AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
VEUILLEZ LIRE CE SUJET ET DONNEZ VOTRE AVIS : CLIQUEZ

Partagez | 
 

 
Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Dim 28 Aoû 2011 - 10:27



    « Allo Matthews, Jones à l'appareil. Besoin d'argent en ce moment? Je sais que t'aimes pas trop ça mais c'est vraiment un bon coup, sinon je t'aurais pas appellé et beaucoup de blé à la clé, et t'es un de nos meilleurs mecs, alors cela pourrait nous faire un gros coup de pub. »
    « Ouais, écoutes, je sais pas vraiment, j'avais déjà un truc de prévu ce soir, mais c'est sûr que je pourrais pas renier un peu de fric ouais.. combien j'y gagne ? »
    « 20000 euros si on finit dans les trois premiers à se partager, donc le premier récolte 10 000, le second 7 000 et le troisième 3000. »
    « … Ecoutes j'y réfléchis, je m'organise et je te rappelle en fin d'après midi. »

    Les courses de voitures. Ca faisait bien en effet un bon bout de temps que Ethan n'en n'avait pas fait une. Avant, entre ça et les deals de drogues avec ses potes, c'était clairement ce qui lui payait ses études, vu que ses parents le reniaient depuis longtemps et n'acceptaient plus de lui filer ne serait ce que dix dollars, avec son job d'étudiant dans un bar, c'était sa seule source de revenus. DU temps de UCLA, il en faisait au moins une fois par semaine, ajouté à ses heures de boulots, de cours et ses deals de drogues un peu partout dans la ville pour des petites frappes, Ethan avait un emploi du temps vraiment chargé il y a quelques années. C'est pour cela qu'il a toujours été si solitaire, il a toujours tout fait pour lui, pour avoir une vie correcte et enfin tranquille, préférait largement rester chez lui avec un bon spliff et vynil plutôt que sortir dépenser cent cinquante dollars dans une boîte à se faire chier, rire comme un con et boire du champagne. Les trucs oisifs et ostentatoires comme boîtes de nuits et méga fêtes, cela n'avait jamais été vraiment le "truc" de Ethan de toute façon, les petits squats entre potes, c'état dix milles fois plus amusant et divertissant. Après la fin de ses études cependant, il était tellement déprimé et "fatigué" d'absolument tout que même sortir pour faire une course de voiture, chose qui lui donnait de l'adrénaline avant et chose à laquelle il avait toujours excellé, eh bien même ça, ca le faisait chier comme pas possible. Il avait donc perdu de vue Jones il y a quelques années et avait repris contact avec lui en le croisant par hasard dans le quartier de Jones, South Central il y a quelques semaines. Ethan avait cruellement besoin d'argent car ses dépenses diverses ces derniers temps l'empêchaient de pouvoir payer son loyer à Parker, et tout simplement car il aimerait bien pouvoir vivre un peu au dessus de la ceinture parfois, c'est sympathique aussi. Le problème étant qu'il devait voir Mia ce soir, leur dernière rencontre s'étant terminé un peu trop soudainement au goût du jeune homme. Ethan avait quand même vraiment besoin d'argent et Mia paraissant avoir … l'esprit disons ouvert, il l'appelait pour lui proposer de venir dans le quartier de South Central voir cette course de voiture.. bien entendu illégale que Ethan comptait concourir. La jeune femme acceptait à la surprise du jeune homme. Après s'être brièvement préparé et s'être engueulé pour changer avec Parker, le jeune homme partit. La course était aux environs de minuit selon les dires du jeune homme, Ethan avait déjà passé un bref temps avec la jeune femme auparavant, en profitant pour aller dîner dans un petit bar pas loin histoire de manger un bout et arrivèrent ensuite rapidement sur le site. Les grosses voitures et moteurs vrombissaient dans la cour du bâtiment désaffecté spécialement aménagé en un véritable circuit de course pour l'occasion. Ethan rejoignait Jones, observait la concurrence, testait sa voiture, observant les options, Jones s'était débrouillé pour garder la caisse fétiche de Ethan, car on change pas une équipe qui gagne. Après ces préparations et échauffements, Ethan allait voir Mia quelques instants pour lui lancer une petite accolade, afin de se donner du courage : « J'essaye de revenir en un seul morceau, histoire qu'on puisse finir le dessert après. »

    Ethan appuya d'un seul coup sur l'accélérateur. La voiture démarrait en trombe dans un cri perçant et la course était lancé. La concurrence était forte, très forte, un peu rouillé Ethan mit du temps à se mettre dans la course, peut-être trop de temps même. Après quelques virages bien appuyés, il retrouvait cette sensation d'adrénaline et d'envie de victoire, rage de vaincre, persévérant, le jeune homme n'abandonnait pas pour autant la course bien qu'il se trouvait cinquième sur six. Après deux tours durant cette position, Ethan faisait des virages alors beaucoup plus secs et risqués, prenant rapidement la position de troisième. Toujours aussi acharné et presque vicieux, il tenta alors un coup bas en lançant un petit coup sec et rapide dans les pneus arrières de la deuxième voiture devant lui. Cette dernière tourna et divaguait quelques instants, instants pendant lesquels Ethan passait désormais deuxième. Serré au coude à coude avec le premier dans le dernier tour, Ethan tentait de observer son concurrent pour le déstabiliser psychologiquement, mais il n'en fut rien. Les deux voitures arrivèrent finalement très serrées à l'arrivée, et après avoir regardé les vidéos et "observés les marques de pneus" sur la ligne, la victoire fut finalement accordé à son concurrent. « Arf tant pis, ce connard a juste eu une seconde de chance inouïe » rageait Ethan, un peu déçu de s'être fait couillé ainsi, il aurait définitivement du reprendre quelques semaines plus tôt, et là, il les auraient quasiment tous atomisés. Après la course, le conducteur auquel Ethan avait fait une queue de poisson et une émeute commençait presque à s'installer dans la foule. « Je l'aurais bien fracassé si tu n'avais pas été là, mais bon, j'suis trop poli et décent pour me montrer ainsi devant toi haha. » Quoique que la jeune femme avait du peut-être voir pire dans d'autres domaines avec Ethan, il avait pas envie de ressembler à Scarface et surtout de gâcher sa soirée avec la jeune femme, qui s'était déjà un peu éternisé. Jones, visiblement ravi de cette place, lui filait ensuite sa part avant de lui donner la caisse pour quelques jours, afin qu'il s'entraîne pour tous les défoncer à la prochaine course. Ethan le remerciait et ouvrant la porte comme un gentleman pour Mia il lui annonçait : « Parker est de sortie ce soir, donc je te propose qu'on fasse le plein, et qu'on aille ensuite se poser chez moi, que tu vois enfin mon antre. » Direction la station d'essence à Beverly Hills. Arrivés sur place, Ethan faisait le plein tandis que Mia était parti acheter quelques trucs dans le supermarché ouvert de la station. Lorsqu'elle revint, elle avait derrière elle une jeune femme que Ethan connaissait trop bien, il aurait reconnu ces chaussures, ce pantalon, ce visage de profil entre dix milles autres : Lucy. Sa Lucy. Bordel de merde, elle pouvait pas le voir, pas comme ça, pas avec Mia, pas après la façon dont cela s'était passé entre eux ces dernières années et la façon dont cela s'était passé après leur première rencontre il y a quelques mois déjà. Bordel de merde, mais non, désespoir. Ethan paraissait déconcerté et désemparé quelques instants, l'observant marcher la bouche béante et le regard à la fois surpris et vide, presque brisé. Mia s'approchait alors rapidement le sourire aux lèvres, et Ethan la plaquait contre lui, se cachant derrière la pompe d'essence en mettant sa main sur la bouche de la jeune femme qui se débattait sans comprendre. Des minutes passèrent, des minutes interminables pendant laquelle Ethan brûlait de stress et pendant lesquels il avait l'impression qu'il allait exploser sur place, se fondre en larve. Lucy partait finalement au loin dans la rue, vu qu'elle paraissait être venue sans voiture, juste à pied à une heure du mat' , faut le faire quand même. Ethan avait presque peur pour elle, il aurait voulu aller la voir, lui parler, arranger les choses, prendre de ses nouvelles, mais il était beaucoup trop lâche pour cela, et de deux, il était avec Mia ce qui rendait les choses doublement impossibles. Il la regardait alors partir au loin, quelques instants, le regard rêveur avant de se re concentrer sur Mia, qui visiblement, semblait abasourdie, et énervée. Putain, faut croire que le destin s'acharnait à ne pas leur faire passer une soirée tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 28
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Dim 28 Aoû 2011 - 18:10



    « Alors c'est qui ce mec ? ». Caleb se jète sur mon lit, les bras croisés derrière sa tête en me fixant un sourire de connard sur les lèvres alors que j'ouvre mon armoire pour chercher une tenue. C'était pas prévu qu'il vienne, mais je crois que c'était inévitable surtout après la dernière fois où je lui ai gentiment fait comprendre qu'il était de trop quand Ethan était là. On s'est revu plusieurs fois évidemment, mais on a jamais vraiment abordé le sujet, surtout à cause de moi, parce que dès qu'il souhaitait aborder le truc, je préfère changer rapidement de sujet, je sais pas pas pourquoi en fait, sûrement parce que je suis pudique dans mes sentiments, j'aime pas en parler c'est comme ça même si je fais totalement confiance à Caleb et même si c'est sûrement la personne ici à Los Angeles qui me connait le mieux ici. « C'est...C'est un mec que j'ai rencontré dans un bar et voilà ». J'évite son regard parce que je le connais, il va pas me lâcher, je continue de chercher dans mon armoire ce que je pourrais bien me mettre pour ma soirée avec Ethan, il m'a proposé de le rejoindre à une course de voiture si j'ai bien compris, c'est donc pas la peine que je sorte la petite robe moulante, je vais avoir l'air totalement ridicule. Caleb finit alors par se relever avant de poser ses mains sur mes épaules en plongeant son regard dans le mien, je le fixe durant quelques secondes, sachant pertinemment qu'il va continuer à me poser ses foutues questions jusqu'à ce que je dis la vérité. « Si c'est qu'un mec comme ça, je peux te baiser alors là contre ce mur non ? ». Il me fait reculer en me fixant dans les yeux son visage à genre quelques millimètres du mien. Bordel ce qu'il peut m'énerver je le fixe sans baisser le regard. « Baiser t'as qu'à ce mot à la bouche ». Il sourit replaçant une mèche de mes cheveux alors qu'il se rapproche encore un peu plus « Avec toi, difficile d'avoir d'autres pensées Mia... ». Je lui lance un regard noir, avant de poser mes mains sur son torse en le faisant reculer de force, m'extirpant de son étreinte pour me planter dans un coin de la pièce. « On va pas baiser, j'en ai pas envie, c'est trop dur à comprendre ? ». Il se recule en s'essayant sur mon lit, le même sourire sur les lèvres alors que je lui lance un regard noir, croisant les bras au niveau de ma poitrine. Ce dernier me regarde fixement attendant sûrement que je prenne la parole mais il n'en ai rien, je préfère me contenter de me diriger vers mon armoire pour enfiler un jean bleu clair, un débardeur noir, et une petite veste par dessus, replaçant mes cheveux rapidement. « Il compte, et c'est ça le problème Mia ? ». Ma gorge se serre presque à ce moment précis, il a sûrement raison, ouais, il a carrément raison, parce que je peux pas, je peux pas assumer ce que je pourrais ressentir pour Ethan, je suis tellement terrifiée par tous ces trucs qui se passent dans ma tête en ce qui le concerne parce que je suis perdue, vraiment, entre ce que je pourrais ressentir, et ce que je veux pas ressentir, une putain de dualité qui me rend dingue parce que j'ai sincèrement peur de couler avec toute cette histoire. « Et même si c'était le cas, j'ai pas envie de tout ça ». Il se lève alors me serrant contre lui simplement une main dans mon dos l'autre dans mes cheveux en posant son menton sur ma tête. Je ferme les yeux, apaisée par ce moment de tendresse. « Tu pourras pas toujours t'empêcher de vivre, et tu le sais... ». Je relève mon regard en le fixant avant de me reculer. « C'est...compliqué, je sais même pas ce que lui veut, toute façon...Je...écoute je dois y aller... ». Je prends mon sac avant de partir avec Caleb, sortant de mon appartement, de dernier insiste pour me conduire à mon rendez-vous, et je rechigne pas, montant dans sa voiture, le trajet se passe silencieusement, j'ai pas envie de parler, j'ai pas envie qu'il me pose des questions. On arrive finalement à l'endroit de cette fameuse course de voiture dont m'a parlé Ethan, en fait c'est pas le genre de truc qui me plaît mais j'avais envie de passer un moment avec lui. Arrivant sur place, ce dernier me propose de partir dîner rapidement avant que la course ne commence, je ne refuse pas au contraire, et on se dirige vers un petit restaurant non loin du site où se déroulent ses courses. Après un dîner plutôt sympathique on revient sur les lieux de la course, Ethan file se préparer, quant à moi, je pars m'assoir au milieu de la foule qui commence à devenir bien dense.

    Je reste assise en regardant autour de moi, n'en revenant pas d'accepter de rester assise ici comme une potiche à le regarder faire mu-muse avec ses voitures, en plus je suis sûre que ça peut-être dangereux, je veux dire c'est pas anodin de faire ça. Ethan finit par me rejoindre entre deux échauffements je crois. Il arrive souriant me prenant furtivement dans ses bras en me disant qu'il va essayer de revenir en un seul morceau pour qu'on prenne le dessert je me contente de sourire en coin alors qu'il s'éloigne à nouveau montant à bord de la voiture alors que je me rassois à ma place, attendant fébrilement que cette course se termine, oui, j'ai peur à ce moment précis qu'il lui arrive un truc et c'est légitime, il compte pour moi, c'est pas comme si j'en avais rien à foutre de sa gueule, avant c'était le cas mais maintenant...la course débute les voitures se succèdent, des bruits ahurissants émanent de toute part alors que je fixe dans décrocher la voiture conduite par Ethan. Les voitures sont presque collées tout le long de la course, et c'est finalement son concurrent qui fini par passer la ligne d'arrivée en premier. Je me lève quand même suivant le mouvement de la foule qui applaudie le vainqueur. Ethan finit par me rejoindre et je me lève en le fixant, me demandant bien la suite des festivités. Il me dit en riant qu'il aurait bien fracassé son concurrent devant moi mais qu'il le fera pas par respect, je souris en coin ce qu'il peut-être con parfois, mais c'est pas plus mal j'ai pas envie de devoir passer ma soirée à l'hôpital à cause de ses conneries. On finit par se diriger vers sa voiture, il m'ouvre la porte tel un gentleman finissant par m'expliquer que Parker, sa colocataire est absente et qu'on va passer prendre quelques trucs à grignoter avant d'aller se poser tranquillement chez lui. On prend alors la route, ça va être la première fois que je vais chez lui, je veux dire jusqu'à présent on est toujours restés chez moi ou dans des lieux publics. On finit par s'arrêter dans une station service, je laisse Ethan s'occuper de mettre le plein alors que je pars récupérer quelques trucs à manger à l'intérieure dans la petite boutique, avant de ressortir pour le rejoindre, un large sur sourire sur les lèvres. « On mourra pas de faim au moins, quoique le dessert risque d'être assez...copieux... ». J'arque un sourcil en riant alors que je remarque d'un coup que l'expression du visage d'Ethan, je m'approche gardant mon sourire alors qu'il finit par me plaquer contre lui, la main sur ma bouche, non mais c'est quoi ce fucking bordel ! Je tente de me débattre alors qu'il ressort l'étreinte de sa main sur ma bouche, en fixant une espèce de fille au loin, non mais ça va être quoi encore le soucis cette fois-ci ? Il finit alors par me lâcher après quelques minutes. Il continue de fixer cette grognasse sans formes, avant de reporter son attention sur moi. Je le fixe avec colère avant de la pousser. « Non mais c'est quoi ton putain de problème, tu viens de me faire quoi ? Je rêve, mais t'es complètement con ». Je soupire en passant une main dans ma nuque en regardant la fille au loin avant de me retourner vers lui. « C'est qui cette fille ? Dis moi allez, puisqu'apparemment elle veut le coup que tu me m'empêcher de parler de la sorte, t'as peur de quoi, qu'elle te voit avec une autre peut-être ? ». Je hausse volontaire la voix afin de faire en sorte que cette fille l'entende. Ethan m'assure que ce n'est personne d'important, ouais, prend moi pour une conne je dirais rien. Je soupire exaspérée. « Si c'est personne alors, vas y, vas jouer avec elle, vas lui dire que c'est une merde et qu'elle sert à rien, qu'elle te fait pitié à la voir là sur le bord du trottoirs comme si elle attendait un client vas y Ethan cap ou pas cap ». Je le fixe la gorge serrée, putain entre Parker, et cette fille, je suis vraiment vernie, et bizarrement j'ai une putain de sensation qui monte en moi, et si cette fille était différente à ses yeux ?

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Yesterday I died, tomorrow's bleeding.
Give me your eyes for just one second, give me your eyes so I can see everything that I keep missing. Give me your love for humanity, give me your arms for the broken-hearted, the ones that are far beyond my reach, give me your heart for the ones forgotten, give me your eyes so I can see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Dim 28 Aoû 2011 - 21:19



« Would you even try break the wall to face it all ? »

    Bordel pourquoi rien ne pouvait se passer normalement entre Mia et lui, genre, depuis toujours? De leur rencontre, du moment ou ils ont commencés à se fréquenter, devenir amis, s'aimer, se rapprocher, tout cela n'avait été qu'un putain de chemin chaotique, un enchaînement de situations, de cris, d'insultes, de violence, de rapprochements, de bagarres, bref un joyeux méchant bordel. Ethan se demandait quand est ce que Dieu, ce putain de Dieu dont tout le monde parle, si un jour dans sa putain de vie de coq en pattes, il aurait pu accorder une petite journée sympathique à Ethan ou Mia, ou ne serait-ce qu'une seule soirée a peu près normale et agréable, sans pétage de câbles, d'imprévus et de coups de théâtre, genre cela serait bien cool quoi. Ethan aurait bien apprécié en tout cas et en ce moment même, lui qui avait jamais vraiment crut en Dieu, il était pourtant à deux doigts de prier, a deux doigts de prier que le destin arrête de s'acharner à foutre des putain d'obstacles dans leur relation, déjà assez bordélique comme ça. Mia était la seule personne sur laquelle Ethan pouvait actuellement se reposer, être lui même et se détendre, juste, se sentir bien, et il fallait croire qu'on faisait absolument tout pour lui arracher des mains, en dépit de toutes cette tentative pour la garder auprès de lui, et de toutes ces idées les plus follement créatives et romantiques pour garder une certaine stabilité avec Mia et juste essayer d'avoir un putain de truc stable et épanouissant dans sa vie. Mais non fallait croire que la vie aimait bien voir un Ethan seul, exaspérant, qui fout toujours la merde inconsciemment là ou il va, ah ouias, la vie elle prenait son putain de pied à voir Ethan briser chacune des choses qu'il touchait en dix milles morceaux. Et c'était exactement ce qu'il se passait avec Mia, et Ethan ne voulait pas ça, putain il pouvait pas le supporter. Et pourtant, il continuerait de se battre, tel un héros dans une tragédie qui sent son destin lui échapper des mains face aux Dieux, impuissants, mais qui s'acharne quand même pour le changer. Fight for this love comme on dit, peut-être que c'était cela la clé, une sorte de test pour que Dieu évalue si Ethan était réellement capable de faire les choses bien pour une fois et montrer pour une putain de fois ce qu'il ressent. Pourtant, c'était mal parti lorsque Ethan, après que Mia lui ait demandé qui était la jeune femme en question lui ait demandé qui était-ce, il répondit instinctivement : « C'est.. personne d'important. » Ethan fermait les yeux quelques instants, en même temps, leur histoire était si compliqué, comment l'expliquer "ouais en fait c'est ma meilleure amie avec laquelle j'ai basically passé toute ma vie et qui m'a dit qu'elle était raide de dingue de moi avant de me virer de chez elle et de s'enfuir loin de moi?" mais oui, sûr que la franchise dans ce cas là, c'était ce que Ethan aurait du faire. Mia aurait probablement décédé sur place ou enfoncer la pompe à essence dans la bouche de Ethan dans ce cas. Ethan tenait un minimum à sa vie, mais il pouvait pas vraiment la prendre pour une conne après s'être caché comme un criminel quelques instants plus tôt. Cependant, comme un arroseur arrosé, Mia lui donnait alors le gage ultime d'aller lui parler, emmerder la jeune femme, la traiter de pûte, affront ultime, juste pour le plaisir de le faire et de la démolir devant les yeux de Mia. Le truc.. genre.. juste impossible. Pour la première fois, Ethan paraissait perplexe et hésitait vraiment beaucoup trop. Il sentait bien que là, il pouvait pas, il pouvait juste pas, que le jeu allait bientôt terminé, qu'il avait perdu face à la cruauté et torture sans fin de la jeune femme. IL était peut-être lâche, mais sa relation avec Lucy était déjà assez fucked up, elle était le seul vrai repère qu'il avait eu toute sa vie, même pour Mia, il aurait pas juste pu détruire et briser aussi ce lien si fort qui les avaient unis autre fois. C'était physique, il pouvait même pas y réfléchir, son corps, sa tête, son coeur, sa bouche, son regard, ses mains absolument tout lui disait non. Il répondit alors la voix brisée et faible à la jeune femme : « J'peux pas, c'est que.. j'peux juste pas, désolé de pas être à la hauteur, mais c'est juste... rationnellement impossible. Pas cap. J'tai menti, je la connais, et les choses sont... tendues et complexes entre nous ces derniers temps, j'voudrais t'expliquer mais sincèrement j'peux pas, peut-être que tu pas peux me comprendre, mais tu peux oublier. Juste oublier qu'elle est passée derrière toi, effacer ce moment merdique, cet espace de secondes qui avait une chance sur milles d'arriver. » Il tentait de s'approcher de la jeune femme, pour lui toucher les bras et capter son regard, dans un espoir vain qu'elle oublie ce moment, comme si elle aurait pu réellement l'oublier après ce que Ethan faisait de faire, et ce putain de regard qu'il avait simplement jamais eu auparavant. Mais la jeune femme s'écartait rapidement de sa tentative d'étreinte, et cela étonnait faussement le jeune homme commençant à lui gueuler dessus et péter sûrement le plus grand câble qu'elle ait pu péter en compagnie du jeune homme. Elle était à deux doigts de baffer le jeune homme, et peut-être qu'elle le fit vraiment, Ethan était tellement perdu qu'il ne sentit pas vraiment la différence. Mais il en avait marre. Marre que Mia pète son câble toutes les cinq minutes, comme si Ethan avait pas le droit d'avoir eu des histoires dont il avait pas forcément envie de parler. Reprenant rapidement son calme, il reprenait alors: « Mais qui que soit, qu'est que cela peut te foutre bordel à la fin? T'as pas encore compris que si j'voulais une fille qui me fasse pas chier, une pétasse comme tu dis, je pourrais en trouver à tous les coins de rues? Mais non à la place, j'tai pris toi, toi et ta grande gueule, toi et ton côté crazy bitch, toi et tes pas de danse sur Britney Spears ridicule, toi et ton appart' pourri, toi et tes gaufres, toi et tes connards à tout bout de champs, toi tout simplement. » La tête de Ethan grouillait de tous ces souvenirs mémorables avec la jeune femme, et à défaut de faire des phrases réellement construites, il tentait juste de capter son regard, regard de Mia toujours aussi infranchissable et continuait d'enchaîner les exemples dans l'espoir de la faire réagir, en vain, celle ci restait de marbre. Putain de merde. C'était pas possible. Cette fille avait vraiment un problème. Ethan avait beau essayer, toujours et encore plus fort de grimper ces murailles pour accéder au coeur du jeune homme, elle paraissaient sans fin, et creuser un trou en dessous comme leurre n'était pas non plus possible. Désormais donc, il se retrouvait à milles cinq cents mètres d'altitude cette muraille, et il ne pouvait pas lâcher non plus, au risque de définitivement se crasher s'il lâchait prise. Ethan était persévérant, il abandonnerait pas, jusqu'à ce que Mia le tue de ces propres mains ou qu'elle le regarde dans les yeux en lui disant qu'elle ne ressent pas la même chose que lui. Il savait qu'elle en était capable cependant et n'osait pas lui demander pour autant de le faire l'instant d'après, face au silence de la jeune femme il lâchait finalement alors une seconde fois : « Sauf que le problème avec toi c'est ça, dès que tu contrôles plus la situation, ca te plaît pas, ah t'aimes pas ça, c'est pas agréable comme sensation, c'est vicieux et effrayant, alors tu me traites de connard et tu te casses comme une conne, et je sais même pas ce que je fout ici encore, a essayer de te convaincre de rester…. Tu sais que je pourrait le trouver pourtant, le truc qui te ferait rester… Deux mots, sept lettres.. comme on', me force pas à le dire avec ton regard inquisiteur, tu sais très bien que j'pourrais pas te le dire, pas comme ça, face à ton silence effrayant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 28
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Lun 29 Aoû 2011 - 7:55



    Qu'est ce qui tournait pas rond entre Ethan et moi ? Pourquoi à chaque fois que le côté de la balance semblait pencher vers le positif entre nous, il fallait qu'un élément extérieur vienne tout remettre en cause nous empêchant ainsi de simplement de profiter de l'instant comme n'importe quelles personnes mais apparemment c'était trop demandé, comme si tous ces signes, c'était genre le destin qui disait alerte rouge, n'y pensait même pas, c'est juste impossible. D'abord l'épisode de la boîte de nuit, où Ethan avait su se montrer compréhensible et presque romantique pour tenter de me faire oublier l'anniversaire de la mort de Jeremiah, puis il a fallu que cette grognasse blonde fasse tout exploser, jusqu'à ce que finalement on se retrouve dans mon appartement à partager ce moment plus qu'intime, celui-ci cette fois gâché par sa colocataire, que j'ai pris pour sa petite amie et la dernière fois encore alors que tout semblait se dérouler presque normalement entre nous, il a fallu que son boulot nous interrompe aussi. C'était complètement dingue de se rendre compte qu'à chaque fois qu'on avait envie d'être ensemble, par contre étrangement rien ne venait déranger les crises et les disputes entre nous, un comble je crois ! Et ce soir, alors que je pensais que pour une fois, une seule et unique fois les choses prendraient une tournure positive, je peux me foutre le doigt dans l'œil je crois. Je sais bien que cette fille ne représente pas si peu aux yeux d'Ethan même s'il veut me prouver le contraire, je suis pas complètement conne, je vois bien sa gêne quand il l'a regarde, je vois bien son regard là qui me dit très bien que cette fille doit être importante, sinon il aurait pas agit comme ça, il m'aurait pas caché comme il l'a fait, ou ne m'aurait pas empêché d'aligner deux mots de peur que cette espèce de fille nous entendent. J'ai un putain de boule au creux de l'estomac, de me dire que cette fille compte réellement pour lui, c'est qui son ex ? La fille dont il est amoureux ? Si ça se trouve il m'utilise simplement pour refouler ses sentiments envers elle, ou alors pour essayer de la rendre jalouse, j'en sais trop rien, et franchement ça m'énerve de plus en plus, j'ai pas envie de faire une crise comme dans mon appartement même si je sais que ça va arriver, je me connais, je sais comment je fonctionne, je vais finir par craquer, le repousser et lui hurler dessus parce que c'est mon moyen de défense, les cris, la méchanceté et la colère, c'est ce que j'utilise le plus souvent pour masquer mes propres émotions, pour éviter de les montrer aux autres, parce que c'est facile de se montrer vulnérable, et les gens finissent par utiliser ça tellement facilement contre vous, j'ai pas envie de tout ça, non je préfère mener le jeu, tenir toutes les cartes en main. Sauf qu'à présent au vue de la situation, les cartes s'écroulent comme un château de sable happé par un coup de vent. Je regarde Ethan après lui avoir lancé ce gage, je sais que c'est sûrement débile de ma part mais c'est le seul moyen pour moi de savoir si cette fille compte énormément ou si c'est pas si important que ça, et la réponse ne tarde pas à tomber, je le fixe et ce dernier finit par me dire qu'il est pas cap de le faire, m'expliquant qu'il n'est pas capable de le faire que tout est compliqué entre eux apparemment, et qu'il peut pas m'en expliquer les raisons, évidemment le contraire m'aurait étonné, il finit par demander d'oublier tout ça, parce qu'au fond ça devait pas arriver. Je rêve, oublier ? Non mais il se fou royalement de ma gueule ce mec. Il essaye de se rapprocher de moi après ça mais je me recule levant légèrement les bras pour lui faire comprendre de ne surtout pas me toucher. Je soupire avant de reprendre. « Oublier ?! Non mais j'espère que tu plaisantes, il est hors de question que j'oublie, tu m'étouffes presque pour que cette fille n'entende rien, tu changes du tout au tout, t'es pas capable d'accomplir ce putain de gage, et tu me demandes d'oublier ? ». Je passe une main dans ma nuque nerveusement avant de faire quelques pas, donnant un coup dans la roue de la voiture d'Ethan au passage en soupirant avant de me retourner vers lui en lui lançant un regard noir. « C'est quoi alors le fond du problème, tu l'aimes c'est ça ? C'est la fille que tu veux, et puis t'es tombé sur moi, une espèce de conne que t'as utilisé pour soulager ta queue sûrement endolori par le manque de baise, et la rendre jalouse aussi par la même occasion ? ». Je le fixe alors en baissant le regard avant de le fixer à nouveau. « Je serais pas ton plan de secours, tu peux oublier Matthews ». Je m'adosse à la voiture, posant mes deux mains dessus en le fixant attendant qu'il reprenne la parole, je crois qu'à cette allure, je vais rentrer à pied, marcher, courir, fuir ce mec qui me fou dans un état pas possible. Il finit par m'expliquer que s'il voulait d'une fille avec qui les choses seraient simples, il pourrait en trouver aux quatre coins des rues, mais qu'à la place c'est moi qu'il a décidé de choisir avant d'énumérer les souvenirs des moments passés à deux, énumérant ainsi ce qu'il aime en moi, et mon coeur se serre,mon esprit se brouille, j'ai l'impression de planer à mille lieux tant tout ce qu'il me dit me fait flipper, c'est quoi ça bordel ? Une déclaration ? Une façon de me dire qu'il veut tenter un truc avec moi ? J'en sais trop rien, et franchement je commence à sérieusement avoir envie de déguerpir d'ici. J'aime pas tout ça, j'aime pas les sentiments, j'aime pas dépendre de quelqu'un, j'ai trop peur de souffrir encore, de le faire souffrir, je crois que je devrais partir. Je me contente pourtant de le fixer presque impassible en apparence. Mais c'est sans compter sur Ethan qui reprend en me disant que le problème au fond avec moi, c'est que dès que je ne contrôle pas la situation, je perds pieds parce que j'aime pas ça, parce que c'est pas agréable comme sensation, que c'est effrayant, alors je préfère le traiter de connard et me casser encore et toujours. Je soupire, qu'il se taise, qu'il se la ferme, il a tort, c'est pas ça, non c'est pas ça ! Il finit par me dire que je sais au fond qu'il pourrait trouver le truc qui me ferait rester, deux mots sept lettre, j'avale difficilement ma salive, bordel non qu'il le dise pas, qu'il se taise, qu'il arrête de parler, je le déteste, je le déteste tellement je veux qu'il parte, je veux plus l'entendre, il me demande de ne pas forcer à le dire avec mon regard inquisiteur que j'ai actuellement, parce qu'il ne pourra pas me le dire, pas comme ça face à mon indifférence et mon silence. Alors c'est ça ? Il m'a démasqué, connard ce que je peux le haïr à ce moment précis et pourtant son dernier discours sonne tellement vrai dans mon esprit, oui je veux pouvoir tout contrôler, être maître de mes émotions, de la situation, du reste, de tout ce qui peut se passer pour moi et c'est clairement plus le cas depuis qu'il est là, et c'est ce que je refuse, j'ai pas envie de tout ça, j'ai pas envie d'être troublée comme ça, j'ai pas de le voir tout remettre en cause ainsi, tout ce que j'ai mis des années à mettre en place; cette carapace, mon animosité, non j'étais très bien avant qu'il arrive, je le serais aussi après son départ. Alors pourquoi une part de moi ne peut pas s'empêcher de crier à l'aide, de lui hurler de rester et de pas m'abandonner comme les autres on fait, cette partie de moi hurle, saigne, crie, espère, et finalement s'effondre parce qu'elle restera cachée au plus profond de moi, elle restera cette partie que je préfère cacher au lieu d'assumer. Je finis par le repousser en frappant son torse avant de lui lancer un regard noir. « Tu dis de la merde Matthews, ta psychologie à deux balles gardes là pour toi, tu crois quoi ? Parce que t'as passé du temps avec moi, tu me connais ? C'est faux, tu me connais pas, tu me connaîtrais jamais, personne le fera, tu m'entends, alors maintenant épargnes-moi tes discours tout fait ». Je me retourne fixant la jeune femme qui semble attendre un taxi, téléphone à la main, avant de regarder Ethan à nouveau. « Elle y a aussi eu le droit à ton discours ? Je veux dire tu ressorts le même à chaque fois, ou tu varies en fonction des filles que tu ramasses ? ». Je me déteste tellement à ce moment précis, parce qu'il mérite pas ça je le sais, il mérite pas que je le traite ainsi, il mériterait que je sois heureuse qu'un mec me dise tout ça, j'ai qu'une envie plaquer mes lèvres contre les siennes pour sceller tout ce qu'il vient de dire mais je peux pas, j'y arrive pas, je suis juste totalement terrifiée et j'arriverais pas à assumer tout ce que je peux ressentir. « Je me casses, j'ai déjà perdu trop de temps avec toi, décidément ». Je soupire avant de prendre mon sac et de commencer à partir, marchant dans les rues, les larmes montant mais ne coulant pas, elles n'arrivent plus à couler depuis bien longtemps, une armoire à glace voilà ce que je suis, une fille instable incapable d'assumer tout ce qu'elle pourrait ressentir. Ethan finit par me suivre, dans les rues de Los Angeles alors que je me stoppe me retournant. «  C'est quoi ton putain de problème, tu peux pas simplement me laisser ? Tu peux pas sortir de ma vie ? ». Je soupire fixant la route, où les voitures sont encore bien nombreuses au vu de l'heure tardive. « Traverse cette putain de route, montres moi ce que t'as dans le ventre, vas y montres moi que t'as des couilles Matthews, et surtout une fois de l'autre côté, sort de ma vie, prend le chemin inverse et casses-toi ». Je le fixe. « Cap ? ». Bordel, je sais même pas pourquoi je viens de lui demander de faire ce truc totalement stupide, il pourrait se blesser, pire se tuer, mais ça m'a pas empêché de le dire, je sais plus quoi faire ni penser, je sais même plus ce que je cherche, ça me rend totalement dingue et le pire c'est que ce dernier finit par me souffler qu'il est cap, avant de s'approcher de la route au moment même où mon coeur tambourine, comme si là tout de suite ma plus grande crainte était de le perdre...c'est sûrement ça je crois...

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Yesterday I died, tomorrow's bleeding.
Give me your eyes for just one second, give me your eyes so I can see everything that I keep missing. Give me your love for humanity, give me your arms for the broken-hearted, the ones that are far beyond my reach, give me your heart for the ones forgotten, give me your eyes so I can see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Lun 29 Aoû 2011 - 12:15



« Just like you I'm running blind again. »

    Bordel mais quelle était donc la probabilité pour qu'ils se croisent à nouveau, avec Lucy ou pire lorsque le jeune homme se trouvait être avec Mia, a cette heure ci, dans un lieu pareil? Sachant que la population de Los Angeles se résumait alors à environ 3 Millions d'habitants, la probabilité statistique qu'il revoit la jeune femme était quasiment nulle, étant donné leurs fréquentations communes inexistantes, mais alors la probabilité qu'il accepte la probabilité qu'il la croise dans une station de pompe à essence à une heure du mat' dans Beverly Hills.. mais le jeune homme était même pas sur qu'une telle probabilité pouvait exister. Il aurait pu voir juste derrière Mia des milliers et des milliers de personnes lambdas ou bizarres, mais non, fallait que cela soit elle, Lucy, sa Lucy. S'il avait su, Ethan n'aurait jamais fait un bordel pareil puisque Lucy ne l'avait même pas remarqué, en dépit d'une Mia qui commençait désormais à gueuler. C'est fou comment tout peut changer en ne serait-ce qu'un quart de secondes, a partir du moment, cette seconde ou Ethan avait vu Lucy, il savait qu'il allait encore tout foirer avec Mia. Car oui, il aurait pu l'ignorer, rentrer dans sa voiture, mais c'était pas possible pour lui de paraître indifférent et impassible face à Lucy, Mia l'aurait forcément remarqué dans son regard que quelque chose n'allait pas, qu'il était comme changé. Ethan était alors rempli de regrets d'avoir vu la jeune femme, car il savait que Mia pourrait pas le supporter, pas le supporter de le voir aussi attachée à une autre fille, de le voir même au point de refuser son gage, ce jeu qui semblait sans fin entre eux, et qui avait finalement pris fin ce soir au désespoir de Ethan. Il était désormais rongé par les fameuses phrases "et si" et s'il avait roulé moins vite, et s'il n'avait pas grillé le feu orange, et s'il avait baissé la tête au moment ou Lucy était sorti, et s'il avait décidé de faire le plein le lendemain? Toutes ces questions le rendaient amères et le brisaient littéralement en deux, ajoutés au remarques glaçantes de la jeune femme, qui disait qu'elle ne pouvait pas oublier. Pas oublier ce qu'il venait de se passer, comment si elle aurait réellement pu de toute façon. Oublier que Ethan venait juste de la plaquer comme un fou contre elle, pour se baisser et l'empêcher de parler de cette façon. Pourtant, il souhaitait persister, dans un espoir vain, de la convaincre, comme s'il avait été un vampire et qu'il aurait pu, par la volonté de son esprit, la faire oublier : « Mais si tu peux oublier, tu le peux, tu le peux, regarde il s'est rien passé, j'vais payer et on rentre, allez viens on rentre, silteplaît. » Ethan s'essayait alors à la politesse, et faisait réellement pitié avec son expression brisé et exaspéré, de tenter de rentrer et mettre ce moment dans une petite boîte fermée à clé et mit dans un tout petit espace de son coeur, presque inexistant. Mais c'était pas possible et Mia lui posait des questions sur Lucy, lui disant encore des choses blessantes, pensant qu'il se jouait une fois de plus d'elle, qu'elle n'était qu'une merde et salope de plus à ses yeux. Qu'elle serait pas son plan de secours, elle était loin de l'être pourtant, et c'était bien le problème. Ethan aurait souhaité ne pas tenir à elle, qu'elle compte autant à ses yeux pour qu'il se mette dans de tels états et que sa tête bouillonne ainsi de choses à lui répondre, pour lui montrer combien il était sincère et combien elle comptait à ses yeux, mais c'est pas possible, il aurait pas pu le mettre sur des mots. Tout comme il ne pouvait lui expliquer sa relation avec Lucy si complexe et indescriptible depuis les bacs à sables. Il avait jamais pu l'expliquer à personne, disant simplement qu'elle était "sa meilleure amie d'enfance" même si dans le fond, c'était encore plus, sans être forcément de l'amour, c'était juste... inexplicable et il savait que Mia n'allait pas se contenter de ce simple "meilleure amie d'enfance" merdique. Serrant les mâchoires, il lui répondit : « J'pourrais pas expliquer ce qu'elle représente à mes yeux, elle m'est chère mais les choses se sont tendues c'est tout, elle m'est chère à mes yeux tout comme toi tu m'es chère alors arrêtes tout le temps de te faire passer pour la victime, tu le sais putain, tu le sais que tu comptes, c'est juste.. différent. » Différent, le mot était de taille, Ethan aimait Lucy, cela oui il l'aimait, mais il l'aimait comme une soeur, une confidente, une meilleure amie, comme à peu près tout, il était juste pas sûr de l'aimer de la façon qu'elle l'aime. Avec Mia, c'était totalement autre chose, c'était une putain de passion, une passion qui vous dévore, vous rends fou, vous rends heureux, vous rend mal, vous fait atteindre des stades et des mondes que vous ne pensiez pas connaître, mais c'était les putains de montagne russes et Ethan était actuellement entrain de bien ramer là. Pendant le reste de son discours quelques peu plus intime, Mia ne flanchait pas et restait muette comme une carpe, et pourtant Ethan mettait le coeur à l'ouvrage dans toutes ses paroles, le genre de trucs qu'il disait jamais habituellement. C'était tellement pas son genre de dire des trucs pareils en général, lui qui était plutôt dans la télépathie et discrétion, qui disait jamais rien et laissait les autres s'exciter avant de partir comme un connard, comme s'il en avait jamais eu rien à foutre de tout ce que la personne avait pu lui dire, car "l'indifférence est le pire des mépris" mais avec Mia, c'était pas possible. La voir s'énerver, simplement sa présence même, les expressions fermées de son visage, penser des choses fausses de lui, ca le rendait fou et ça le poussait à faire des trucs inimaginables, ca le mettait aussi dans des états possibles et ça l'envoyait à tous les extrêmes possibles, il avait l'impression d'être dans une putain de tragédie sérieux, à la putain d'apogée.La jeune femme continuait de gueuler, avant de le pousser sur le torse et lui balancer que personne ne la connaîtrait jamais, avant de lui demander s'il balançait ses discours à toutes les filles au coin de rue. Animosité, haine, rancune, amertume, obstination, toujours ces mots qui devaient régner dans la tête de la jeune femme pour qu'elle lui dise un truc pareil avec ce qu'il venait de lui dire. Si elle croit que Ethan allait s'emporter suite à sa remarque, à jouer la carte du "tu me connais pas, tu m'as jamais connu, fuck off", elle se trompait car Ethan, aussi obstiné qu'il pouvait être, savait qu'il connaissait au moins un soupçon la jeune femme. Il lui répondit alors sur un ton cette fois un peu plus agacé : « Peut-être que j'te connais pas, mais tout ce que je sais, c'est qu'on serait bien ensembles, fais pas cette gueule, tu le sais aussi bien que moi. Et tu sais pourquoi? Parce que même si j'te connais pas, tu fais de moi une meilleure personne, j'ai jamais été aussi attentif de ma vie si ce n'est pour toi, j'ai jamais fait des putain de rédécorations d'appart' ou des discours pareils si ce n'est pour toi, et SEULEMENT pour toi aussi. TU fais de moi une meilleure personne comme moi je fais de toi quelqu'un de mieux, et presque agréable. » Il est vrai que Ethan ne se reconnaissait même plus, tant bien en mal que bien, jamais il n'avait été aussi sincère, sympathique, conciliant et généreux avec qui que soit auparavant. Peut-être Lucy, mais cela n'était pas aussi criant que cela, mais jamais il n'avait été aussi cruel et cynique également qu'avec Mia. Mais il savait, il savait que si Mia lui donnait ne serait-ce qu'une chance, Ethan ne serait pas aussi frustré et MIa également, et les tensions s'apaiseraient d'un seul coup. Mais Ethan pouvait pas la forcer à accepter, son coeur était tellement cristallisé, comme enfermé dans un bloc de glace, qu'elle refusait de briser, peut-être qu'elle avait déjà connu une histoire difficile auparavant, ou que la mort de Jeremiah l'avait tout simplement achevé et rendue comme ça, qu'elle était comme ça depuis six ans et que personne n'y avait vraiment fait attention, se contentant simplement d'une petite partie de baise bestiale et à ciao bonsoir. C'est alors que la jeune femme disait perdre son temps et tentait de se casser, Ethan la suivait donc automatiquement, fermant rapidement la portière de sa voiture. Elle se retournait alors pour lui crier dessus, sûrement le plus fort qu'elle voulait faire, lui dire de dégager de sa vie, avant de lui demander de passer sur la route, et revenir, histoire de lui prouver qu'il a des couilles et qu'il peut faire absolument n'importe quoi, si ce n'est parler à Lucy. Sans réfléchir, Ethan soufflait un : « Cap. » Se retournant il passait rapidement la route, plus ou moins déserte, évitant une ou deux voitures assez facilement, pour se mettre à la rambarde de l'autre sens, mais lorsqu'il se retournait pour observer Mia, celle ci se barrait et ne le regardait pas, il se mettait alors en plein milieu de la route en sens inverse ou quelques voitures passaient alors sur le côté avant de gueuler, le plus fort qu'il pouvait faire : « Ouais c'est ça, barre toi désormais, tes paroles c'est que du vent Mia, tu gueules tu gueules tu gueule, mais y'a rien derrière. Personne y fait jamais attention, ils se barrent tous comme des lâches après t'avoir baisé hein, mais dès que y'en a un qui s'intéresse, qui tient actuellement à toi, là c'est toi qui te barres, j'en ai rien à foutre de combien de temps il te faudra pour ramener ton cul et dire que tu ressens la même chose que moi, je t'attendrais, ici je t'attendrais ouais. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 28
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Lun 29 Aoû 2011 - 18:54



    Point de non retour. Voilà ce que je venais d'atteindre avec Matthews. Impossible de faire demi tour, impossible d'oublier tout ce qui venait de se passer ce soir, le retour de cette fille, l'importance qu'elle a pour lui, la façon dont il s'est comporté, tout semblait partir dans tous les sens, tout déraillait comme un vélo dont la chaîne y serait mal raccordée. Je pensais que tout pouvait reprendre sur de bonnes bases, des bases saines, pas des bases en cartons qui finiraient pas s'écrouler comme un château de carte mais apparemment c'est impossible, à chaque fois que je crois que les choses vont s'arranger, il se passe autre chose, à croire que j'ai bien fais de rayer le mot bonheur de mon quotidien, parce que le bonheur est mort, il a disparu en même temps que Jeremiah est mort, envolé le temps où tout semblait allait comme je voulais, quand je décidais d'un truc ça se passait, et ça se passait toujours bien, comme si tout devait me réussir, comme si le bonheur était un passe droit auquel j'avais libre accès. Après la mort de Jeremiah tout a fini par se détruire, et maintenant en me regardant, je me rends compte à quel point je suis plus que l'ombre de moi-même à présent. Sa mort m'a détruite, mais a aussi détruit mon aptitude à croire au bonheur, à croire aux autres, mais aussi à croire à la vie tout simplement, je ne suis pas suicidaire loin de là, mais la vie à un goût bien amer depuis, comme si au final je pouvais tenter de faire tout et n'importe quoi pour m'en sortir, j'y arriverais pas, trop de peine, trop de douleur, je porte le fardeau de sa mort et je crois que ça m'emprisonne dans mes émotions, m'empêchant ainsi de vivre réellement. C'était pas plus compliqué que ça, c'était toujours le cas, dès qu'un truc bien semblait arriver dans ma vie, fallait que ça se casse la gueule. Tout recommençait avec Ethan, les tensions, la dispute, l'incompréhension, j'étais totalement perdue mais surtout blessée. Je commençais à peine à essayer d'être moins froide et dure avec lui, parce que malgré tout ce que j'avais pu lui dire auparavant, je remarquais tous les efforts qu'il faisait pour moi, pour que ça se passe bien, pour effacer les tensions précédentes, et ça me touchait vraiment, surtout ce qu'il a fait dans mon appartement, je m'y attendais tellement pas, et il a su être attentif à ce que j'aimais, ce que j'appréciais pour me faire réellement plaisir, et je parle pas de ce cadre sur ma table de nuit avec la photo de Jeremiah et moi. J'étais réellement contente de voir qu'il avait fait tout cela pour moi, surtout après la crise monumentale que je lui ai faite. Mais à présent tout prenait une autre dimension, ce n'était plus simple une fille comme ça ou une colocataire un peu collante apparemment, qui posaient problème, c'était une fille qui comptait réellement, une fille qui l'empêchait de poursuivre ce jeu présent depuis le début entre nous, et quand j'osais poser des questions concernant cette fille, je me heurtais à son incapacité totale de m'éclairer sur le moindre point. Ça me rendait totalement dingue, parce que j'avais besoin de comprendre quelle place exactement elle avait dans sa vie, j'avais vraiment pas envie d'être la troisième roue du carrosse. Enfin, c'est pas comme si je crevais d'amour pour lui, mais j'en venais à me dire que si j'étais jalouse, et que de savoir que cette fille comptait autant pour lui me blessait c'était bien significatif de la présence de quelque chose de plus fort qu'une amitié banale entre deux personnes. Ethan ne cessait de m'ouvrir son coeur, en me disant que c'était moi qu'il voulait uniquement, parce qu'il aimait ce que j'étais, parce que je faisais de lui quelqu'un de meilleur, parce que lui faisait de moi quelqu'un de meilleure, une personne presque agréable. Il avait pas tort au fond, c'est vrai que quand je passais des moments avec lui, j'avais l'impression de réussir à canaliser mes démons, ma douleur, en essayant de me montrer presque sociable, et sociable ne faisait pas parti des meilleurs adjectifs pour me qualifier. Mais tout cela ne m'empêcher pas de me braquer, de me renfermer et de lui lancer un autre pari débile. Un pari qui pourrait lui faire perdre la vie au vue des voitures qui circulent sur cette route à ce moment précis. Évidemment ce con me dit qu'il est cap, ah ça pour faire de la merde il est toujours cap. Je le fixe quelques secondes le regardant s'élancer en plein milieu des bagnoles, le coeur légèrement serré, ouais, je suis en train de flipper en me disant qu'il pourrait très bien se faire renverser et mourir sous mes yeux comme Jeremiah, je le savais avant de lui dire de faire ça mais j'ai pas réussi à m'empêcher de le faire, en repoussant mes limites encore une fois. Ethan finit alors par gueuler pour que je l'entende au moment même où je commence à marcher pour me tirer. Il me dit que j'ai qu'une grand gueule, que je suis incapable de rester et de l'écouter avant de poursuivre en disant que d'habitude les autres mecs se contentent de me baiser avant de se barrer, ajoutant que quand c'est inverse, qu'un mec décide de rester, de s'attacher à moi, c'est moi qui finit par me barrer. Je me stoppe sur le trottoir restant dos à lui en soupirant profondément. Il me dit alors qu'il attendra au milieu de la route que je me décide à le rejoindre, je secoue la tête exaspérée avant de me retourner. « Mais qu'est ce que tu veux espèce de connard ? ». Je me retourne en hurlant ça sans me soucier des personnes qui passent à côté de moi, certaines s'arrêtant même pour écouter, en particulier cette espèce de moche là. « Quoi t'as un problème toi ? Tu veux être mignonne ? Va te faire un ravalement de façade tu me donnes envie de te vomir dessus ». Elle me fixe, totalement ahurie, avant de se casser rapidement, ouais, bon vent. Je regarde Ethan avant de commencer à marcher sur cette route contournant les voitures comme je peux avant d'arriver à sa hauteur en le fixant. « Voilà content, tu vois j'ai des couilles, et sûrement plus que toi, puisque t'es même pas capable de me dire POURQUOI c'est tellement compliqué avec l'autre moche ». Je commence à le pousser en le fixant. « Arrêtes là, tu comprends arrêtes, j'ai pas besoin d'entendre tout ça, j'ai pas envie de l'entendre, ça fait trop mal, ça me tue tu comprends ça me tue de voir que tu t'attaches, que tu ressens tout ça, parce que...bordel je comprends même pas comment tu peux ressentir ça, je suis une vraie connasse et tu le sais je te ferais souffrir alors sors moi de ta vie tant que tu peux encore le faire merde! ». Je le fixe, posant mon regard sur les voitures arrivant droit sur nous, le vent happant mes cheveux, mon regard se porte lui, je ne le quitte pas des yeux, oubliant presque les voitures qui vont finir par nous tuer.

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Yesterday I died, tomorrow's bleeding.
Give me your eyes for just one second, give me your eyes so I can see everything that I keep missing. Give me your love for humanity, give me your arms for the broken-hearted, the ones that are far beyond my reach, give me your heart for the ones forgotten, give me your eyes so I can see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Lun 29 Aoû 2011 - 20:55



    « Poison in my head, gotta to love her. »

    C'est marrant d'être au milieu d'une route. Tout paraît si.. fragile et éphémère. Lorsqu'on voit la voiture passer à quelques cheveux de vous à une vitesse phénoménale, on comprends que finalement, face à toutes ces inventions et forces, on est strictement rien. Ethan avait juste à faire un pas de travers et paf, en quart de secondes, plus de Ethan, celui ci avait beau être robuste, fort, musclé tout ce que vous voulez, frappé à une vitesse pareille, c'était comme s'il n'avait jamais existé. Finalement, être sur le milieu d'une route comme ça, l'air désinvolte et désabusé, c'était comme une course de voitures, ca vous fout une putain d'adrénaline et sensation de puissance dès que vous avez réussi à éviter une voiture, en sachant pertinemment que sans crier garde, la mort vous guette à chaque bande rayée. C'était un sentiment excitant, mais à consommer une fois de plus avec modération. Sauf que maintenant, Ethan venait de dire à Mia qu'il l'attendrait ici, et celle ci ne se pointant pas vraiment, Ethan commençait un peu à paniquer et se dire que s'il fallait vraiment qu'il reste ici ne serait-ce que dix minutes de plus, il allait pas faire long feu quand même. Ethan aurait bien aimé par ailleurs mettre quelques personnes imbues d'elle même, vaniteuses qu'il avait jamais pu supporter comme O'Connor pour voir la gueule qu'il ferait sur une route comme ça à deux doigts de crever. Sur qu'il se pisserait voir se chierait dans son froc pour le coup, implorant même Ethan pour arriver à ses fins et que sa gueule d'ange survive. Mia avait beau paraître imbue d'elle même de temps à autres, voir souvent, elle paraissait aussi sereine que le jeune homme a finalement le rejoindre sur la route, prenant même le temps pour démolir une pauvre meuf qui passait à ce moment là, interloqué par l'attitude de la jeune femme. Ca lui apprendra à cette conne a se mêler de ce qui la regarde pas, qu'elle s'occupe de son cul et de ses pieds pour marcher droit. Elle commence à lui gueuler dessus, alors encore et toujours, lui montrer qu'elle a des couilles elle aussi, avant de lui demander une nouvelle fois de dégager de sa vie. Non mais... elle le fait exprès? La meuf s'est sérieusement pointée là, après tout ce qu'il avait pu lui dire, juste pour lui "prouver" qu'elle était capable de le faire aussi, et en gros de lui foutre un bon gros bâche comme on les aiment. Ethan en restait sur le cul quelques instants et était à deux doigts de lâcher la raquette, raccrocher les crampons tout ce que vous voulez avec elle, cette meuf était définitivement... trop étrange à ses yeux. Ethan envoyait alors probablement une de ses dernières balles et tentatives avec la jeune femme : « Tu le sais ce que je veux, crazy bitch. Et si j'ai pas envie de le faire hein? C'est réellement suicidaire pour toi de penser que quelqu'un puisse actuellement tenir à toi? Oh désolé j'avais oublié que ouuhh t'étais toujours la grosse méchante de l'Histoire de toute façon. » Ethan, énervé et agacé avait agrémenté ces paroles de petites exclamations et mimiques théâtrales ridicules afin d'agacer cette fois ci la jeune femme, lui montrer qu'il avait pas peur d'elle, qu'au final, elle était loin d'être une connasse à ses yeux. C'était bien la première fois qu'elle se dévalorisait ainsi devant le jeune homme et c'était assez amusant dans le fond, qu'elle le fasse de cette manière en plein milieu d'une route. C'est alors qu'une voiture arrive droit devant eux, le conducteur n'ayant qu'un phare qui marche, il ne semble pas avoir vu Ethan et la jeune femme. Et ces deux corniauds restent plantés là, à se regarder dans les yeux. Ethan sent le lourd regard insistant de Mia sur ses yeux, elle n'a pas besoin de parler pour se faire comprendre, son regard indique clairement un "va y dégage en premier mauviette comme ça je gagne" . Comme si Ethan allait lui faire ce plaisir après qu'elle lui ait foutu le plus grand râteau de l'univers, faut pas rêver non plus. Ethan lui rendait alors son jeu de regard, commençant à se sentir tout de même un peu trop cloué sur place avec le même regard du genre "nan toi dégage en premier" "nan toi" "nan toi" voilà a quoi semblait se résumer leurs jeux de regards impassibles et remplis d'amertumes. Jusqu'à ce que la voiture s'approche un peu trop près. Vraiment trop près. Des crissements de pneus, des coups de klaxons, Ethan qui finit par fermer les yeux et décoller ses pieds inconsciemment pour sauter sur Mia. Quelques instants plus tard, lorsqu'il rouvre les yeux, il se retrouve dans le fossé, quelque chose de chaud serré contre lui. Il desserre son étreinte, avant de toiser quelques instants la jeune femme en silence, observant chacun de ses pores pour voir s'il n'est pas blessé. Encore dans une rage folle, ou tout simplement effrayée qu'elle n'est pas bouger d'un centimètre au final et qu'elle aurait pu crever si Ethan l'avait pas sauvé, crever juste pour ce putain de jeu de merde et lui montrer qu'elle avait toujours raison, Ethan la plaquait alors contre un bord du fossé, avant de finalement, vider son sac et prendre sa dernière, et putain de dernière cartouche : « Putain je t'aime à en crever Mia, there I said it. T'es contente? Et même pendant que j'y suis, je t'aime pas en crever, je t'aime plus que le nutella, qu'un bon verre de vin avec du fromage, qu'une clope après un Mac-Do, qu'un three some avec Elizabeth Taylor et Marilyn Monroe themselves, qu'un mojito, qu'un live de Jimi Hendrix et Janis Joplin réunis, qu'une douce mélodie des Doors, que l'application Doodle Jump, qu'un joint avec Bob Marley, que la série True Blood, je t'aime plus que toi tu ne m'aimes, je t'aime plus que tout. Sauf que toi ça, tu veux pas le comprendre, et ca me rend fou, nan toi tu continues de m'envoyer bouler comme si rien n'était dans le but que je craque, que je t'abandonne, mais je le ferais pas. Tu le comprends ça? Moi j'ai envie d'être avec toi, j'ai envie qu'on s'aime, qu'on se dispute, qu'on se rende fous, qu'on fasse des conneries comme des gamins, qu'on voyage, qu'on se bourre la gueule, qu'on aille voir un concert, qu'on emmerde les envieux, qu'on vive bordel, ou plutôt que TU revives pour la première fois depuis la mort de ton frère. Alors, rends moi la putain de balle Mia, fait ta connasse autant que tu veux, mais rends moi juste la putain de balle bordel. Si tu veux pas le faire, regarde moi droit dans les yeux là maintenant, et dis le moi, que tu m'aime pas, rien qu'une fois pour voir. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 28
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Mar 30 Aoû 2011 - 13:27



    Deux espèces d'attardés au milieu d'une route, voilà ce qu'on est, des putains de débiles incapables d'agir comme des gens normaux, non non nos rendez-vous à nous se déroulent au milieu d'une route bondée de voiture c'est tellement plus romantique qu'un bon restaurant. J'en avais assez de tout ça, de ces tensions, de ces questions, qui m'épuisaient plus qu'autre chose, je n'avais sincèrement pas besoin de cela. Si j'avais pris le parti de me refuser à vivre toute histoire d'amour, à renier tous les sentiments que j'avais c'était pour une raison simple, ne pas souffrir, ne pas se prendre la tête. Et pourtant, malgré tout cela, c'était exactement ce qui était en train de se passer, j'étais entrain de totalement voir ma vie dérailler à cause de tout ce qui me rattachait à Ethan. Il avait sans que je ne m'en rende même compte, pris une putain de place, le genre de place qu'un mec que j'aime pourrait tout à fait prendre, et ça me faisait carrément flipper, parce que je savais pas si j'étais prête à lui offrir cela, à lui donner ce qu'il attend, évidemment que j'étais attachée, évidemment que ça me ferait chier qu'il s'en tape une autre, mais est ce que tout cela voulait dire que j'étais amoureuse ? J'en savais rien, parce que je savais même plus ce que c'était la sensation d'aimer quelqu'un, c'est vrai, la dernière fois que j'étais amoureuse, ça c'est terminé par un carnage total, alors j'ai préféré enfouir tout ça pour m'épargner un peu. Je vois qu'au fond, c'était pas si bien mis sous terre que ça, la preuve en était à présent. Il suffisait qu'Ethan me dise toutes ces choses pour que je me pose des dizaines de questions, pour que je sois totalement perdue. Je crois que le mieux en réalité, pour moi et pour nous serait que je disparaisse totalement de la circulation, qu'il sorte aussi de ma vie, qu'on s'éloigne complètement et un jour on se croisera au détour d'une rue, on s'échangera même plus un regard et là je saurais qu'il m'a oublié. Au fond je ne voulais pas que ça se passe comme ça, j'aimerais être comme toutes ces autres filles, celles pour qui l'amour est synonyme de bonheur, d'espoir, de moments à deux et de complicité, j'aimerais être capable comme elle de me livrer complètement, et d'assumer mes sentiments, mais je peux pas, je suis pas comme elle et je le serais sûrement jamais. Les épreuves de la vie m'ont amené à être cette fille, je peux pas être quelqu'un d'autre, pas depuis la mort de Jeremiah, parce qu'il est parti en emportant une partie de moi, celle de la fille heureuse de vivre, celle qui avait envie de croire à l'avenir, cette fille est morte et enterrée. Avant sa mort, j'étais épanouie, j'étais la petite princesse de la famille dont plein de gens enviaient la vie. A présent la princesse n'est plus que l'ombre d'elle même, vivant dans ce château sans lumière, terne et sans vie, la princesse a manqué son envol, le prince charmant doit galérer pour la conquérir, et la fin ne sera pas aussi utopique que dans les contes de fées. C'est ça alors ? Je suis en train de vivre un conte de fée de bas étage, je vais être la princesse brisée en train de devoir regarder son prince charmant se casser ? C'est ça ouais, apparemment, et j'aurais pas à me plaindre parce que c'est moi qui le pousse à partir. C'est tellement facile de virer quelqu'un de votre existence, suffit d'être odieuse, de trouver exactement les bons moments pour blesser cette personne, pour lui montrer que vous être qu'une connasse et que rien ni personne ne vous changera, trois, deux, un, zéro. Plus personne, elle se cassera en moins de temps qu'il vous faudra pour jouer la fille sans cœur. Tout cela me rend dingue, et ça ne s'arrange pas, là, au milieu de cette route plantée en face d'Ethan qui semble de plus en plus énervé par mes propos, et tant mieux, comme ça il se cassera une bonne fois pour toute, et moi je pourrais reprendre le cours normal de mon existence. Il reprend la parole en criant presque, me disant qu'il ne partira pas parce que je sais très bien ce qu'il veut au fond, et qu'il n'acceptera pas de me laisser, même si selon lui ça me paraît totalement suicidaire d'accepter que quelqu'un puisse réellement s'attacher à moi. Connard ! Qu'il se la ferme, qu'il se taise, je veux pas l'entendre, je veux qu'il arrête, tout ça me retourne totalement le cerveau. Je détourne mon regard le temps de quelques secondes, en remarquant une voiture en arrivant droit sur nous, génial, on va crever, comme des cons au milieu de cette route. Je reporte mon regard sur lui, il est hors de question que je craque la première, ce dernier continue de me fixer, sans arrêter. Je ne démords pas alors que les coup de klaxons se font de plus en plus présents, je soupire avant de sentir le corps d'Ethan se propulser légèrement contre moi, mon corps décollant presque du sol avant de chuter quelques secondes plus tard dans un espèce de fossé. Il m'a sauvé la vie ? Je le fixe alors que son corps se presse toujours contre le mien, je le regarde silencieusement, jusqu'à celui me plaque contre un bord du fossé en reprenant la parole. Et là tout s'enchaine, les mots claquent dans l'air, et ça me terrifie bordel ! Il me dit qu'il m'aime qu'il m'aime plus que tout avant d'enchaîner toute une suite de phrase, prouvant qu'il m'aime plus qu'une espèce de série, qu'une application de téléphone, qu'un joint avec Bob Marley et j'en passe. Je le regarde en fermant les yeux quelques seconde,s il doit arrêter, il peut pas continuer, il a pas le droit. Il finit par me dire qu'il m'aime simplement et qu'il a envie d'être avec moi, qu'il a envie qu'on puisse vivre des bons moments ensemble, et surtout que je réapprenne à vivre, chose que je n'ai pas faite depuis la mort de mon frère, je soupire, alors qu'il me demande de lui renvoyer cette putain de balle, je le fixe totalement abasourdie, alors qu'il me demande d'oser le regarder dans les yeux et lui dire que je ne suis pas amoureuse de lui. Non mais merde qu'il aille se faire foutre. Je finis par me relever en le poussant commençant à le frapper, son torse, son épaule, je le pousse et j'ai la sensation qu'il se laisse faire. « Mais pourquoi tu me dis tout ça, tu peux pas te la fermer ? ». Je le frappe à nouveau, son torse y passe, les larmes montent humidifiant mes prunelles légèrement, mais je ne pleurerais pas, je ne craquerais pas, j'ai l'impression d'extérioriser tout ce que je garde enfouie depuis si longtemps, mes mains le repoussent à nouveau, je soupire, je crie, je hurle, je le frappe encore. « Ne dis plus rien, arrêtes, ne rajoute même pas un seul mot ». Je le pousse encore, avant de me stopper, passant une main dans ma nuque, ma poitrine se soulevant à une allure folle alors que je suis totalement submergée par les émotions qui ressurgissent. Je tente de reprendre mon souffle en le regardant. «  Je ne peux pas Ethan, tu le comprends ? Je peux pas te dire tout ce que tu attends, parce que ça me terrifie trop, parce que ce serait rendre les armes devant toi et ça je ne peux pas, pas maintenant en tout cas, c'est bien trop difficile ». Je dis cela presque calmement après tout cet excès de rage avant de reculer en baissant le regard, dans un silence total durant quelques secondes. Je relève alors mon visage m'avançant vers lui. « Tu comptes, me force pas à le dire tu le sais. Tu sais que je suis jalouse, tu sais que ça m'a rendu dingue de te voir chauffer cette pétasse en boîte, que ça m'énerve de savoir qu'une blondasse vit avec toi, et je te parle pas de cette Lucy parce que pour la première fois j'ai ressenti que cette fille était différente à tes yeux, et ça m'a tellement fait mal. T'es pas un mec comme les autres dans ma vie, je suis attachée à toi, je suis...je suis...ouais ». Génial Mia ! Attardée.com bonjour ! Je finis par me rapprocher plaquant mes lèvres contre les siennes une main serrant sa nuque, je l'embrasse à m'en étouffer pour ne plus avoir à parler. Ce baiser se prolonge durant quelques secondes, alors que je finis par me reculer en le fixant. « Je suis désolée Ethan...désolée de pas être comme les autres, ça aurait été plus facile...mais...J'ai pas envie que tu partes, que tu m'abandonnes, restes..restes avec moi... ». Je lui dis cela à défaut de lui dire ce qu'il attend, j'ai pas envie qu'il se casse au fond, et s'il décidait de le faire à présent, je pourrais m'en prendre qu'à moi.

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Yesterday I died, tomorrow's bleeding.
Give me your eyes for just one second, give me your eyes so I can see everything that I keep missing. Give me your love for humanity, give me your arms for the broken-hearted, the ones that are far beyond my reach, give me your heart for the ones forgotten, give me your eyes so I can see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

→ crédit : Gentle Heart ; Tumblr
→ discussions : 495
→ anniversaire : 28/05/1994
→ âge : 24
→ arrivée en ville : 29/11/2010


○ the good life
♂♀ your people:
▬ to do list:
• social class: Fire up boys

MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Mer 31 Aoû 2011 - 12:27



    « We're coming apart but we pull it together, together again. »

    Putain mais qu'est qu'elle avait dans la tête cette crazy bitch? Elle aurait pu crever, elle avait pas bougé d'un cil sur cette putain de route. GOSH que Ethan avait eu peur et qu'il avait envie de la claquer en ce moment pour avoir été aussi idiote. Elle l'énervait, elle l'énervait à le rendre dingue comme ça, à lui faire faire des trucs totalement insensés et dangereux, et après elle même se mettre en danger, pour lui prouver qu'elle a "des couilles" elle aussi, et le rendre encore plus dingue qu'il l'était déjà en venant sur cette route. Il avait pensé que, au moins, si elle était venue, c'était pour lui avouer également ses sentiments, qu'ensuite ils partent et vivent leur petite histoire, aventure, pépère, mais non. Elle s'était pointée sur cette putain de route comme une fleur juste pour lui dire d'aller se faire foutre, et d'accessoirement lui foutre la paix une bonne fois pour toutes. Et réfléchir cela lui arrivait parfois ou elle faisait toujours ça, écouter son instinct et ses crises de colère, quitte à en crever. Hein, parce qu'après, elle faisait moins la maligne quand une voiture lui a pointé dessus. Non seulement elle semblait tétanisé, mais en plus, elle attendait que Ethan dégage en premier comme une fiotte, et après quoi. SI Ethan avait dégagé, il aurait mis sa main à couper que Mia n'aurait pas bougé d'un poil pour autant, bien au contraire, le temps qu'il dégage, elle aurait juste eu le temps de réaliser qu'il faut partir mais ses pieds n'auraient pas eu le temps de suivre le mouvement. Donc le but c'était quoi? Qu'elle crève comme ça comme une pauvre conne pour laisser Ethan rongé par la culpabilité et drame par la suite, pour qu'il se transforme en ce qu'elle était devenue après l'affreuse mort de son frère ? Mia cherchait-elle a se débarasser de ce poids, de ce deuil lourd qu'elle portait depuis six ans, crever d'un coup, aller rejoindre son frère tranquille au paradis et délivrer ce fardeau à Ethan? Le jeune homme ne comprenait pas ce que Mia avait cherché à faire en se pointant sur cette route pour lui dire de la merde avant de limite se suicider si Ethan ne l'avait pas sauvé. Il comprenait pas étant donné que tout cet acte n'avait aucune logique, en même temps il n'y a jamais vraiment eu quelque chose de logique chez la jeune femme, mais de là à mettre sa vie en danger, devait forcément avoir une raison quelconque c'est pas possible, ou alors elle était pas vraiment humaine, elle devait être immortel, vampire, sorcière j'en sais rien. Désormais plaqué contre elle sur le fossé, entrain de lui dire ses quatre vérités, Ethan ne contrôlait plus vraiment ce qu'il disait, les mots s'enchaînaient sortaient tous seuls, comme si son cerveau s'était préparé tout ce temps à ce moment afin de tout lui dire d'une traite, sans qu'elle ait un seul mot à lui redire à ce propos. Il avait l'impression d'être habité par une force inconnue qui la poussait à être si expressif et néanmoins rigide dans ses propos, puisqu'il avait dit tout cela sur le ton de la colère. En entendant une fausse-blonde-intelligente dire un jour "Nan mais en faiteu, le problème avec les mecs, c'est que les mecs biens sont casés et les mecs connards ont été des mecs biens auxquels on a brisé le coeur." Ethan avait plus ri qu'autre chose à cette remarque qui se voulait "très philosophique" et sérieuse, mais finalement il venait de se rendre compte de la vérité de cette phrase à l'instant même : la simple présence de Mia, avait suffit a la mettre dans des états dingues au dela du possible. En quelques minutes de conversation, Ethan était passé de la haine à la rancoeur puis rancune, désir , attendrissement, compassion, tristesse, désespoir, fatalité, exaspération... Mia pouvait conjuguer à elle seule tout les registres de tout les mouvements littéraires du monde entier. C'est finalement cette dernière qui stoppait son discours à la minute ou il l'avait achevé pour le pousser, le frapper, se relever, lui crier de s'arrêter, les larmes comme bloquées et glacées à son visage. Au départ abasourdi, le jeune homme s'était laissé faire mais au deuxième coup qu'elle lui portait, il tentait de la calmer, attrapant soudainement son bras pour la prendre dans ses bras mais cette connasse avait de la force, sûrement la rage du désespoir qui parlait si bien qu'il n'y arrivait pas et dut finalement la pousser au loin également afin qu'elle arrête de le frapper. Putain, avec elle, c'était un bleu par jour quotidien! Mais le jeune homme était si remonté contre elle qu'il aurait fait n'importe quoi pour l'énerver. Se rapprochant d'elle, il levait les bras en l'air, avant de crier sur un ton exaspéré : « SI VOUS AVEZ PAS ENTENDU J'AIME MIA DEXLER, OUAIS J'AIME MIA DEXLER, J'SUIS PUTAIN AMOUREUX DE MIA CRAZY BITCH JULES DEXLER. » Celle ci lui sautait dessus alors pour le frapper, encore et encore, le traitant de connard, de putain de connard de merde, d'attardé mental avant de lui donner une baffe comme pour qu'il se réveille, le frapper au torse, le frapper comme une putain de boule de nerfs. Toujours dans ces excès de rage, elle lui expliquait pourquoi elle pouvait pas lui dire ce qu'elle ressentait, pourquoi elle était quand même putain de jalouse de toutes les filles dont il avait pu croiser la route pendant qu'il était avec la jeune femme, qu'elle était quand même attachée à lui, et Ethan la regardait, tentant d'être le plus attentif et compatissant possible bien que le moment ou la jeune femme bégayait lui avait donné la chair de poule, pensant qu'elle allait peut-être y aller.. mais non. Frustré, c'est finalement Mia qui lui sautait au cou pour lui donner le baiser le plus fougueux que Ethan ait jamais connu de sa vie. Ethan en tombait presque à terre, quelques peu désemparé face à ce baiser auquel il ne s'attendait absolument pas. Ce baiser calmait progressivement la rage qu'Ethan avait en lui contre la jeune femme, car oui, il lui en voulait, et rancunier comme il est, c'est pas rien. Il lui en voulait de s'être pointé sur cette putain de route pour l'emmerder et pas pour lui dire ce qu'il attendait, il lui en voulait qu'elle ait failli crever devant ses yeux, qu'elle ait été aussi égoïste, prétentieuse, méprisante, insouciante, idiote, tarée, hautaine, arrogante, tête brûlée bref il lui en voulait énormément. Car, elle l'aurait quittée comme ça, Ethan s'en serait voulu toute sa vie et lui en aurait voulue quelque part à elle aussi toute sa putain de vie, s'il l'aurait vraiment finie sa vie de merde sans Mia. Ce baiser avait donc beau calmer les ardeurs du jeune homme, l'amertume et rancoeur qu'il éprouvait pour la jeune femme, elle, restait vive. Et le seul moyen de combattre le feu, c'est par le feu lui même. Après leur intense baiser, Mia s'excusait alors et le "suppliait" si on peut dire ça comme ça, car venant d'elle, c'est pas vraiment le mot approprié, de rester et de pas l'abandonner. Ethan l'avait jamais vraiment fait de toute façon, et elle semblait pas vraiment l'avoir compris encore. Néanmoins, il décidait de se venger, et utilisant la rancune qu'il éprouvait pour la jeune femme il lui répondit du ton le plus impassible et convaincant possible : « Sauf que c'est pas ce que je veux entendre. Et faut croire qu'en fin de compte, cela devient trop difficile pour moi, désolé j'me casse. » Le torse en avant, celui ci feignait un air blasé avant de remonter le fossé le plus lentement possible, pesant chacun de ses pas. Se retournant discrètement, il vit Mia qui se barrait de l'autre côté, l'ayant traité dans sa barbe de connard a peu près une dizaine de fois déjà, et attendant quelques secondes, le temps qu'elle commence à monter, il se retournait vivement avant de la choper une deuxième fois aux lèvres, à son tour très fougueusement. Le baiser coupait rapidement court puisque Mia commençait à le frapper, lui foutre une deux, trois voire quatre baffes, un coup de pied bien placé que Ethan évitait soigneusement, un deux trois poings dans le torse dans l'épaule, tout cela dans une furie impossible à décrire, les insultes volant à la face du jeune homme, celui ci en riait presque de voir Mia dans tous ses états, cela l'avait comment dire calmé et lui avait enlevé sa rancune, puisqu'il avait la preuve même qu'elle tenait beaucoup à lui. Reprenant cette fois ci le poil de la bête, il contrôlait les poings de la jeune femme qui commençaient à se fatiguer pour cette fois l'encercler dans ses bras et la serrer dans une étreinte passionnelle pour qu'elle se calme. Il serrait alors très fort la jeune femme, sa main passant dans ses cheveux fins avant de lui dire à l'oreille : « Comment t'as pu croire une seule seconde que je t'abandonnerais Mia? Ne serait-ce qu'une seule seconde? Je partirai pas Mia, tu m'entends, EVER, et si je le fais, t'as le droit de me buter. J'suis là maintenant, j'suis là, et j'partirai pas, tout va bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
MIA ♌ I was a heavy heart to carry, this will be my last confession.
→ crédit : © AVATAR ▷ Winterfell. GIF ▷ tumblr. LYRICS ▷ Brandon Heath - Give Me Your Eyes.
→ discussions : 178
→ anniversaire : 07/07/1989
→ âge : 28
→ arrivée en ville : 31/07/2011


MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   Mer 31 Aoû 2011 - 15:02



    Je venais de le faire, j'en revenais pas, je venais de réussir à m'exprimer devant lui, enfin m'exprimer était un bien grand mot, mais j'avais essayé de le faire, j'avais essayé de lui faire comprendre qu'il comptait, que j'avais pas envie de le perdre, et que mes réactions démesurées lorsqu'il me parlait d'autres filles, était uniquement du à tout cela. Je n'avais pas réussi à lui dire ces trois mots qu'il m'avait dit, je pouvais pas, ça sortait pas, c'est pas que je le ressentais pas, j'en savais fichtrement rien, c'est juste que ça voulait pas sortir, et c'était pas le genre de truc qu'on dit facilement encore plus chez moi. Je me suis mis tellement de barrières, j'ai tellement refusé d'aimer, de m'attacher pour pas souffrir, que je savais même plus si j'étais encore capable de le dire, si un jour ces mots finiraient par sortir, et ça me terrifiait, parce que j'avais pas envie de souffrir, mais surtout j'avais pas envie de le faire souffrir lui, parce qu'il a toujours eu une attitude correct même si parfois j'avais envie de lui crever les yeux. Je savais pas trop à quoi tout cela aboutirait, est ce qu'on allait vivre un truc sérieux, est ce que ça finirait par partir dans tous les sens comme d'habitude avec nous. Je reste presque fébrile après ce baiser, à me demander comment il allait réagir, si ce que je venais de dire lui suffirait, si il avait besoin d'entendre autre chose j'en savais trop rien, je savais pas quoi penser, j'avais juste envie que tout se calme enfin et qu'on oublie cette soirée. On était quand même un peu con sur les bords, à se lancer ces gages de merde, à limite accepter de se faire tuer en plein milieu d'une route comme deux sombres idiots. Au final on se retrouvait ici, et j'étais pour la première fois de ma vie suspendue à ce qu'il pourrait dire, j'avais l'habitude de mener la danse, de me croire au dessus de tout, de croire que personne ne réussirait encore à m'atteindre après la mort de mon frère, et je me rendais compte là au milieu de ce fossé, mes habits tâchés de bout que j'étais complètement pathétique à essayer de contrôler tout ce que je ressentais, à le frapper dès qu'il essayait de me parler de ses sentiments, j'en pouvais plus, j'en avais plus qu'assez, j'avais envie de crier, de hurler à m'en faire claquer les cordes vocales, j'avais envie de me sentir revivre, j'avais envie de me tirer d'ici, j'avais envie qu'on me sauve tout simplement. Après ce baiser, qui est venu sceller nos lèvres fougueusement, il s'écarte et je me contente de le fixer alors qu'il reprend la parole en me disant que ce n'est pas ce qu'il veut entendre, et qu'apparemment la situation devient trop difficile pour lui. Pardon ? On rembobine ? Non parce que j'ai l'impression de rêver là. Et c'est alors qu'il commence à se casser, non mais je rêve ! Je prends enfin le courage de me lancer et il se barre ? Il me laisse au milieu de ce putain de fossé seule ? « ALORS C'EST TOI QUI TE CASSES MAINTENANT ESPECE DE PETIT CONNARD ». Il se retourne même pas continuant son chemin, j'ai envie de le tuer, de le massacrer, le torturer, le voir souffrir sous mes yeux, pour ce qu'il est en train de me faire ressentir. Je passe une main dans ma nuque fulminant de rage. « JE TE JURE QUE TU VAS ME LE PAYER MATTHEWS ». Je tourne les talons refusant de rester une seconde de plus après la claque monumentale que je viens de me prendre dans la gueule, non mais je rêve, comment est ce qu'il a pu me dire tout ça, attendre que je lui enfin mon cœur et se tirer comme le plus gros bâtard que cette terre ai pu connaître. Il va me le payer, il va comprendre qu'on abandonne pas Mia Dexler de la sorte. Je marche tout en continuant de l'insulter passant sûrement pour une tarée aux yeux des gens qui marchent autour de moi, mais j'en ai tellement rien à foutre. Et c'est alors que je sens des lèvres se poser sur les miennes après avoir été retournées brusquement, non mais je rêve, il revient normal, il a pensé que c'était la fête à la saucisse ou quoi ? Je le repousse le frappe.« DEGAGES ». Je frappe son torse, son épaule, je manque de lui frapper son entre jambe histoire de le castrer une bonne fois pour toute. Il finit par serrer fort contre lui en comprimant mon corps contre le sien, serrant mes bras pour m'empêcher de bouger, mais quel crevard. Il me glisse à l'oreille qu'il ne partira pas, qu'il est là maintenant et qu'il ne m'abandonnera pas. Tu parles, combien de personnes m'ont promis de pas m'abandonner, de rester et de pas me faire souffrir pour au final me briser totalement. Je reste serrée contre lui lorsqu'il me dit ça avant de me reculer le frappant encore une fois. « Je te déteste de m'avoir fait ça tu le sais ? ». Je finis par sourire en coin avant de revenir vers lui, posant ma main sur sa joue, en frôlant sa joue du bout des doigts, avant de poser tendrement mes lèvres sur les siennes, ma main glissant dans sa nuque, il prolonge ce baiser en posant ses mains dans mon dos, quelques secondes, et je finis par me reculer en souriant en coin. « On rentre ? Je crois que la soirée a été assez...mouvementée ». On finit par partir vers sa voiture, je crois qu'il est temps de sa calmer à présent, puis je commence à sérieusement fatiguer, faut dire qu'après tout ce qui vient de se passer ce soir, ça a été riche en émotion. On regagne rapidement son appartement, heureusement que sa colocataire est pas là, parce que j'avais vraiment pas envie de voir sa gueule ce soir après tout ce qui vient de se passer, c'est dingue parce que je l'ai jamais vu, je la connais même pas mais elle m'énerve, vraiment. Je regarde autour de moi, un appartement plutôt sobre, des affaires féminines éparpillées par ci par là. Des affaires dignes d'une bonne pétasse ! Je suis jalouse, ça se voit ? Bref, on finit par arriver dans sa chambre, et il est là débout devant le lit, je souris en coin en refermant la porte derrière moi, à clé parce que j'ai pas envie que sa colocataire rentre ici. Je m'approche lentement en ôtant ma veste qui tombe au sol, j'ôte mon haut, ainsi que mon bas me retrouvant en sous-vêtement, il sourit en coin alors que je m'approche de lui. Je pose mes mains sur son torse avant d'ôter son t-shirt, venant déposer des baisers sur son torse, debout au milieu de cette chambre. Je souris légèrement alors qu'il passe une main dans mes cheveux, ma bouche gagne sa nuque, sa mâchoire, ses lèvres. Il sourit. « C'est mieux comme ça non ? Pas de cris, pas de larmes...juste...toi et moi... ». Je hausse légèrement une épaule en souriant avant de l'embrasser en le faisant reculer pour le faire retomber sur le lit, je viens sur lui lentement effleurant ses lèvres une main déboutonnant son jean pour finalement le faire glisser entre ses jambes. Je suis vraiment crevée en fait, et je vrai bientôt m'écrouler. Je souris contre ses lèvres en fermant les yeux avant de venir me placer sur le côté. Ethan vient lentement se coller contre mon dos, je prends l'une de ses mains en la collant sur mon ventre, l'autre s'affairant à caresser mes cheveux tendrement. Je souris en coin, je reste ainsi contre lui, mes pupilles devenant de plus en en plus lourdes. Je ferme les yeux, tombant dans les bras de morphée presque apaisée je crois...

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Yesterday I died, tomorrow's bleeding.
Give me your eyes for just one second, give me your eyes so I can see everything that I keep missing. Give me your love for humanity, give me your arms for the broken-hearted, the ones that are far beyond my reach, give me your heart for the ones forgotten, give me your eyes so I can see.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ethan&Mia - « I wish I was the moon tonight. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Good Life ™ :: ♕ hollywood athletic club-