait à boire d'une autre, avant d'enchaîner avec l'autre, pendant que Ethan, assis sur une bouche d'incendie la regardait, totalement dépité et désemparé face à un cas désespérée comme elle. Lui qui avait pensé être au fin fond du trou ces derniers temps, il était heureux de constater qu'll y avait actuellement pire que lui, d'une façon certes différente mais tellement seule et frustrée de la vie qu'elle avait rien de mieux à faire que s'enfiler une bouteille toute fière devant un mec qu'elle connaissait même pas. Y'en a qui ont vraiment pas de vie hein. Au rythme ou elle allait et ou elle était allé pendant toute la soirée, elle tomberait dans les pommes au premier coin de rue et se ferait alors violer par les quarantes dealers du coin. Et après, assoiffée de vengeance, elle collerait à Ethan un procès et il se retrouverait bien tiens. Le jeune homme ne put s'empêcher d'alors lui dire, lui arrachant ses deux bouteilles des mains : « J'tavais bien dit qu'une fille à papa comme toi devrait pas traîner dans les bars comme ça seule ou mal accompagnée, arrêtes de te prendre pour ce que tu n'es pas tu veux, alors je t'appelle un taxi et tu dégages, retourne voir ton papa et ta maman qui vont te faire une bonne tisane dans ton lit de princesse. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 29
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Re: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   Mar 2 Aoû 2011 - 12:35

    Je n'avais rien d'une jeune femme de vingt trois ce soir, je ressemblais à s'y méprendre à un mec, un mec bourré, dans un bar qui voulait se donner en spectacle, et c'est ce que je faisais à ce moment précis, me donner en spectacle à croire que c'est ce que je savais faire de mieux. Et je crois qu'en l'espace d'une seconde, la lucidité à pris le dessus. J'en ai été réduite à ça, me comporter comme une espèce de salope dans ce bar, jouer avec un mec dont je ne connaissais même pas le prénom, faire semblant de m'intéresser à ces gens autour de moi pour paraître normale, et j'en passe. Je me demande à cet instant précis, ce que Jeremiah penserait de tout ça, il détestait me voir ainsi, dans cet état.

    Flash Back

    « Mia magnes-toi bordel ! ». Je soupire en entendant la voix de ma meilleure amie, émanant du rez de chaussée, je me regarde une dernière fois dans la glace avant de filer en bas la rejoinre, on doit sortir ce soir, une putain de soirée, donnée en l'occasion de l'anniversaire du mec le plus canon, et populaire du lycée. Je suis pas officiellement prise même si Gabriel traîne dans un coin de ma tête, mais tant qu'on a pas défini ce qu'on est j'ai envie de m'amuser. Je souris en arrivant en bas alors qu'elle me serre dans ses bras, c'est alors que la voix de Jeremiah se fait entendre. On se parle plus depuis deux jours, depuis que j'ai surpris au lit avec cette pétasse de Juliet, je déteste cette fille, et il le savait, pourtant ça ne l'a pas empêché de se la taper, et je le déteste rien que pour ça à ce moment précis. Si cette salope, croit qu'elle va pouvoir rentrer dans la famille Dexler sous prétexte qu'elle a eu le droit à une nuit avec mon frère elle se trompe. « Mia, t'es censée réviser tes examens de fin d'années ce soir, et puis ta tenue te vas pas on dirait une traînée ». CONNARD ! Ce que je peux le détester quand il me parle comme ça, quand il ose me dire que je ressemble à une traînée, il a pas le droit, c'est mon jumeau merde, il devrait être de mon côté sans même hésiter. Je me retourne en le fixant lui lançant un regard noir. « J'ai tout appris grâce à ta salope de Juliet ». Il soupire avant de me trainer par le bras dans le salon, loin des regards de ma meilleure amie. « Et lâches moi tu me fais mal ». Il desserre l'étreinte de son bras avant de me regarder. «  Je te préviens Mia, si tu sors ce soir, et que tu fais de la merde, comme tu as le don de réussir à le faire, tu peux courir pour que je te reparle ». Quoi ?! Des menaces ? Alors c'est ça on va se déchirer pour une putain de soirée, et surtout une putain tout court. Je me recule en le fixant.  « Parfait, va baiser qui tu veux, tu me fais chier Jeremiah ». Je le repousse avant de partir avec Lindsay. Son mec nous conduit jusqu'à la maison de Logan et la soirée peut enfin commencer. Mais je n'arrive pas à m'amuser, je n'arriver pas à profiter pleinement de la soirée, c'est trop difficile sachant que Jeremiah m'en veut et vice versa. Alors je reste là près du bar, à enfiler les verres, jusqu'à m'en rendre malade, je sens l'alcool me monter rapidement au cerveau. Mais je continue, encore, et toujours avant de partir en direction d'une table. Je monte dessus sans me soucier du reste, commençant à danser en chantant comme une espèce de débile, alors que l'envie de vomir se fait rapidement ressentir. « Mia, tu devrais descendre ». Ma meilleure amie tente de me tirer vers le bas, histoire de me faire descendre, mais je l'envoi littéralement chier. Hors de question qu'elle vienne aussi me faire la morale ! Je continue de danser avant sentir quelqu'un contre moi. Je me retourne découvrant le visage de Logan, je souris, totalement bourrée, avant de passer mes mains autour de sa nuque me rapprochant de lui en l'embrassant sans attendre, ce dernier descend lentement mes mains sur ma taille, alors que quelqu'un me tire soudainement le bras. « Mia, viens là ». Mon frère, bordel, quel connard d'avoir ramené son cul ici. « Va te foutre ». Mais ce dernier finit par me porter me prenant sur son épaule pour me forcer à le suivre avant de m'amener dehors, me secouant en me fixant. « Mia putain, t'es qu'une espèce de gamine merde ! Tu me fais chier, j'en ai marre de m'inquiéter pour toi, de venir réparer tes conneries, tu comprends que j'ai peur pour toi ». Il me regarde sérieusement et ses paroles, me heurtent de plein fouet, c'est la première fois qu'il gueule ainsi sur moi et ça me fait vraiment un putain de truc dans le ventre. Les larmes montent, et cette fois-ci elles sont sincères. Je le repousse alors en tapant sur son torse. « C'est toi bordel, qui a commencé à voir des filles, à te taper tout ce que tu trouvais, c'est toi qui m'abandonne... ». Le seul problème c'était ça ma peur chronique de le voir s'éloigner de moi. « Je t'abandonnes pas Mia... ». Il finit par m'attirer contre lui en caressant mes cheveux pour me calmer, je soupire me laissant faire n'ayant même pas envie de me battre ce soir.

    Fin du Flash Back.

    Ce souvenir me revient en pleine gueule et me faire prendre conscience que ce soir j'aurais aimé que Jeremiah débarque ici et me foute une claque pour me faire réfléchir, mais il ne viendra pas, il ne viendra plus...et la seule claque qui vient me heurter la visage, c'est celle que me mets ce connard de barman, alors que l'inconnu arrive à ma hauteur se plaçant devant moi. Je vais finir par lui casser une bouteille sur la tronche à ce serveur merde. Je lance un stupide gage de plus en lui demandant de frapper le serveur, et évidemment résigné il finit par accepter, se jetant sur lui en lui donnant plusieurs coups. Je me marre comme une conne tout en continuant de boire, alors qu'au bout de quelques minutes, le merdeux qui m'a entrainé dans ce jeu finit par me tirer par le bras, ramassant nos affaires au passage avant de sortir du bar. Je reste adossée au mur tout en continuant de vider les bouteilles. Ce dernier finit par me demander si j'ai fini mon numéro ou si j'ai encore un autre truc débile à lui demander, je me contente de sourire en coin tout en continuant de boire, à m'en détruire l'estomac. Il finit par me balancer ma veste à la gueule en me traitant de petite fille à papa, connard, s'il savait qu'il est loin de la vérité. Je l'ai été cette fille à Papa dont il parle mais maintenant, elle est bien loin. Je lui balance ma veste à la gueule en le poussant laissant les bouteilles à terre. « Ouais, t'as raison, et toi retournes dans ta merde, tu sembles t'y sentir tellement bien, faudrait surtout pas changer tes petits habitudes connard. ». Je lui lance un regard noir avant de marcher sur le trottoir en titubant, pour appeler un taxi finalement. Je me retourne un dernière fois en fixant ce petit con avant de monter à bord, totalement dans les vapes, c'est Marcus qui va être content de me retrouver comme ça.


TOPIC TERMINE.

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Yesterday I died, tomorrow's bleeding.
Give me your eyes for just one second, give me your eyes so I can see everything that I keep missing. Give me your love for humanity, give me your arms for the broken-hearted, the ones that are far beyond my reach, give me your heart for the ones forgotten, give me your eyes so I can see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ethan&Mia ❦ Hell is empty and all the devils are here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Good Life ™ :: ♕ whisky a go-go-